08.07.2019, 19:14

Résumé de la septième journée: la No 1 mondiale éliminée

chargement
Après Belinda Bencic, Alison Riske a battu Ashleigh Barty à Wimbledon.

Wimbledon Il est 19 h et des brins d’herbe, l’heure du rendez-vous web. Voici ce qu’il fallait retenir de cette septième journée à Wimbledon, qui est encore loin d’être terminée et qui a déjà la No 1 mondiale se faire éliminer.

Pierre Salinas, Londres

La surprise du jour

Ashleigh Barty ne réussira pas le doublé Roland-Garros-Wimbledon. Battue par l’Américaine Alison Riske (WTA 55), une spécialiste du gazon, la No 1 mondiale est la première victime de marque de ce «manic monday», ce lundi un peu fou où l’entier des huitièmes de finales, qu’ils soient masculins ou féminins, sont au programme. Samedi déjà, Alison Riske avait créé une petite surprise en boutant Belinda Bencic (WTA 13) hors du tournoi. En découvrant le résultat du jour, sans doute la Saint-Galloise s’en est-elle encore un peu plus mordu les doigts… 

Victorieuse à Roland-Garros, Ashleigh Barty n’a pas réussi à confirmer sur gazon. Photo: Keystone

La réponse du jour

«Trouvez-vous normal que la No 1 mondiale Ashleigh Barty ait été programmée sur le court No 2 (réd: le troisième de Wimbledon en termes de capacité) et vous sur le central?» A la question de ce confrère australien, Rafael Nadal a répondu du tac-au-tac, soucieux de ne pas créer la moindre polémique: «Elle a gagné Roland-Garros et joue incroyablement bien. Mais je suis No 2 et j’ai déjà remporté 18 tournois du Grand Chelem.» Ne pas comparer l’incomparable. Pas avec le très pragmatique Rafael Nadal.

Rafael Nadal sait se montrer diplomate. Photo: Keystone

La phrase du jour

«Quand on a une blessure dans la tête et que toute la journée on y pense, on y pense, on y pense, on perd de l’influx nerveux. Tous les joueurs de tennis le savent.» Benoît Paire (ATP 32) est un joueur de tennis qui a trop pensé à ses abdominaux, lesquels souffrent d’une «lésion de 5 mm», précise-t-il. Battu 6-3 7-5 6-2 par l’Espagnol Roberto Bautista Agut (ATP 22), le Français a choisi de se présenter sur le court malgré tout. «Les médecins m’ont dit: ça passe ou ça lâche. Avec les anti-inflammatoires, ça allait. Mais cette blessure n’a jamais quitté ma tête.» Tempête sous un crâne. Pour Benoît Paire plus que pour ses congénères, le tennis est parfois une torture psychologique. 

Benoît Paire a trop pensé à ses abdominaux. Photo: Keystone

Le chiffre du jour

Sept. Issue des qualifications, «Coco» Gauff (WTA 13) aura attendu son septième match à Wimbledon pour mettre les deux genoux à terre. L’Américaine de 15 ans est tombée devant plus forte et expérimentée qu’elle en la personne de Simona Halep (WTA 7), vainqueure 6-3 6-3. «Coco» Gauff est apparue usée, à l’image d’un gazon toujours plus brun. Elle n’a aucun regret à nourrir, au contraire. A jamais, Wimbledon restera le tournoi qui l’aura révélé au grand public, lequel ne va plus la quitter des yeux. 
La belle histoire est terminée pour «Coco» Gauff. Photo: Keystone


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top