02.08.2015, 19:44

Un nouveau statut

chargement
Par MELBOURNE / PIERRE SALINAS

Vainqueur de Gaël Monfils en trois sets (7-6 6-2 6-3), Stanislas Wawrinka a évité tous les écueils qu'un match programmé sur un grand court, en session de nuit, peut comporter. Il affrontera Andy Roddick demain en huitièmes de finale.

Le duel des Vaudois, l'un pure souche l'autre d'adoption, n'a duré qu'un set, remporté 7-6 (7-4) par Stanislas Wawrinka, puis les deux autres 6-2- 6-3. Une surprise. Pas pour Roger Federer. A la question «Wawrinka peut-il battre Monfils?», le No 2 mondial répondait, quelques minutes avant que les deux copains pénètrent sur la Rod Laver Arena: «Stan est favori».

«Je vote pour lui parce qu'il est devenu un meilleur tacticien», ajoutait le Bâlois. «Il a progressé au service et son jeu de jambes est plus précis. Son retour est plus dangereux aussi. Avant, il se tenait assez loin derrière la ligne de fond. Parfois trop.»

Voilà pour la technique, que Peter Lundgren et son élève travaillent d'arrache-pied depuis juillet 2010 et le début de leur collaboration déjà fructueuse. «Depuis que nous bossons ensemble, je n'ai vu Stan faire qu'un mauvais match. A Cincinnati (réd: défaite contre le Français Julien Benneteau)», ose l'entraîneur suédois de Wawrinka, qui évoque un épisode autrement plus important: le 6 septembre, jour où Andy Murray, alors No 4 mondial, tombait sous les coups du Suisse au troisième tour de l'US Open.

«Stan a toujours été respecté dans les vestiaires. Mais depuis qu'il a battu Murray, il commence à faire peur», poursuit Lundgren. «Je ne crois pas que son image auprès des autres ait changé», rétorque Federer. «Cette victoire, elle a surtout fait du bien à Stan lui-même, qui sait maintenant qu'il peut battre des bons joueurs en Grand Chelem également.»

Stanislas Wawrinka a changé de statut. Son mental a grignoté le retard qu'il avait pris sur son physique, l'expérience de huit années sur le circuit faisant le reste. Hier, le joueur de Saint-Barthélémy a évité les nombreux écueils qu'un troisième tour à l'Open d'Australie programmé sur le court principal de Melbourne Park, en session de nuit, pouvait comporter.

Xavier Malisse, 45e mondial, étrillé par Federer deux heures plus tôt (lire encadré) témoigne: «Pour moi, qui suis habitué aux terrains annexes, jouer dans une arène aussi grande est une expérience en soit. Cela demande un temps d'adaptation. «Rodgeur», lui, à l'habitude. Ce n'est pas une surprise si je me suis très vite retrouvé mené 4-0.» La Rod Laver Arena, Wawrinka, il connaît. Un peu. Deux lourdes défaites - contre Nalbandian (2006) et Nadal (2007) - pour autant de souvenirs sur lesquels s'appuyer. «Ce court est impressionnant. Il faut prendre ses marques mais, de manière générale, j'apprécie quand il y a de la place et des dégagements aussi grands», explique-t-il. L'obscurité naissante et l'électricité qui se propage dans le public une fois les projecteurs enclenchés? «J'aime cette ambiance.»

La maturité nouvelle de Wawrinka se traduit aussi dans le gain de la première manche, où le Vaudois, pourtant très nerveux, a effacé un break avant de chloroformer les velléités de Gaël Monfils (ATP 12) démuni, souvent pris en flagrant délit de «n'importe quoi». «Quand un set dure 1h20', il est forcément capital. Mais le match n'était pas gagné pour autant. Gaël est capable de remettre sa tête sur le terrain à tout moment. Il fallait rester vigilant.»

Le Français domicilié à Trélex, près de Nyon, fait profil bas: «Stan a su rester solide, même si je lui ai permis de faire le match parfait. Il peut vite revenir parmi les dix meilleurs mondiaux.»

