02.08.2015, 19:44

Le Conseil fédéral bloque les avoirs de Ben Ali

chargement

La Suisse bloque les avoirs de l'ex-président tunisien Ben Ali et du président sortant de la Côted'Ivoire Laurent Gbagbo et de leur entourage. Le Conseil fédéral a annoncé cette décision aujourd'hui. Les appels à un gel des biens se sont multipliés depuis que Ben Ali a quitté la Tunisie vendredi.

«Ces mesures vont dans le sens d'encourager ces deux Etats à présenter des demandes d'entraide judiciaire en matière pénale», a expliqué la ministre des affaires étrangères Micheline Calmy-Rey devant les médias à Berne. Il s'agit d'éviter que la place financière suisse serve à cacher des fonds pris aux populations concernées.

Au vu de l'évolution de la situation en Tunisie, le Conseil fédéral tenait à agir très rapidement et à tout mettre en oeuvre pour prévenir ce risque, a ajouté la conseillère fédérale. Et s'agissant de la Côte d'Ivoire, la décision vise à éviter que la Suisse ne serve de site de contournement suite aux mesures prises par l'Union européenne. /ats


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

CORONAVIRUSLes assureurs sont sur le pied de guerreLes assureurs sont sur le pied de guerre


CORONAVIRUS«Une année,  cela paraît possible»«Une année,  cela paraît possible»

«Une année, cela paraît possible»

Dans quel délai peut-on espérer un médicament? Les réponses de Philippe Widmer, directeur de Vifor Suisse.

  01.04.2020 00:01
Premium

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du mardi 31 marsCoronavirus: toutes les nouvelles du mardi 31 mars

EnvironnementPétition sur les semences: pour l'Ofag, «ces biens ne sont pas absolument nécessaires»Pétition sur les semences: pour l'Ofag, «ces biens ne sont pas absolument nécessaires»

Top