01.12.2016, 11:49

Immigration de masse: le Conseil des Etats opte pour le modèle de mise en oeuvre "light" du PLR Philipp Müller

chargement
Le Conseil des Etats a soutenu le modèle du PLR Philipp Müller.

Mise en oeuvre Jeudi, le Conseil des Etats a voté par 26 voix contre 16 de soutenir le modèle de mise en oeuvre de l'initiative sur l'immigration de masse proposé par le PLR Phillip Müller.

Les patrons souhaitant recruter à l'étranger devront parfois convoquer d'abord des chômeurs de Suisse et justifier leur éventuel refus. Le Conseil des Etats a décidé jeudi de leur serrer la vis pour appliquer l'initiative contre l'immigration de masse.

Comme le National, il a été guidé par le souci de sauvegarder les relations bilatérales avec l'UE. Pas question de contingenter l'immense majorité des permis de séjour, y compris pour les Européens, comme l'avait proposé le gouvernement faute de mieux.

Les mesures doivent être compatibles avec l'accord sur la libre circulation des personnes afin que le Conseil fédéral puisse ratifier l'extension de l'accord à la Croatie et la Suisse être pleinement réintégrée à l'accord européen sur la recherche Horizon 2020, a rappelé Beat Vonlanthen (PDC/FR).

Le Conseil fédéral a proposé une application conséquente de l'initiative, mais il aurait préféré trouver un accord avec l'UE. La votation du Brexit a porté un "coup de poignard" à ses efforts, a relevé la ministre de justice et police Simonetta Sommaruga. Le gouvernement doit faire preuve de courage et de réalisme, il retire sa proposition, a-t-elle annoncé.

Seule l'UDC et son allié indépendant Thomas Minder ont voté en faveur d'une application stricte de l'initiative ne faisant pas la différence entre l'immigration de l'UE et des pays tiers. La constitution exige une gestion autonome de l'immigration de même que des contingents et des plafonds annuels, a fait valoir Peter Föhn (UDC/SZ). Elle prime sur un accord international.

Aider les chômeurs

Le Conseil des Etats a préféré suivre sa commission préparatoire comme l'y invitait Mme Sommaruga. Certains employeurs devraient être obligés non seulement d'annoncer les postes vacances aux services de l'emploi, mais encore de convoquer des chômeurs inscrits en entretien et de justifier leur refus en cas de recrutement à l'étranger.

Seules les professions et les régions touchées par un taux de chômage supérieur à la moyenne seraient concernées. Soit au plus 1% des procédures de recrutements annuels, avait assuré dès mercredi le concepteur du modèle Philipp Müller (PLR/AG) en vantant une solution ciblée ni chère, ni bureaucratique, contrairement aux contingents.

Quelle que soit la solution retenue, la solution aura un impact sur la charge administrative des entreprises, a noté Olivier Français (PLR/VD). La voie trouvée par la commission a l'avantage de ne pas introduire de préférence indigène générale.

Application "light"

La minorité PDC n'en a pas moins dénoncé un "monstre bureaucratique" et une solution ne respectant pas du tout l'article constitutionnel. Défait par 16 voix contre 26 pour le modèle Müller, le parti a tenté de ramener les sénateurs sur la voie du National avec plusieurs aménagements.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

immigration de masseImmigration: la commission des Etats durcit la proposition "light"Immigration: la commission des Etats durcit la proposition "light"

diplomatieImmigration de masse: la solution de la "préférence nationale light" inquiète l'Union européenneImmigration de masse: la solution de la "préférence nationale light" inquiète l'Union européenne

Top