Commerce: les fourrures ne sont pas toujours déclarées correctement en Suisse

chargement

Commerce Les fourrures ne sont pas toujours déclarées correctement en Suisse, selon l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires. Lors de contrôles, près de trois quarts des cas étaient problématiques.

 08.08.2019, 11:19
Les produits les plus contestés (63%) sont les cols de veste. (illustration)

Des lacunes subsistent dans la déclaration des fourrures dans de nombreuses boutiques et magasins spécialisés en Suisse. Lors de ses contrôles, l'administration fédérale a découvert près de trois quarts de cas problématiques. Six ont conduit à une procédure pénale.

L'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) a contrôlé 163 points de vente - boutiques, grands magasins ou commerces en ligne - lors de la période 2018/2019. Résultat, 116 contrôles (71 %) ont donné lieu à des contestations, selon un rapport que l'OSAV vient de publier sur son site internet.

 

A lire aussi : Les clients qui achètent des fourrures devraient savoir si elles sont synthétiques ou non

 

Dans 86 cas, les manquements ont pu être corrigés dans le délai imparti de 30 jours. Trente points de vente se sont acquittés d'une amende. La Confédération a lancé une procédure pénale contre six magasins n'ayant pas obtempéré.

Selon l'ordonnance sur la déclaration des fourrures, entrée en vigueur en 2013, les étiquettes sur les produits doivent contenir le pays d'origine, le nom de l'espèce animale et le mode de détention ou de capture des animaux. Les informations doivent être inscrites de manière visible sur le produit et au moins dans une langue officielle.

Chien viverrin confondu

Les contrôles ont porté sur un total de 6691 produits, dont 3732 avaient été déclarés correctement. 545 pièces, vêtements en fourrure ou garnitures posées sur des vêtements et autres accessoires, ne portaient pas de déclaration et 241 une inscription erronée ou incomplète.

Les produits les plus contestés (63%) sont les cols de veste. La majorité (80%) se composaient de fourrure de chien viverrin, souvent déclarée par erreur comme fourrure de raton laveur. Les fourrures de chien viverrin sont d'ailleurs les plus contestées (1673 cas). Suivent le renard roux (309), le lapin (258), le vison (221) et le renard polaire (155).

Les contrôles ont également révélé 10 cas de lynx, animal protégé en Suisse, mal déclarés, 10 peaux de léopards, 5 de jaguars et 4 de loups.

Contrôles intensifiés

Les résultats des contrôles de la saison 2018/2019 et le nombre élevé de cas problématiques qui en est sorti montrent que l'ordonnance n'a produit jusqu'ici qu'un petit effet, écrit l'OSAV. La branche est appelée à appliquer correctement la loi et à faire des efforts en formant notamment mieux son personnel de vente.

 

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

ConsommationLes clients qui achètent des fourrures devraient savoir si elles sont synthétiques ou nonLes clients qui achètent des fourrures devraient savoir si elles sont synthétiques ou non

ConsommationProtection animale: les étiquettes des fourrures sont trop souvent non conformes en SuisseProtection animale: les étiquettes des fourrures sont trop souvent non conformes en Suisse

CommerceL'origine des fourrures souvent mal indiquée dans les magasinsL'origine des fourrures souvent mal indiquée dans les magasins

Top