13.12.2016, 14:08

Les coûts de la santé vont augmenter sans cesse jusqu'en 2018

chargement
Les dépenses de la santé devraient représenter 12,2% du produit intérieur brut (PIB) en 2018, contre 10,4% en 2004.

prévisions Selon les prévisions du KOF présentées mardi à Berne, les coûts de la santé ne vont cesser de croître jusqu'en 2018 au moins. Les assurés devraient en faire les frais.

La hausse des dépenses de Santé se poursuit sans répit. Selon les prévisions du KOF présentées mardi à Berne, elle devrait même s'accentuer dans les années à venir par rapport à 2015.

Selon les prévisions semestrielles du centre de recherches conjoncturelles, affilié à l'EPF de Zurich, la hausse des dépenses globales de santé devrait atteindre 3,6% cette année, et 3,9% pour 2017. L'augmentation en 2018 ne devrait pas fléchir (3,9%).

Comme les années précédentes, les coûts à la charge de l'assurance maladie obligatoire augmentent davantage que le reste des dépenses de santé. Les assurés devraient en faire les frais, selon le comparateur en ligne Comparis, qui finance les prévisions du KOF.

Ils devront s'attendre l'année prochaine à une hausse moyenne de 5,8% de leurs primes, selon les estimations de Comparis. La Confédération a elle chiffré la hausse moyenne à 4,5%.

Hausse liée à la conjoncture

Sur l'ensemble de la période de prévision 2015-2018, l'accroissement des dépenses de santé s'est révélé relativement modéré (2,9%) au début. Cela s'explique principalement par une faible conjoncture et par la baisse du prix des médicaments intervenue en 2013, grâce aux mesures prises par l'Office fédéral de la santé publique.

Comme déjà constaté, de plus en plus de prestations du secteur hospitalier se font en ambulatoire. Les prestations de soins à domicile (type Spitex) et de physiothérapie connaissent notamment une forte augmentation, relève le KOF. En outre, le vieillissement de la population contribue à la hausse des coûts.

Pour les années 2016 à 2018, le KOF met la hausse plus forte des dépenses sur le compte de la reprise de la conjoncture. "L'an prochain, le contexte économique global se montrera un peu plus dynamique ce qui entraînera une hausse de 3,9% des dépenses de santé", indique-t-il. En 2018, il prévoit le maintien du redressement conjoncturel ainsi qu'une légère progression des salaires.

Economies encore floues

La Stratégie Santé 2020 du Conseil fédéral s'efforce de réaliser de nouvelles économies à moyen et long terme. Mais pour la période jusqu'en 2018, le KOF ne dispose pas encore d'assez de données concrètes pour percevoir un fléchissement potentiel. Sans compter que la révision de la structure des tarifs médicaux TARMED est toujours en discussion.

Pour l'économie suisse, le secteur de la santé n'a cessé de gagner en importance. En 2015, plus de 266'000 personnes travaillaient dans le secteur de la santé publique, soit près de 7% de la population active. Les dépenses de la santé devraient représenter 12,2% du produit intérieur brut (PIB) en 2018, contre 10,4% en 2004.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SantéAssurance maladie: la franchise minimale va augmenterAssurance maladie: la franchise minimale va augmenter

Assurance maladieAssurance maladie: dès 2018, les plus de 25 ans pourraient payer plus pour soulager les jeunesAssurance maladie: dès 2018, les plus de 25 ans pourraient payer plus pour soulager les jeunes

Assurance accidentsAssurance accidents: des détectives privés pourront être sollicités en cas de soupçon de fraudeAssurance accidents: des détectives privés pourront être sollicités en cas de soupçon de fraude

SantéLongévité: les Européens vivent plus longtemps, mais pas en meilleure santéLongévité: les Européens vivent plus longtemps, mais pas en meilleure santé

Top