28.07.2009, 04:15

«Ce n'est pas une plaisanterie. La pandémie arrive»

chargement

Marie-Thérèse Porchet née Bertholet rappellera aux Suisses les précautions à prendre contre la grippe A/H1N1. L'OFSP a lancé une campagne télévisée. Dès hier soir, les télévisions suisses retransmettaient une série de spots pour rappeler que «ce n'est pas une plaisanterie. La pandémie arrive». Selon le directeur de l'Office fédéral de la santé publique (OSFP) Thomas Zeltner, deux tiers de la population a besoin d'un supplément d'informations sur la maladie.

La campagne, devisée à trois millions de francs, démarre plus tôt que prévu pour coïncider avec la hausse des cas que devrait entraîner la première grande vague de retours de vacances. «Nous commençons avec une note humoristique» même si le problème est sérieux, a expliqué Thomas Zeltner. Et de préciser que le concept sera développé par étapes.

Le site internet consacré à la pandémie - www.pandemia.ch - a aussi fait peau neuve. L'office en a profité pour revoir ses consignes aux voyageurs. Plus question d'appeler les Suisses à éviter de se rendre dans une région à risque bien précise. Le principe est désormais: celui qui se rend à l'étranger s'expose à un risque plus élevé qu'en Suisse.

Le directeur de l'OFSP est en outre revenu sur le remboursement, annoncé la veille, de l'antigrippal Tamiflu par l'assurance de base dès le 1er août. Les malades traités à l'hôpital, les malades chroniques, les résidents d'EMS, les enfants et les personnes de plus de 65 ans bénéficieront de la prise en charge du médicament. Ce pourrait être aussi le cas pour les femmes enceintes et les bébés de moins d'un an dans des cas exceptionnels. L'Institut suisse des produits thérapeutiques Swissmedic a en effet éclairci hier la situation. Pour ces deux catégories de population, il n'y aura pas d'autorisation générale de prescrire le médicament. Le médecin traitant devra évaluer au cas par cas lors d'une consultation les risques et les avantages du traitement.

Au vu des données de l'expérimentation animale et du recul limité dont on dispose, il semble que dans certains cas, l'intérêt d'utiliser du Tamiflu ou du Relenza chez les femmes enceintes ou allaitantes l'emporte sur les risques, écrit Swissmedic. Pour ce qui est des enfants, le Tamiflu est autorisé pour ceux de plus d'un an et peut être administré aux plus jeunes sous réserve des mêmes précautions que pour les femmes enceintes. Pour les nourrissons de moins de trois mois, une surveillance médicale est impérative. /ats

«Ce n'est pas une plaisanterie. La pandémie arrive»


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

VotationsEntreprises responsables: pression accrue sur l’économieEntreprises responsables: pression accrue sur l’économie

VotationsEntreprises responsables: pour la presse, la thématique restera d’actualitéEntreprises responsables: pour la presse, la thématique restera d’actualité

INITIATIVEVotations fédérales: victoire pour les fabricants d’armes contre l’initiative populaireVotations fédérales: victoire pour les fabricants d’armes contre l’initiative populaire

live
DirectCoronavirus: suivez l'actualité sur la pandémie en Suisse et dans le mondeCoronavirus: suivez l'actualité sur la pandémie en Suisse et dans le monde

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du dimanche 29 novembreCoronavirus: toutes les nouvelles du dimanche 29 novembre

Top