20.09.2016, 16:31

Escroquerie: une ex-employée de la Suva écope de 18 mois avec sursis

chargement
L'ancienne employée devra rembourser 237'000 francs à la Suva.

justice Une ex-employée de la Suva avait établi de fausses factures pour plus de 230'000 francs, s'offrant au passage un salaire mensuel de 26'000 francs! Le Tribunal fédéral l'a condamnée à 18 mois de prison avec sursis. Une peine relativement clémente, la fraudeuse s'étant engagée à rembourser l'organisme.

Une ex-employée de la Suva a été condamnée mardi à une peine de dix-huit mois de prison avec sursis par le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone. Cette quadragénaire a été reconnue coupable d'escroqueries et de faux dans les titres.

Entre 2013 et 2014, elle avait établi une quarantaine de transactions fictives. Au total, les malversations commises portent sur un montant de 237'000 francs.

Les opérations concernaient de prétendues restitutions de primes effectuées par de faux assurés. Les montants étaient inférieurs à 10'000 francs chacun. En dessous de ce seuil, elle se doutait que les contrôles effectués par les supérieurs hiérarchiques étaient moins systématiques.

Société fictive

L'ex-employée avait créé une société fictive et avait établi toute la documentation relative à cette entreprise dans les dossiers de la Caisse nationale suisse d’assurance en cas d'accidents (Suva). Elle avait également inventé des noms d'assurés.

Selon le verdict du Tribunal pénal fédéral, la quadragénaire a déployé "une activité criminelle importante", qui lui permettait de se procurer un revenu illicite de quelque 26'000 francs en moyenne chaque mois.

Aveux et regrets

Devant le Tribunal pénal fédéral, la quadragénaire a reconnu les malversations et admis sa culpabilité. Elle a également exprimé ses regrets. C'est elle qui s'était spontanément dénoncée après un entretien avec ses supérieurs au printemps 2014.

Interrogée par le TPF, cette femme a déclaré qu'elle avait voulu régler des problèmes financiers. Elle avait des dettes importantes à l'égard d'un ancien propriétaire et également à l'égard d'un vétérinaire, qui l'aurait mise sous pression et adressé des factures exorbitantes.

Tous ces éléments ont incité le TPF à prononcer une peine relativement clémente. L'ex-employée est en outre condamnée à rembourser à la Suva, qui s'est constituée partie civile, les montants détournés de quelque 237'000 francs.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Tribunal pénal fédéralProcès d'une ex-employée de la Suva accusée d'escroquerieProcès d'une ex-employée de la Suva accusée d'escroquerie

Suva: ex-employée accusée d'escroquerie

Une ex-employée de la Suva se serait enrichie personnellement à hauteur de 237'000 francs. Elle comparaît mardi devant...

  20.09.2016 12:17

assuranceLa Suva résiste au taux plancher et boucle l'exercice 2015 avec un résultat négatif à relativiserLa Suva résiste au taux plancher et boucle l'exercice 2015 avec un résultat négatif à relativiser

EscroquerieEscroquerie: un ancien directeur et un consultant de la banque Coop arrêtés à LocarnoEscroquerie: un ancien directeur et un consultant de la banque Coop arrêtés à Locarno

Top