01.02.2018, 16:42

Conseil fédéral: Ignazio Cassis a tiré le bilan de ses 100 premiers jours

chargement

gouvernement Au moment de tirer le bilan de ses 100 premiers jours au sein de Conseil fédéral, le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis a déclaré jeudi qu'il est possible de trouver une solution concernant les relations de la Suisse avec l'UE, mais qu'il faut du temps.

Les relations de la Suisse avec l'UE constituent une priorité pour 2018. Le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis est convaincu qu'il est possible de trouver une solution satisfaisant les deux parties, a-t-il dit en tirant le bilan de ses 100 premiers jours.

Qui s'attend à ce que l'on puisse changer le monde en trois mois n'a pas compris la Suisse. "Les changements sont difficiles et la Suisse ne supporte que les petits changements", a dit le conseiller fédéral. Mais ainsi elle connaît la stabilité.

Un élément est central pour Ignazio Cassis: la politique extérieure est de la politique intérieure. Car elle ne peut réussir que si le peuple l'accepte. Ce n'est pas un hasard s'il a choisi le Tessin pour sa conférence de presse, région qui se montre sceptique par rapport à l'Italie et donc à l'UE, car très exposée.

De manière très didactique et à grand renfort de cubes et d'un ballon, le conseiller fédéral a une nouvelle fois expliqué les éléments en jeu dans la recherche d'un accord-cadre avec l'Union européenne (UE) devant un parterre d'étudiants et de journalistes à l'Université de Suisse italienne (Voir vidéo ATS ci-dessous).

Pas mentir

Ignazio Cassis s'est dit convaincu qu'il était possible de persuader le peuple "si nous savons ce que nous voulons et si l'accord est bien équilibré". Il a senti une grande tension au Palais fédéral au début de son entrée au gouvernement. Il en tire la leçon qu'il faut dire ouvertement ce qu'il en est et expliquer clairement le prix à payer en cas de rejet, puis décider.

Et de rappeler qu'un tiers de la richesse de la Suisse dépend de nos relations commerciales avec l'UE. De l'autre côté, il entend aussi expliquer le fonctionnement de la démocratie directe aux interlocuteurs étrangers. Et il estime qu'il n'y a pas de honte à affirmer, le cas échéant, que le peuple a dit non.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

RencontreWEF 2018: Ignazio Cassis a rencontré son nouvel interlocuteur européenWEF 2018: Ignazio Cassis a rencontré son nouvel interlocuteur européen

tensionsSuisse-France: à Paris, Ignazio Cassis se plaint du traitement réservé par l'UESuisse-France: à Paris, Ignazio Cassis se plaint du traitement réservé par l'UE

PolitiqueConseil fédéral: Ignazio Cassis, ministre des affaires étrangères dès mercrediConseil fédéral: Ignazio Cassis, ministre des affaires étrangères dès mercredi

Top