Guy Parmelin: «Les obstacles à l’accord-cadre étaient trop élevés»

chargement

Suisse-UE Le président de la Confédération rappelle dans une interview que la Suisse a longtemps tenté d’améliorer l’accord institutionnel, sans succès. Selon lui, le Conseil fédéral ne répliquera pas aux manœuvres de l’Union européenne avec des contre-mesures.

  30.05.2021, 07:47
Selon Guy Parmelin, il n'y avait plus aucune perspective de succès.

La Suisse a tout tenté pour trouver des solutions dans les négociations sur l’accord-cadre avec l’UE, selon le président de la Confédération Guy Parmelin. Après sept ans de négociations, il n’y avait plus aucune perspective de succès, selon lui.

A lire aussi : Accord-cadre: le Conseil fédéral rompt les négociations, l’UE «regrette»

«Pour moi, c’est simplement la fin d’un cycle de sept ans. Lorsque l’on se rend compte que l’on ne peut pas atteindre l’objectif, il faut en tirer les conséquences, explique Guy Parmelin dans une interview publiée dans la NZZ am Sonntag. C’était une décision lucide.»

Lorsque l’on se rend compte que l’on ne peut pas atteindre l’objectif, il faut en tirer les conséquences.
Guy Parmelin, président de la Confédération, à la NZZ am Sonntag

L’objectif du Conseil fédéral a toujours été de conclure l’accord-cadre avec l’UE, assure-t-il. Et d’ajouter qu’il est bon de se fixer des objectifs ambitieux mais que dans le cas de l’accord-cadre, les obstacles étaient trop élevés. La Suisse a longtemps essayé d’améliorer l’accord, sans succès, indique-t-il.

Interrogé si la Suisse devrait également avoir recours à des piques, si l’UE introduisait des discriminations à son encontre, le Vaudois a répondu que cela ne profiterait à aucune des deux parties. L’UE se ferait du tort à elle-même si elle torpillait les relations commerciales avec son principal partenaire. Cela vaut également pour la coopération en matière de recherche, précise-t-il.

De tels jeux ne correspondent pas à notre politique.
Guy Parmelin, président de la Confédération, à la NZZ am Sonntag

Le Conseil fédéral ne réagira pas aux manoeuvres de Bruxelles par des contre-mesures. «De tels jeux ne correspondent pas à notre politique. Nous travaillons dans l’intérêt de nos citoyens, ce qui correspond souvent aussi aux intérêts de la population dans l’UE», a souligné le Vaudois.

Ignazio Cassis: «la Suisse ne fait pas un pas en arrière»

«La Suisse ne fait pas un pas en arrière; elle a simplement renoncé à aller de l’avant», déclare Ignazio Cassis dans la dernière édition du Monde. Dans le quotidien français, le conseiller fédéral explique, dans un langage destiné à des étrangers, les raisons de la rupture des négociations sur l’accord-cadre.

Les désaccords sont peu nombreux, mais majeurs, déclare M. Cassis dans le Monde samedi soir. Un exemple: «quand la Suisse a signé, en 1999, les accords bilatéraux avec l’UE, la notion de libre circulation était un concept économique, relevant du droit du travail. (…) Dès 2005, l’UE a évolué et la libre circulation a embrassé des notions portant sur la citoyenneté européenne».

En tant que pays non-membre, la Suisse ne souhaite pas reprendre ce principe.
Ignazio Cassis, ministre des Affaires étrangères

Ces notions, reprises dans une directive, indiquent que tous les citoyens de l’Union sont égaux en droits dans chacun des Etats membres, y compris en ce qui concerne les droits sociaux. «En tant que pays non-membre, la Suisse ne souhaite pas reprendre ce principe», déclare le conseiller fédéral.

«Selon nous, accepter de céder sur cette notion élargie de libre circulation et sur la protection de nos salaires aurait mis en jeu la stabilité de notre pays, c’était un prix trop élevé à payer. Mais ce n’est pas une rupture pour autant, car la force du partenariat entre Berne et Bruxelles reste intacte», assure-t-il.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

MédiasNégociations sur l'accord-cadre: le Conseil fédéral porte plainte pour indiscrétionNégociations sur l'accord-cadre: le Conseil fédéral porte plainte pour indiscrétion

bilatéralesAccord-cadre Suisse-UE enterré: les nouveaux chantiers européensAccord-cadre Suisse-UE enterré: les nouveaux chantiers européens

C’est décidéAccord-cadre: le Conseil fédéral rompt les négociations, l’UE «regrette»Accord-cadre: le Conseil fédéral rompt les négociations, l’UE «regrette»

innovationAccord-cadre avec l'UE: les medtechs sur leurs gardesAccord-cadre avec l'UE: les medtechs sur leurs gardes

Prise de positionAccord-cadre: le Bade-Wurtemberg espère un compromis entre la Suisse et l’UEAccord-cadre: le Bade-Wurtemberg espère un compromis entre la Suisse et l’UE

Top