L’association PETA demande l’interdiction de la chasse amateur en Suisse

chargement

Animaux Pour l’organisation de défense des animaux, l’interdiction de la chasse amateur n’a que trop tardé. Des tirs accidentels d’un lama dans le canton de Schwytz et d’un cheval dans les Grisons sont pointés du doigt. L’OFEV ne dispose de son côté pas de stats sur les erreurs de tir.

 24.09.2021, 17:02
Selon PETA, les chasseurs amateurs appuient trop souvent rapidement sur la gâchette.

Après le tir accidentel d’un lama par un chasseur à Muotathal (SZ), l’organisation de défense des animaux PETA demande l’interdiction de la chasse amateur. Légalement, le tir du lama, pris pour un cerf, ou celui d’un cheval il y a trois semaines en Haute-Engadine (GR) n’est pas considéré comme un tir manqué.

A lire aussi: Grisons: un chasseur confond un cheval avec un chevreuil

Dans un communiqué publié vendredi, PETA critique le fait que les chasseurs amateurs sont parfois trop prompts à appuyer sur la gâchette. L’interdiction de la chasse amateur en Suisse n’a que trop tardé, estime l’organisation.

Chaque année, des erreurs de tir sont responsables de souffrance considérable pour des centaines de milliers d’animaux. Des personnes sont également touchées, blessées ou même tuées, souligne PETA.

Après le tir du lama, le chef de la section de la chasse et de la faune du canton de Schwyz Manuel Wyss n’a pratiquement rien fait d’autre que de répondre à des appels téléphoniques pendant deux jours, a-t-il indiqué dans un entretien accordé au Boten der Urschweiz. Il ne pouvait pas expliquer à ses interlocuteurs comment il est possible pour un chasseur de confondre un lama et un cerf.

Pas de statistique

L’Office fédéral de l’environnement ne tient pas de statistique sur les erreurs de tir, a indiqué à l’agence Keystone-ATS Simon Meier, directeur du centre de compétence pour la biologie de la faune Wildtier Schweiz. Il n’est pas certain dans le cas du lama que l’incident puisse être considéré comme un «tir manqué» au sens de la loi sur la chasse.

Pour Simon Meier, le «tir manqué» désigne plutôt le tir accidentel d’un animal sauvage qui n’aurait pas dû être abattu selon la réglementation en vigueur. Le tir du lama est, d’un point de vue juridique, plutôt un dommage involontaire à la propriété d’autrui. Si le tir est volontaire, c’est une infraction à la loi sur la protection des animaux.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

BévueGrisons: un chasseur confond un cheval avec un chevreuilGrisons: un chasseur confond un cheval avec un chevreuil

DéfenseFourrure d’animaux maltraités: près de 43’000 signatures contre l’importationFourrure d’animaux maltraités: près de 43’000 signatures contre l’importation

PréventionAnimaux: de nombreux poissons d'aquarium meurent faute de soins adéquatsAnimaux: de nombreux poissons d'aquarium meurent faute de soins adéquats

RappelAnimaux: voyager avec son animal est soumis à des conditions bien précisesAnimaux: voyager avec son animal est soumis à des conditions bien précises

Ah bon?Animaux: certains mammifères peuvent respirer par l’anus en cas d’urgenceAnimaux: certains mammifères peuvent respirer par l’anus en cas d’urgence

GastronomieLa chasse, la saison qui permet aux restaurateurs neuchâtelois de tirer… les marrons du feuLa chasse, la saison qui permet aux restaurateurs neuchâtelois de tirer… les marrons du feu

Top