22.09.2016, 15:45

L'enquête demandée par Guy Parmelin sur les missiles sol-air met en lumière un manque de transparence de l'armée

chargement
Guy Parmelin avait demandé une enquête complète sur les processus d'achats d'armes de la Suisse.

rapport Lors de son entrée en fonction à la tête du Département de la défense, Guy Parmelin avait interrompu le processus d'achat d'un nouveau missile sol-air. Il avait ensuite exigé qu'une enquête soit menée sur cette affaire. Elle a notamment permis de constater que l'armée suisse ne faisait pas suffisamment preuve de transparence dans ses procédures.

L'Armée et armasuisse doivent être plus transparents, conclut l'enquête administrative sur le projet d'achat d'un nouveau système de défense sol-air. Au vu de la situation, la suspension de la procédure par le conseiller fédéral Guy Parmelin était compréhensible.

L'information interne et externe est le talon d'Achille du projet de défense sol-air, note l'enquête présentée jeudi à Berne devant les médias. Le Département de la défense, et plus particulièrement l'armée et l'Office fédéral de l'armement, n'ont pas réussi à rallier le soutien des autorités politiques et de la population.

Pour mieux convaincre ces milieux à l'avenir, l'enquête mandatée en avril par Guy Parmelin et dirigée par l'ancien directeur du Contrôle fédéral des finances Kurt Grüter propose de leur présenter dès le départ et de façon plus détaillée les enjeux. Il faudrait leur fournir des estimations sur les coûts finaux présumés, les risques et les chances, et non des coûts susceptibles de varier.

Par ailleurs, pour les projets d'armement importants, les autorités politiques doivent être associées plus tôt au processus d'acquisition du matériel, souligne le rapport d'enquête. Et cette étape doit s'effectuer, de manière générale, plus rapidement, au vu des avancées technologiques constantes.

Bonne organisation

L'enquête devait vérifier si le projet de défense sol-air a eu ou non des déficits concernant notamment le déroulement des acquisitions et les contrôles. Le projet vise à remplacer les équipements vieillissants de l'armée suisse (engins guidés Stinger et Rapier, système de canons de DCA de 35 mm).

En automne 2015, la société Thales Suisse a reçu mandat de la part du Département de la défense de préparer côté helvétique l'acquisition du nouveau système. L'initialisation du projet, comme son organisation et son déroulement, ont été conformes aux directives et règlements, assure le rapport d'enquête. Une gestion du risque efficace et adaptée avait été mise en place.

L'achat était prévu dans le programme d'armement 2017. Guy Parmelin a toutefois gelé les travaux fin mars. Motif officiel: il voulait disposer d'une vue d'ensemble de la défense aérienne, notamment l'évaluation d'un nouvel avion de combat, avant de poursuivre ce projet. Puis le conseiller fédéral a résilié le contrat avec Thales et ouvert cette enquête administrative.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

TerrorismeLa menace d'attentat a augmenté en Suisse, estime Guy ParmelinLa menace d'attentat a augmenté en Suisse, estime Guy Parmelin

UsurpationGuy Parmelin se fait voler son identité pour une annonce érotique très expliciteGuy Parmelin se fait voler son identité pour une annonce érotique très explicite

AgricultureLe conseiller fédéral Guy Parmelin admet "une faute politique" dans le dossier de la fiscalité agricoleLe conseiller fédéral Guy Parmelin admet "une faute politique" dans le dossier de la fiscalité agricole

Top