Espionnage: utiliser le dialecte haut-valaisan comme langage codé

chargement

Espionnage Les parlementaires suisses souhaitent que Berne réagisse aux écoutes menées par les services de renseignements américains à Genève. Si l'UDC pourrait envisager de suspendre l'application de l'accord bancaire FATCA, le directeur de l'Institut d'études stratégiques propose au Conseil fédéral de s'entretenir en dialecte haut-valaisan.

Par A. C.
  29.10.2013, 14:15
La NSA a peut-être des oreilles en Valais mais le directeur de l'Institut d'études stratégiques doute que ses espions comprennent le dialecte haut-valaisan...

Plusieurs parlementaires demandent que Berne convoque l'ambassadeur des Etats-Unis et se fende d'une note de protestation contre les écoutes menées par les services de renseignement américain à Genève.

Si l'UDC pourrait envisager de suspendre l'application de l'accord FATCA, le directeur de l'Institut d'études stratégiques Albert Stahel propose une autre alternative pour le moins insolite. Dans une interview accordée à la "Neue Luzerner Zeitung", il propose aux Conseillers fédéraux de s'entretenir de leurs dossiers sensibles en... dialecte haut-valaisan. 

L'idée n'est pas nouvelle. "Lors de la deuxième guerre mondiale, les Américains ont utilisé le Navajo, une langue amérindienne, pour communiquer. Les Japonais n'y comprenaient rien", rappelle-t-il, avant de conclure: "Si les Suisses utilisaient la même stratégie, les espions capituleraient en premier".

Wifi et téléphones sur écoute

Selon les dernières révélations de l'hebdomadaire allemand "Spiegel", les Etats-Unis utiliseraient une station d'écoute dans la mission américaine auprès de l'ONU à Genève, cible de choix du fait de la présence d'organisations internationales. Ils auraient accès aux informations transitant par les réseaux wifi et par téléphones portables. Une information qui ne surprend pas les experts. "On sait depuis longtemps que les Etats-Unis exploitent les systèmes de communication", note Albert Stahel.

La Confédération peut prendre différentes mesures contre les espions, comme discrètement intervenir auprès de leur pays d’origine. D'autres sanctions sont possibles: refus d’accréditation ou de visa, expulsion, interdiction d’entrée dans le pays et, pour les diplomates, les déclarations persona non grata.

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Sécurité routièreNez Rouge: près de la moitié des sections n’offriront pas leurs services en fin d’annéeNez Rouge: près de la moitié des sections n’offriront pas leurs services en fin d’année

ConstatéSanté: les virus saisonniers prolifèrent à nouveau en SuisseSanté: les virus saisonniers prolifèrent à nouveau en Suisse

live
En directCoronavirus: la Suisse s'intéresse au mélange des vaccins Pfizer et ModernaCoronavirus: la Suisse s'intéresse au mélange des vaccins Pfizer et Moderna

A la uneRevue de presse: 3e dose, vols de Swiss, Credit Suisse… les titres de ce dimancheRevue de presse: 3e dose, vols de Swiss, Credit Suisse… les titres de ce dimanche

AlarméCoronavirus: la pénurie de pièces détachées inquiète Guy ParmelinCoronavirus: la pénurie de pièces détachées inquiète Guy Parmelin

Top