Le directeur romand de Swiss concède que sa compagnie a sous-estimé easyJet

chargement

aviation Directeur romand de Swiss, Lorenzo Stoll admet que sa compagnie a voulu aller trop vite dans sa stratégie de reconquête de Genève Aéroport. Le dirigeant concède aussi avoir sous-estimé le concurrent easyJet.

  29.08.2016, 07:02
Le directeur romand de Swiss, Lorenzo Stoll (à gauche), admet que sa compagnie "a voulu aller trop vite" à Genève Aéroport.

Le directeur général pour la Suisse romande de Swiss, Lorenzo Stoll, reconnaît des erreurs dans la stratégie de reconquête de l'aéroport de Genève de la part de la compagnie aérienne. "Il ne faut pas s'en cacher, nous avons voulu aller trop vite", déclare-t-il. "Nous avons clairement sous-estimé les difficultés de l'exercice consistant à confronter la marque Swiss au réflexe easyJet", indique-t-il dans un entretien diffusé lundi par Le Temps. La compagnie aérienne à bas coûts easyJet est de loin le principal transporteur actif à Cointrin, avec une part de marché de 43,2%. Il est suivi par Swiss (15%) et British Airways (4,7%).

M. Stoll explique également l'échec de Swiss par une extension "disproportionnée" de son réseau à Genève. "Nous sommes passés de treize à 42 routes, en un an, sans ajouter de nouveaux avions". Il s'agit maintenant de "resserrer notre offre de 40 à 30 destinations, tout en augmentant la fréquence sur certaines routes", poursuit-il. Outre l'entrée en service en avril 2017 des avions Bombardier C100 et C300, moins gourmands en carburant, la compagnie aérienne compte sur une offre étoffée, "avec des destinations uniques et inédites", pour améliorer ses résultats à Genève.

"D'une importance fondamentale"

Le responsable assure que "retirer des avions, voire quitter Cointrin n'est pas envisageable". Avec un potentiel de 25 millions de passagers à l'horizon de 2030, l'aéroport "est d'une importance fondamentale". "Ce qui peut en revanche l'être, c'est de changer la compagnie opérant de cette plate-forme", explique-t-il. Selon différents médias, Lufthansa évaluerait la possibilité de faire voler des avions de sa compagnie à bas prix Eurowings de Genève. 

En 2013, Swiss a lancé le "plan Calvin", soit sa stratégie de redéploiement sur la plate-forme genevoise. "Le défi était d'y parvenir avant l'an prochain, sachant que depuis 2013 nous avions déjà amélioré de près de 50% nos résultats opérationnels", explique M. Stoll. "Mais le contexte a changé entre-temps", souligne-t-il, pointant l'abandon par la Banque nationale suisse du taux plancher de 1,2 franc pour un euro, la crise politique et économique en Russie, le Brexit et les attentats terroristes. "La combinaison de ses vents contraires (...) nous a conduits à réajuster nos plans".

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Trafic aérienLa présence de Swiss à l'aéroport de Genève remise en questionLa présence de Swiss à l'aéroport de Genève remise en question

AviationSwiss va créer une ligne test entre Sion et Londres en février prochainSwiss va créer une ligne test entre Sion et Londres en février prochain

Transport aérienBénéfice en net recul pour la compagnie SwissBénéfice en net recul pour la compagnie Swiss

VoyageTourisme: Swiss va biffer Istanbul de ses destinationsTourisme: Swiss va biffer Istanbul de ses destinations

Top