02.08.2015, 19:44

Les Romands font front commun

chargement

Les quelque 2 millions de consommateurs romands seront désormais mieux protégés. Leurs amies les bêtes aussi. Les six cantons romands ont présenté hier à Granges- Paccot (FR) l'accord intercantonal coordonnant les activités de leurs chimistes et vétérinaires cantonaux.

«En matière de contrôle des denrées alimentaires et des objets usuels ainsi que pour les affaires vétérinaires, les six cantons romands tirent désormais à la même corde», a constaté avec satisfaction devant la presse le conseiller d'Etat fribourgeois Pascal Corminboeuf. Il était entouré de quatre de ses confrères romands ainsi que des chimistes et des vétérinaires cantonaux. L'accord a été signé fin 2010. A l'occasion, Fribourg et le Valais ont rejoint les quatre autres cantons romands. Vaud et Neuchâtel en sont les pionniers puisque leur collaboration date de 2003 déjà. Genève a suivi en 2005 et le Jura en 2007.

Outre une meilleure coordination et une plus grande diversité des contrôles, une telle collaboration permet de renforcer leur efficacité grâce à une harmonisation des pratiques techniques et administratives. Elle offre en outre l'accès à des compétences qui ne pourraient pas être développées dans chacun des cantons.

Elle promet aussi des gains en efficience, voire financiers, avec la possibilité de trouver des solutions intercantonales communes lors de crises particulières. Cette mise en réseau des ressources scientifiques et humaines permettra la formation de pôles de compétences, a expliqué le conseiller d'Etat valaisan Maurice Tornay. Il n'est plus possible aujourd'hui pour un seul canton d'être actif et compétent dans tous les domaines.

Pour le chimiste cantonal vaudois Bernard Klein, il n'est pas tellement question d'augmenter la densité des contrôles que l'efficacité de ceux-ci. Actuellement l'échange de prestations entre les 200 à 250 personnes actives dans l'ensemble des services est en équilibre. La charge de travail confiée à l'extérieur et acceptée de l'extérieur est équivalente.

Chaque canton a déjà ses spécialités: Genève s'est spécialisé notamment dans le dosage des résidus de pesticides; Vaud dans le dosage de certains additifs et la détermination des organismes génétiquement modifiés; Neuchâtel dans la détermination génétique des espèces de poissons. Jura et Fribourg sont des spécialistes de l'eau de boisson et de baignades. Quant au Valais, il a développé des compétences uniques en Suisse pour déterminer l'origine géographique de certains produits.

Les six cantons espèrent que ce travail en réseau soit une source d'inspiration pour d'autres. Le nouveau ministre neuchâtelois de l'Economie Thierry Grosjean s'est pour sa part montré persuadé que cette collaboration ouvrira la porte à une série d'accords. /ats

Les Romands font front commun


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

BERNEDébut du grand démantèlementDébut du grand démantèlement

Début du grand démantèlement

Hier, deux premiers blocs de béton ont quitté, par camion, la centrale nucléaire de Mühleberg.

  20.02.2020 00:01
Premium


RefugeWikiLeaks: Genève soutiendra une demande de visa humanitaire pour AssangeWikiLeaks: Genève soutiendra une demande de visa humanitaire pour Assange

EnfantsComment fonctionne l'accueil extrafamilial en Suisse?Comment fonctionne l'accueil extrafamilial en Suisse?

InsoliteReligion: la première église autoroutière de Suisse pourrait voir le jour aux GrisonsReligion: la première église autoroutière de Suisse pourrait voir le jour aux Grisons

Top