19.07.2011, 11:00

La catastrophe BP passée au peigne fin

chargement

Une équipe de chercheurs avec participation de l'école polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) s'est penchée sur le comportement du pétrole dans les profondeurs de l'océan après la catastrophe de la plate-forme Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique en avril 2010. Des travaux importants pour mieux estimer l'impact sur la vie marine.

Les scientifiques du Woods Hole Oceanographic Institute (Etats-Unis), en collaboration avec le Laboratoire de modélisation de la chimie environnementale de l'EPFL, ont utilisé un sous-marin téléguidé pour prélever des échantillons de pétrole jusqu'à 1500 mètres de profondeur. Ils ont étudié la diffusion des hydrocarbures dans un rayon de 30 kilomètres autour de la plate-forme.

En juin 2010, les chercheurs ont pu prélever des échantillons de pétrole brut directement à la sortie du flux, à la base de la colonne de forage qui s'est rompue près du fond océanique. Les océanographes ont également effectué près de 200 autres mesures à différentes profondeurs, selon ces travaux publiés dans la revue américaine «PNAS» (Proceedings of the national Academy of Sciences).

Flux horizontal

Des recherches précédentes avaient révélé que le panache vertical d'hydrocarbures remontant à la surface se divisait vers 1000 mètres de profondeur pour donner naissance à un second flux horizontal. Pour la première fois, l'équipe de Samuel Arey, de l'EPFL, a pu mettre en évidence le rôle des gaz, tel que le méthane ou le benzène, dans la formation de cet embranchement, écrit la haute école dans un communiqué. Sous la pression de l'eau, ces hydrocarbures légers changent de densité et cessent de remonter. En surface, ils s'évaporent mais en profondeur, ils se dissolvent et se solidifient en fonction de la pression. De même, ce mélange complexe d'hydrocarbures plus ou moins solides peut monter, descendre ou même flotter et donc dériver. De la sorte, la pollution atteint des zones éloignées de la base du puits.

Mieux évaluer l'impact

En comparant la composition du pétrole en sortie de forage et à la surface, Samuel Arey et ses collègues ont pu déterminer la composition du second flux s'échappant du panache. Elle s'explique par la dissolution de certains gaz à 1000 mètres de profondeur, sous l'effet de la pression.

Une part importante de la fuite s'échappe de cette manière. La modélisation développée à l'EPFL permet de mieux comprendre comment se diffuse la pollution aux différentes profondeurs et de mieux estimer la quantité de pétrole émise. Cela devrait permettre d'obtenir une évaluation plus précise de l'impact sur la vie marine dans le futur. / ats

Rappel des faits

Le 20 avril 2010, la plateforme Deepwater Horizon explosait au large de la Nouvelle-Orléans, avant de sombrer deux jours plus tard, faisant onze morts et provoquant un drame humain et écologique sans précédent. Ce n'est que trois mois plus tard que la fuite sous-marine sera obturée. Trois mois durant lesquels un flot quasi ininterrompu de pétrole s'est déversé dans la mer.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du samedi 11 juilletCoronavirus: toutes les nouvelles du samedi 11 juillet

MalchanceLoteries: pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss LotoLoteries: pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

chute en montagneRandonneur porté disparu depuis 8 jours retrouvé blessé au TessinRandonneur porté disparu depuis 8 jours retrouvé blessé au Tessin

consoRappel de produit: Migros rappelle des galettes de riz completRappel de produit: Migros rappelle des galettes de riz complet

évasionLa Grande Cariçaie, le sud sauvage du lac de NeuchâtelLa Grande Cariçaie, le sud sauvage du lac de Neuchâtel

Top