05.02.2019, 15:11

Armée: les soldats se montrent toujours plus exigeants sur la nourriture

chargement
Les cuisiniers s'adaptent aux demandes des soldats.

Habitudes alimentaires Intolérance au gluten, alimentation halal ou régime végétarien, les soldats deviennent toujours plus exigeants quant au contenu de leur assiette. Les cuisiniers de l’armée s’adaptent avec un budget qui reste limité.

Les habitudes alimentaires ne semblent jamais avoir été aussi diverses au sein de la société. Et ce n’est pas l’armée qui dira le contraire. Depuis quelques temps, elle est confrontée à des exigences toujours plus nombreuses de la part des soldats concernant l’alimentation, que ce soit pour des motifs de santé ou religieux. Nourriture halal, régime végétarien ou intolérance au gluten compliquent la tâche des cuisiniers. Et lorsque l’on sait que le budget est de 8,75 francs par repas pour chaque recrue, la marge de manœuvre se réduit d’autant.

Mais, le prix est moins un problème que le droit de regard demandé par les soldats sur ce qu’on met dans leur assiette, explique Jean-Michel Martin, chef du service de restauration de l’armée à 20 Minuten. Et ce dernier de constater que l’offre s’est considérablement élargie au cours des dernières années. Si seuls des biscuits militaires garnissaient la table pour les quatre-heures, «aujourd’hui, il y a des biscuits Kambly, des Leckerlis bâlois ou même de la compote de pommes», détaille-t-il.

Evolution profitable à tous

Le personnel est formé pour proposer des substituts sans viande à chaque repas. Et les personnes atteintes de la maladie cœliaque peuvent, par exemple, acheter eux-mêmes des produits sans gluten que l’armée leur rembourse ensuite. «Il y a 20 ans, si quelqu’un refusait de manger des tripes, du foie ou du ragoût, c’était son problème», précise Jean-Michel Martin.

Il y a 20 ans, si quelqu’un refusait de manger des tripes, du foie ou du ragoût, c’était son problème.
Jean-Michel Martin, chef du service de restauration de l’armée

 

Interrogée par le quotidien alémanique, la nutritionniste zurichoise Nicoletta Weber ne voit pas forcément cette évolution d’un mauvais œil. Selon elle, les menus proposés par l’armée contiennent trop de viande. «De la viande deux à trois fois par semaine suffit à une alimentation saine», déclare-t-elle.

Une alimentation plus saine pour tout le monde, mais aussi plus économique. Les produits carnés sont souvent les plus chers, il est donc possible d’investir les 8,75 francs par personne de manière plus intelligente en élargissant l’offre de salades ou de légumes. Enfin, elle estime que servir un dessert tous les jours n’est pas non plus indispensable.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Ecole de recruesArmée: près de 11'200 nouvelles recrues entament lundi leur service militaireArmée: près de 11'200 nouvelles recrues entament lundi leur service militaire

Armes à feuArmée: 107 pistolets et fusils d’assaut ont disparu en Suisse en 2018Armée: 107 pistolets et fusils d’assaut ont disparu en Suisse en 2018

ArgovieArgovie: un Super Puma de l’armée retrouve un pensionnaire de 94 ans sur un terrain de golfArgovie: un Super Puma de l’armée retrouve un pensionnaire de 94 ans sur un terrain de golf

révélationsArmée: alcool, voyages, soupers, cadeaux,… les notes de frais excessives des hauts gradésArmée: alcool, voyages, soupers, cadeaux,… les notes de frais excessives des hauts gradés

Top