27.10.2016, 15:55

Extrême-droite: le chanteur du groupe FLAK, interdit d'entrée en Suisse, chante pour le Parti national suisse

chargement
Le parti national suisse s'est réuni samedi dernier dans cet établissement de Kaltbrunn, dans le canton de St-Gall.

racisme Alors que l'Office fédéral de la police lui avait notifié son interdiction d'entrer sur le territoire suisse, un chanteur d'un groupe allemand d'extrême-droite s'est produit lors d'une réunion du Parti national suisse. La police st-galloise était au courant, mais elle affirme que l'interdiction n'a été communiquée à l'intéressé qu'après le concert. Il a alors été raccompagné à la frontière.

Interdit d'entrer en Suisse, le chanteur allemand du groupe d'extrême droite FLAK a pu se produire lors d'une réunion du Parti national suisse (PNOS) samedi à Kaltbrunn (SG). La police ne lui a signifié qu'après le concert son interdiction d'être dans le pays.

Des participants à la réunion de Kaltbrunn se moquent de la police sur les médias sociaux et insinuent qu'elle a passé un accord avec le PNOS, selon les informations publiées par des médias.

Mardi, la police st-galloise a réagi dans un communiqué. Elle explique avoir demandé à l'Office fédéral de la police une interdiction d'entrer en Suisse pour le chanteur. Bien que les gardes-frontière aient été informés et que la police a contrôlé plusieurs personnes et des véhicules, le ressortissant allemand a malgré tout pu se rendre à la réunion du PNOS sans être repéré.

Ni le PNOS ni le groupe FLAK ne sont interdits sur le territoire suisse. Pour des raisons de proportionnalité, la police a décidé de ne signifier au chanteur son interdiction d'entrer dans le pays qu'après la réunion, indique-t-elle.

La police savait

Le porte-parole de la police st-galloise Gian Rezzoli a précisé à l'ats que la police savait que le chanteur se trouvait dans la salle. Comme il s'agissait d'une réunion privée, les forces de l'ordre n'avaient aucune raison d'intervenir. Il fallait faire respecter le calme et l'ordre à plusieurs endroits et cette mission a été accomplie, a encore indiqué le porte-parole.

L'interdiction d'entrer en Suisse a été signifiée au chanteur à la fin de la réunion et il a été raccompagné à la frontière. "Nous ne pouvions tout de même pas donner l'assaut dans cette réunion privée seulement en raison de quelques chansons racistes", a déclaré Gian Rezzoli. Cela ne signifie aucunement que la police considère positivement les idées d'extrême droite, a-t-il ajouté.

La police a encadré la réunion du PNOS samedi à Kaltbrunn. La semaine précédente, les forces de l'ordre avaient été prises par surprise: environ 5000 personnes venues de toute l'Europe avaient participé à un concert de groupes d'extrême droite à Unterwasser (SG).

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

polémiqueSt-Gall: la Fondation contre le racisme dépose plainte après le concert néonazi à UnterwasserSt-Gall: la Fondation contre le racisme dépose plainte après le concert néonazi à Unterwasser

PNOSSaint-Gall: le Parti national suisse très surveilléSaint-Gall: le Parti national suisse très surveillé

Saint-GallConcerts d'extrême-droite: la police de Saint-Gall ne tolérera plus de tels événementsConcerts d'extrême-droite: la police de Saint-Gall ne tolérera plus de tels événements

Radicalisme de droiteSt-Gall: près de 5000 personnes ont assisté à un concert de groupes rock d'extrême droiteSt-Gall: près de 5000 personnes ont assisté à un concert de groupes rock d'extrême droite

Top