29.03.2016, 01:04

Le projet d’intégration des réfugiés dans l’agriculture a du mal à s’enraciner

Premium
chargement
L’Union suisse des paysans voudrait bien développer cette initiative et cherche des exploitations dans ce but.
Par sandrine hochstrasser

EXPÉRIENCE Le canton de Neuchâtel craint que les migrants ne soient utilisés comme une main-d’œuvre à prix cassés. Le projet national se poursuit, quant à lui, doucement, notamment en Valais.

Les Réfugiés ne travaillent plus dans l’exploitation agricole qui les a accueillis à Neuchâtel. Après un mois et demi de formation, l’expérience s’est achevée et le programme d’intégration est en stand-by. Le canton faisait pourtant figure de précurseur avec sa formation agricole destinée aux réfugiés.

Le projet pilote lancé l’année dernière par l’Union suisse des paysans, lui, se poursuit. Mais...

À lire aussi...

TRAVAILLe personnel domestique doit être payé malgré toutLe personnel domestique doit être payé malgré tout

AIDESLa facture va prendre l’ascenseurLa facture va prendre l’ascenseur


live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du mercredi 1er avrilCoronavirus: toutes les nouvelles du mercredi 1er avril

ChanceLoterie: pas de nouveau millionnaire au Swiss LotoLoterie: pas de nouveau millionnaire au Swiss Loto

Top