13.01.2018, 00:01

Le Valais se fait à la taxe au sac, seul Genève résiste

Abonnés
chargement
Dans quasi tous les cantons de Suisse romande, à l’exception notable  de Genève, les sacs poubelles sont taxés.

 13.01.2018, 00:01 Le Valais se fait à la taxe au sac, seul Genève résiste

Par ats

Le Valais s’est rapidement fait à l’introduction des sacs de poubelle taxés. Une dizaine de jours après la mise en place de cette nouvelle mesure, les sacs noirs ont été largement remplacés par les blancs.

Actuellement, environ 80% des sacs en provenance des stations touristiques sont noirs. Pour les communes de plaine, la proportion est inverse, estime le directeur de...

Le Valais s’est rapidement fait à l’introduction des sacs de poubelle taxés. Une dizaine de jours après la mise en place de cette nouvelle mesure, les sacs noirs ont été largement remplacés par les blancs.

Actuellement, environ 80% des sacs en provenance des stations touristiques sont noirs. Pour les communes de plaine, la proportion est inverse, estime le directeur de l’usine de traitement des ordures (UTO) d’Uvrier (VS) Bertrand Yerly. Et la situation va encore s’améliorer.

Le nombre important de touristes dans les stations explique qu’il y a encore beaucoup de sacs non taxés en provenance de la montagne. Bertrand Yerly pense que le changement sera visible dès les prochaines vacances en février en ce qui concerne la montagne.

Le dernier bastion

Le canton de Genève devient le dernier bastion en Suisse à ne pas avoir opté pour le système de la taxe au sac-poubelle. Le Valais vient de l’introduire et cette solution va prochainement se généraliser au Tessin.

Genève finance l’élimination des déchets à travers l’impôt. Jacques Martelain, directeur du Service de géologie, des sols et des déchets au Département genevois de l’environnement, des transports et de l’agriculture (Deta), est conscient que cette politique présente le défaut de ne pas être directement incitative pour la population.

Elle doit pour cette raison s’accompagner d’un travail de sensibilisation indispensable pour déployer une certaine efficacité. Selon Jacques Martelain, il fait peu de doutes que le système genevois ne rencontrerait pas l’approbation du Tribunal fédéral. Mais à ce jour, les juges de Mon Repos ne l’ont pas invalidé.

Pas de catastrophes

L’absence de taxe au sac-poubelle sur le territoire genevois n’a jusqu’à présent pas généré d’incidents ou de catastrophes. Plusieurs cas d’incivilité de la part de pendulaires en provenance du canton de Vaud ont été signalés, mais rien de très grave, a fait remarquer Jacques Martelain.

L’actuelle politique genevoise de gestion des déchets est en vigueur depuis 1999. Les autorités en tirent un bilan positif. Le taux de recyclage a progressé d’un point par année et se situait à 47% en 2016, soit très près du seuil de 50% de tri, en moyenne, dans le reste de la Confédération.

Selon Jacques Martelain, Genève est en passe de faire la démonstration qu’on peut obtenir des résultats aussi bons qu’en moyenne suisse «sans devoir imposer une taxe poubelle à sa population et en évitant les effets pervers de celle-ci». ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top