Battu au troisième tour l'an passé, Wawrinka (ATP 19) a d'ores et déjà engrangé 90 points supplémentaires. Au prochain classement, il pourrait grimper aux alentours de la 15e place. A moins que, demain, face à Andy Roddick (ATP 8)... /PSA

Federer conserve son rythme de croisière

Roger Federer a repris son rythme de croisière. Moins de 48 heures après avoir été poussé dans ses derniers retranchements par Gilles Simon, le Bâlois a goûté à nouveau à son pain quotidien: une victoire en trois sets en moins de deux heures. Il s'est imposé 6-3 6-3 6-1 contre Xavier Malisse (ATP 45). Face au Belge, dont il mesure depuis plus de quinze ans le potentiel réel, le Bâlois a annoncé d'entrée la couleur en gagnant les quatre premiers jeux du match. Au deuxième set, il a été mené 3-1 avant de remonter... dix jeux à la suite.

Xavier Malisse a logiquement concédé une huitième défaite de rang face au no 2 mondial. Il ne l'a plus battu depuis cette incroyable rencontre de Coupe Davis sur la terre battue de Bruxelles en... juillet 1999. «Je me suis battu. Mais il n'y a rien à faire», avouait le Belge.

Demain en huitième de finale face à Tommy Robredo (ATP 52), Roger Federer cherchera aussi le k.-o. d'entrée. Il devrait y parvenir face à un adversaire dont il affectionne particulièrement le jeu. Le Suisse mène, en effet, 9-0 dans ses face-à-face avec le Catalan avec 21 sets gagnés sur 23. On voit mal comment Robredo pourrait inverser la tendance à Melbourne Park. «Mais attention, rencontrer un Espagnol dans un match au meilleur des cinq sets peut être dangereux», prévient Roger Federer. /si

Andy Roddick n'aime pas les Suisses

Andy Roddick (28 ans) n'apprécie guère les Suisses, pour autant qu'ils soient joueurs de tennis et qu'ils soient bons. Si Roger Federer n'avait jamais existé ou s'il était simplement né à une époque différente, l'Américain n'aurait pas un mais cinq titres majeurs à son palmarès. Plus encore peut-être. Ne s'est-il pas incliné à quatre reprises en finale de Grand Chelem devant le Bâlois?

Stanislas Wawrinka, qu'il retrouvera demain en huitième de finale de l'Open d'Australie, ne lui convient guère beaucoup mieux. Les deux hommes se sont déjà affrontés trois fois. Si Roddick s'est aisément imposé il y a deux ans en Coupe Davis, il a dû abandonner en d'autres circonstances (Rome 2008 et Shanghaï 2009). Roddick qui parle de Wawrinka: «Il a gagné à Chennaï, il joue bien ici. Il va faire beaucoup de points gagnants et essayer de prendre très vite l'échange à son compte.»

Wawrinka qui évoque le jeu de Roddick: «Depuis le temps qu'il est sur le circuit, on le connaît. Il a un gros service (réd: sa première balle a été chronométrée à 249,5 km/h, record du monde) mais il ne fait pas grand-chose depuis la ligne de fond. Je pourrai dicter le rythme.»

Il fut un temps où le Vaudois n'aurait pas pesé bien lourd auprès des bookmakers. Ceux-ci se montrent plus circonspects aujourd'hui. Parce que Roddick a perdu de son lustre d'antan, parce que Wawrinka couche sur huit victoires, qu'il n'a pas perdu le moindre set à Melbourne et que la perspective d'un quart de finale contre Roger Federer pourrait aiguiser son appétit. Petit hic: si Roddick ne s'est jamais imposé à Melbourne, il a pris la bonne habitude d'atteindre les demi-finales chaque année impaire depuis 2003.

«La seule fois où il était à fond, il m'a battu en trois sets. C'était il y a deux ans en Coupe Davis», se souvient Wawrinka. Un match que Wawrinka n'avait, lui, pas abordé dans les meilleures dispositions après un long simple le vendredi contre James Blake et le double le samedi contre les jumeaux Bryan. /psa-si

L'Américaine Venus Williams a dû abandonner, la Belge Justine Henin s'est fait éliminer

Venus Williams (no 4) et Justine Henin (no 13) ne passeront pas le week-end à Melbourne. L'Américaine n'est restée que... six minutes sur le court. Blessée aux adducteurs, elle a abandonné face à l'Allemande Andrea Petkovic (no 30). Justine Henin s'est, pour sa part, inclinée 6-4 7-6 devant Svetlana Kuznetsova (no 26) au troisième tour. /si

Robin Söderling a pris de la bouteille

ET AUSSIE - PAR PIERRE SALINAS

Andre Agassi a été élu au Hall of Fame (Temple de la renommée) de la fédération internationale. L'Américain, vainqueur de 60 titres ATP, est l'un des sept joueurs à avoir remporté les quatre tournois du Grand Chelem. /si

Attention, homme dangereux! Frais émoulu No 4 mondial, Robin Söderling est considéré comme l'un des rares capables de battre Nadal et Federer cette année à Melbourne. Le Suédois a de la foudre dans le bras. Et un compas dans l'½il. La preuve, l'autre jour, sur le court No 12.

