05.09.2018, 14:40

Genève: Pierre Maudet suspendu de certaines prérogatives par le Conseil d'Etat, insuffisant pour ses adversaires

chargement
Le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet, au centre d'une affaire de voyage controversé, conserve la direction du département présidentiel.

Genève Président du Conseil d'Etat genevois, le PLR Pierre Maudet perd ses prérogatives en matière de relations institutionnelles avec le pouvoir judiciaire et de représentation du gouvernement. Mais il garde le département présidentiel et la sécurité. Partis et syndicats fâchés.

Talonné par la justice à cause d'un curieux voyage à Abou Dhabi, le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet s'est vu retirer certaines de ses prérogatives par ses collègues de l'exécutif. Il garde toutefois la tête de la sécurité et du département présidentiel.

"Nous avons affaire à une situation grave et inédite", a déclaré devant les médias le vice-président de l'exécutif cantonal Antonio Hodgers. Le magistrat écologiste était accompagné, pour mener cette conférence de presse très attendue, des six autres membres du collège.

Depuis la diffusion, voilà une semaine, d'un communiqué de presse explosif du Parquet genevois, qui annonçait sa volonté de poursuivre Pierre Maudet pour acceptation d'un avantage et qui laissait entendre que l'élu PLR n'avait pas dit toute la vérité sur son voyage à Abou Dhabi, le gouvernement avait gardé le silence.

Mercredi, il a décidé de prendre des mesures organisationnelles pour ne pas entraver le travail de la justice et prêter le flanc à d'éventuelles accusations d'interférences. Pierre Maudet a été dessaisi de certaines tâches. Il conserve néanmoins l'essentiel de ses compétences pour le moment.

Plus la figure du Conseil d'Etat

Ainsi, il a été convenu que Pierre Maudet perde les prérogatives de représentation du gouvernement à l'extérieur, qui reviennent au vice-président Antonio Hodgers. La surveillance des communes, la Genève internationale, les affaires extérieures et autres activités relevant de la présidence, restent entre les mains du magistrat PLR.

Concernant le département de la sécurité, Pierre Maudet n'aura plus à assumer les relations institutionnelles avec le pouvoir judiciaire. Il garde le contrôle de la police, à l'exception de l'IGS (l'inspection générale des services), qui conduit l'enquête sur le magistrat. Ces tâches ont été confiées à Mauro Poggia.

"Face à une situation inédite, nous avons pris la décision qui nous semblait la plus sage", a souligné Antonio Hodgers. Cette solution a le mérite de préserver "la liberté complète du Ministère public dans son enquête sur Pierre Maudet". Ces dispositions pourront être revues en fonction des avancées de la procédure.

La surprise du gouvernement

Antonio Hodgers a admis que le communiqué du Ministère public avait créé une "certaine surprise" au sein du gouvernement. Ce dernier n'a cependant pas voulu réagir dans la précipitation. Il s'est donné un temps de réflexion afin d'adopter des mesures organisationnelles correctes vis-à-vis des institutions, n'entamant pas sa crédibilité.

Interrogé sur les mensonges dont se serait rendu coupable Pierre Maudet à propos de son voyage en 2015, à Abou Dhabi, accompagné de sa famille et de son bras droit, Antonio Hodgers a refusé toute déclaration. Il a juste indiqué qu'il n'était pas du ressort du gouvernement de se pencher sur le volet pénal de l'affaire.

Pierre Maudet s'est rapidement exprimé sur le sujet, précisant qu'il comptait, "à brève échéance" donner publiquement sa position sur le dossier, mais pas dans le cadre d'une réunion de l'exécutif, au milieu de ses collègues. "Je n'engage pas le Conseil d'Etat sur cette affaire", a-t-il souligné.

Syndicat de police atterré

Marc Baudat, le président de l'UPCP (Union du personnel du corps de police du canton de Genève), qui demandait que Pierre Maudet soit dessaisi de la police durant la procédure judiciaire, s'est déclaré profondément déçu des mesures prises par le Conseil d'Etat. "Elles vont attiser le feu au Parlement", a-t-il prédit.

Le syndicaliste a aussi affirmé que séparer l'IGS du reste de la police et la confier à un autre magistrat, chargé d'un autre département que celui de la sécurité, ne respectait pas la loi. "Qui vous dit qu'il n'y a que l'IGS qui procède à des actes d'enquête sur Pierre Maudet ?", a-t-il par ailleurs relevé.

Le député Jean Batou, d'Ensemble à gauche, a déploré la lâcheté du Conseil d'Etat. Pierre Maudet continuera de diriger la promotion économique, alors que ces voyages à l'extérieur sont en lien avec l'affaire qui le concerne, a noté le représentant de la gauche de la gauche.

"Pour celles et ceux qui espéraient que de l'ordre serait fait au Conseil d'Etat, la déconvenue est de taille XXL", a de son côté fait savoir l'UDC Genève dans un communiqué. Pour le parti, le gouvernement genevois a pris des mesurettes "pour sauver l'un des siens".

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

justiceGenève: une dénonciation pénale ajoute au trouble suscité par l'affaire MaudetGenève: une dénonciation pénale ajoute au trouble suscité par l'affaire Maudet

justiceGenève: le Ministère public veut poursuivre le Conseiller d'Etat Pierre Maudet pour son voyage à Abou DhabiGenève: le Ministère public veut poursuivre le Conseiller d'Etat Pierre Maudet pour son voyage à Abou Dhabi

polémiqueGenève: le Grand Conseil réprouve l'acceptation d'un luxueux cadeau par le Conseiller d'Etat Pierre MaudetGenève: le Grand Conseil réprouve l'acceptation d'un luxueux cadeau par le Conseiller d'Etat Pierre Maudet

Top