02.08.2015, 19:42

Chasseurs et tireurs sportifs se trompent-ils de cible?

chargement
Par BERNE CHRISTIANE IMSAND

Les tireurs sportifs, les chasseurs et les collectionneurs tirent à boulet rouge contre l'initiative sur les armes. Pourtant, le projet tient compte de leurs intérêts. Tour d'horizon.

On peut être à la fois chasseur et partisan de l'initiative contre la violence des armes. Ce n'est cependant pas une position facile à assumer face à la Communauté d'intérêts Tir Suisse qui engage ses quelque 250 000 membres à rejeter le texte soumis au peuple le 13 février prochain.

Membre du comité d'initiative et chasseur aguerri, le socialiste valaisan Stéphane Rossini avoue avoir bien de la peine à convaincre ses amis chasseurs de s'engager à ses côtés. Pourtant, affirme-t-il, «les propos alarmistes tenus par l'organisation Chasse Suisse et les fédérations cantonales n'ont pas lieu d'être. Aujourd'hui déjà, il faut justifier d'un besoin et des capacités nécessaires pour obtenir un permis de chasse. Cela ne changera pas avec le nouveau texte constitutionnel».

Ce qui changera par contre, c'est le passage d'une réglementation cantonale à une réglementation nationale. Car l'initiative prévoit certes un régime particulier pour les chasseurs, les tireurs sportifs et les collectionneurs, mais elle précise qu'il appartiendra aux Chambres fédérales d'en fixer les modalités. Pour les initiants, cette mention est une façon de montrer que le projet n'est pas dirigé contre ces milieux et que leurs besoins sont au contraire reconnus. La perspective d'une loi fédérale suscite cependant les pires craintes parmi les associations concernées.

«On ne sait pas à quoi ressemblerait une telle loi», souligne Marco Giacometti, secrétaire général de Chasse suisse. «On sait seulement que les chasseurs devraient présenter un justificatif de besoins et de capacités. On peut par exemple imaginer que chaque personne qui souhaite suivre un cours de formation pour devenir chasseur doive passer un examen psychologique». Les chasseurs et les collectionneurs ont-ils raison de s'inquiéter? «Pas du tout», répond le sénateur socialiste Didier Berberat. «Il s'agit d'affabulations de mauvaise foi. Si l'initiative passe, il est clair que la majorité bourgeoise du Parlement ne va pas chercher à entraver l'activité de ces milieux».

La situation est plus complexe pour les tireurs sportifs. En particulier ceux qui ont recours à une arme d'ordonnance puisque le dépôt à l'arsenal des armes militaires est au cœur du texte soumis au peuple. Les initiants ont prévu le coup. Le projet introduit explicitement une exception pour les tireurs sportifs détenteurs d'une licence. Ceux-ci pourront toujours emmener leur arme d'ordonnance à domicile, à des conditions qui seront là aussi réglées par la loi. On compte aujourd'hui quelque 80 000 tireurs sportifs au bénéfice d'une licence.

En ce qui concerne le tir obligatoire hors du service, les soldats qui ne sont pas au bénéfice d'une licence devraient recevoir une arme sur le terrain de tir. «Elle leur sera prêtée par la société organisatrice qui les obtiendra de l'armée», indique le PS dans son argumentaire. Pour les tireurs, c'est une vue de l'esprit. «Les sociétés de tir ne seront pas en mesure d'entreposer autant d'armes», affirme le PDC Jakob Büchler, président de la commission de politique de sécurité du Conseil national et président de la société de tir de Saint-Gall. Selon lui, «l'initiative condamne le tir sportif comme sport de masse et la Suisse perdra une tradition qui contribue à sa cohésion nationale».

Réponse de Didier Berberat: «On peut compter sur les sociétés de tir pour trouver des solutions pratiques. Rien ne s'y oppose puisque l'initiative permet justement de prendre des mesures en faveur des tireurs». /CIM

Mobilisation bourgeoise

Les partis bourgeois font bloc contre l'initiative socialiste sur les armes qui exige notamment le dépôt des armes militaires à l'arsenal et le remplacement des registres cantonaux par un registre fédéral. Ils l'ont montré hier en se présentant en rangs serrés devant la presse.

Sur le fond, leur argumentation ne s'éloigne pas de celle du Conseil fédéral. Selon eux, les mesures préconisées par l'initiative ne résolvent pas les vrais problèmes qui sont l'usage abusif et le trafic illégal d'armes. Par contre, affirment en chœur le PDC, le PLR, l'UDC et le BDP, elles font planer un soupçon généralisé sur tous les soldats et les tireurs en contestant collectivement leur faculté de manier une arme de façon responsable.

«La remise d'une arme personnelle aux militaires pour la durée totale de l'obligation de servir est l'expression de la confiance et de la solidarité qui règle entre l'Etat et ses citoyens», affirme la Genevoise Martine Brunschwig Graf (PLR). «Si le militaire devait être qualifié de risque pour la sécurité, cela constituerait une énorme rupture de confiance».

Les représentants des partis bourgeois n'ont pas manqué de se référer au dernier congrès du parti socialiste. D'après le président du parti bourgeois démocrate Hans Grunder, la lutte contre la violence des armes serait un moyen commode de dissimuler l'objectif réel qui est la suppression de l'Armée. Les partis bourgeois mettent aussi l'accent sur les coûts de ce projet. Ils sont estimés à 6,4 millions de francs pour la mise en œuvre, puis à quelque 14 millions de francs par an. /cim


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

live
EpidémieCoronavirus: le Tessin craint une contamination, des patients placés en quarantaineCoronavirus: le Tessin craint une contamination, des patients placés en quarantaine

AccidentFribourg: une lugeuse grièvement blessée au Lac NoirFribourg: une lugeuse grièvement blessée au Lac Noir

RétrospectiveEn 2000, la Marche mondiale des femmes est lancéeEn 2000, la Marche mondiale des femmes est lancée

VirulenceDiscrimination: les théories du complot antisémite se renforcent en SuisseDiscrimination: les théories du complot antisémite se renforcent en Suisse

MédiasRevue de presse: l’hygiène des restaurants, un «sommet de la concordance», la station de Gstaad… les titres de ce dimancheRevue de presse: l’hygiène des restaurants, un «sommet de la concordance», la station de Gstaad… les titres de ce dimanche

Top