22.11.2017, 16:42

La "meilleure saison" de Conny Perrin

Abonnés
chargement
Conny Perrin a disputé sa meilleure saison en 2017, elle espère faire encore mieux en 2018.

 22.11.2017, 16:42 La "meilleure saison" de Conny Perrin

Bilan Conny Perrin (26 ans) a terminé sa saison – ou presque – le week-end dernier entre le Sénégal et la France. Après un dernier double disputé et gagné avec le club de Clermont-Ferrand à Grenoble en interclubs, la Chaux-de-Fonnière s’est accordé une pause active en se ressourçant dans les monts auvergnats. Elle reprendra bientôt le chemin de l’entraînement, mais elle tire le bilan d’une année 2017 chargée en émotions et en bons résultats. Elle espère faire encore mieux en 2018.

UN BILAN POSITIF

Classée 198e fin 2016, Conny Perrin figure toujours dans le top-200 mondial avec le 195e rang au classement de la WTA. Son meilleur classement demeure le 181e rang acquis le 5 décembre 2016, mais elle est satisfaite de sa place actuelle. Surtout, elle ne s’arrête pas sur cet aspect pour qualifier sa saison. «J’ai disputé...

UN BILAN POSITIF

Classée 198e fin 2016, Conny Perrin figure toujours dans le top-200 mondial avec le 195e rang au classement de la WTA. Son meilleur classement demeure le 181e rang acquis le 5 décembre 2016, mais elle est satisfaite de sa place actuelle. Surtout, elle ne s’arrête pas sur cet aspect pour qualifier sa saison. «J’ai disputé les qualifications des quatre tournois du Grand Chelem et cela va m’apporter beaucoup au niveau de l’expérience pour la suite», déclare-t-elle. «Même ma très lourde défaite à Wimbledon, où j’ai essuyé une des pires défaites de ma carrière (double 6-0), m’a appris beaucoup. Je me suis remise en question. J’avais déjà entrepris des changements un peu avant ce tournoi et j’ai poursuivi sur cette voie.»

La Chaux-de-Fonnière ne compte ainsi plus qu’avec un seul entraîneur attitré, le Vaudois Fabien Marguerat. «Cette collaboration m’apporte pas mal de stabilité», poursuit Conny Perrin. «Nous nous fixons des objectifs précis en procédant étape par étape. Je veux toujours intégrer le top-100, mais je ne me focalise pas là-dessus ou sur les tournois du Grand Chelem. J’ai d’abord essayé de battre des joueuses du top-100. J’y suis parvenue dernièrement au tournoi de Limoges notamment. Cela montre que notre travail paie sur plusieurs matches à la suite. Même si ce n’est pas l’année où j’ai gagné le plus de titres, c’est la meilleure saison de ma carrière.» Elle vient de boucler son dixième exercice chez les professionnelles.

MIEUX PLANIFIER SA SAISON

Conny Perrin a été présente lors de 31 tournois cette saison, elle entend en disputer un peu moins l’année prochaine. «J’ai ressenti une grosse fatigue ces dernières semaines», avoue-t-elle. «Pour la suite, il faudra vraiment bien réfléchir et bien coordonner mon programme selon les conditions. Il n’y a toutefois pas beaucoup de choses à changer. En figurant dans le top-200, je peux mieux varier entre les tournois du circuit ITF et ceux de la WTA.»

TOUJOURS EN GRAND CHELEM

Une chose est sûre, les tournois du Grand Chelem figureront toujours à son programme. Après sa période de préparation physique de ces prochaines semaines, elle disputera peut-être les championnats de Suisse en salle à Bienne avant de s’envoler pour l’Australie le 26 décembre, au lendemain de son 27e anniversaire.

«Je disputerai le tournoi WTA de Shenzhen ou celui de Brisbane avant les qualifications de l’Open d’Australie», prévoit-elle. «Mon objectif principal est toujours d’intégrer le top-100. La meilleure façon d’y parvenir est de battre des adversaires classées parmi les 100 meilleures mondiales. Concernant les tournois du Grand Chelem, je veux les disputer pour tenter d’en faire quelque chose, pas juste pour dire que j’y ai participé. J’ai accumulé une certaine expérience à ce niveau cette saison et je dois l’exploiter. Mon tennis a évolué et je veux essayer d’aller le plus loin possible à chaque fois.» Le tournoi de Roland-Garros demeure toujours son préféré.

JAMAIS GRAVEMENT BLESSÉE

On a beau chercher, Conny Perrin n’a jamais été écartée des courts pendant une longue période suite à de graves blessures. Comment l’explique-t-elle?

«Je suis capable d’enchaîner beaucoup de matches et de tournois à la suite, mais je m’écoute beaucoup», répond-elle. «Je n’insiste pas si je ressens une douleur quelque part. En plus, surtout sur le circuit WTA, nous disposons de bons physiothérapeutes et de bons masseurs pour nous soigner. Je ne me prive pas d’avoir recours à leurs services. J’essaie aussi de bien me reposer mentalement et physiquement. Après, mon gros travail au niveau physique paie aussi sur le long terme.» Sans oublier une Santé physique naturelle de fer.

Conny Perrin possède une santé de fer et se blesse rarement. Photo: sp

Le mariage avec Tara Moore pas encore fixé

Annoncée publiquement en septembre, la liaison entre Conny Perrin et Tara Moore n’a pas changé depuis ce «coming-out» effectué dans le «New York Times». Les deux joueuses poursuivent leur parcours normalement. «Nous n’avons reçu aucune remarque négative de la part des autres membres du circuit», assure le Chaux-de-Fonnière.

Si elles avaient évoqué leur mariage, les deux compagnes n’ont pas encore fixé de dates précises pour leurs noces. «Ce n’est pas le plus important pour l’instant», confie Conny Perrin. «Nous avons beaucoup de matches et de tournois chacune. Nous ne sommes pas hyperpressées.»

Conny Perrin et Tara Moore dispute parfois des tournois ensemble en double. Photo: Keystone


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top