L'entraînement touche à sa fin lorsque Söderling revient avec quatre bouteilles d'eau d'un demi-litre - la précision est importante - qu'il place dans les deux carrés de service. Le joueur recule jusqu'à la ligne de fond, roule un peu des mécaniques puis interpelle son entraîneur: «Combien si je les dégomme toutes?» «Un souper où tu veux», lui répond-il.

La première bouteille vacille, s'efforce de tenir debout avant de tomber. La deuxième est plus docile. Même chose pour la troisième, heurtée en plein c½ur. N'en reste plus qu'une. Söderling s'arrête pour prendre une grande respiration. Sûr de lui, il ose une dernière bravade: «Eh bien, ce soir on mangera italien!» Bingo. Elle était bonne la pizza, Robin?

Open d'Australie

Melbourne. Prmier tournoi du Grand Chelem (25 millions de francs, dur).

Simple messieurs. Troisième tour: Roger Federer (S, 2) bat Xavier Malisse (Be) 6-3 6-3 6-1. Stanislas Wawrinka (S, 19) bat Gaël Monfils (Fr, 12) 7-6 (7-4) 6-2 6-3. Novak Djokovic (Ser, 3) bat Viktor Troicki (Ser) 6-2 abandon. Tomas Berdych (Tch, 6) bat Richard Gasquet (Fr, 28) 6-2 7-6 (7-3) 6-2. Andy Roddick (EU, 8) bat Robin Haase (PB) 2-6 7-6 (7-2) 6-2 6-2. Fernando Verdasco (Esp, 9) bat Kei Nishikori (Jap) 6-2 6-4 6-3. Nicolas Almagro (Esp, 14) bat Ivan Ljubicic (Cro, 17) 6-4 7-6 (10-8) 6-3. Tommy Robredo (Esp) bat Sergiy Strakhobsky (Ukr) 5-7 6-2 6-4 6-2.

Simple dames, troisième tour: Carole Wozniacki (Dan, 1) bat Dominika Cibulkova (Slq, 29) 6-4 6-3. Andrea Petkovic (All, 30) bat Venus Williams (EU, 4) 1-0 abandon. Francesca Schiavone (It, 6) bat Monica Niculescu (Rou) 6-0 7-6 (7-2). Victoria Azarenka (Bié, 8) bat Chanelle Scheepers (AfS) 6-3 6-3. Na Li (Chine, 9) bat Barbora Zahlavova Strycova (Tch) 6-2 6-1. Maria Sharapova (Rus, 14) bat Julia Georges (All) 4-6 6-4 6-4. Svetlana Kuznetsova (Rus, 23) bat Justine Henin (Be, 11) 6-4 7-6 (10-8). Anastasija Sevastova (Lit) bat Vesna Manasieva (Rus) 6-1 6-3.

Double dames. Deuxième tour: Anna-Lena Groenefeld-Patty Schnyder (All-S) battent Nura Llagostera Vives-Maria José Martinez Sanchez (Esp, 4) 6-4 6-4. /si


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

outTennis: Belinda Bencic sortie d’entrée à DubaïTennis: Belinda Bencic sortie d’entrée à Dubaï

classementTennis: Belinda Bencic n°4 pour la première fois, bond de géant pour Leonie KüngTennis: Belinda Bencic n°4 pour la première fois, bond de géant pour Leonie Küng

DommageTennis: fin du rêve pour la jeune Leonie Küng qui s’incline en finale du tournoi de Hua HinTennis: fin du rêve pour la jeune Leonie Küng qui s’incline en finale du tournoi de Hua Hin

ExploitTennis: la jeune Leonie Küng se qualifie pour sa première finale au tournoi de Hua HinTennis: la jeune Leonie Küng se qualifie pour sa première finale au tournoi de Hua Hin

surpriseTennis – Tournois WTA: Leonie Küng file en 1/2 finale de l’Open de Thaïlande, Belinda Bencic éliminée à Saint-PétersbourgTennis – Tournois WTA: Leonie Küng file en 1/2 finale de l’Open de Thaïlande, Belinda Bencic éliminée à Saint-Pétersbourg

Top