27.11.2017, 00:01

La France impose son collectif à Lille

Abonnés
chargement
Yannick Noah (tout à droite) et la France ont fêté dignement leur victoire face aux Belges à Lille.

 27.11.2017, 00:01 La France impose son collectif à Lille

Par ats

TENNIS Malgré le brillant Belge David Goffin, les Français ont conjuré le sort en finale de la Coupe Davis.

La France a enfin conjuré le sort en Coupe Davis. Après 16 ans d’attente et trois finales perdues, les Tricolores ont soulevé le Saladier d’argent à Lille suite à leur victoire 3-2 face à la Belgique.

C’est Lucas Pouille qui a apporté le point de la victoire aux Français, après son net succès 6-3 6-1 6-0 face à Steve Darcis...

La France a enfin conjuré le sort en Coupe Davis. Après 16 ans d’attente et trois finales perdues, les Tricolores ont soulevé le Saladier d’argent à Lille suite à leur victoire 3-2 face à la Belgique.

C’est Lucas Pouille qui a apporté le point de la victoire aux Français, après son net succès 6-3 6-1 6-0 face à Steve Darcis dans le cinquième match décisif. L’enfant de la région, qui a grandi dans le Nord, s’est montré admirable au cours de cette périlleuse rencontre. Il était certes favori sur le papier – ATP 18, contre ATP 76 à son adversaire –, mais il se frottait à Steve Darcis, rompu à ce genre de partie, invaincu jusqu’ici dans les cinquièmes matches décisifs en Coupe Davis (5 succès).

Lucas Pouille n’a toutefois pas donné l’occasion au Wallon de se sublimer. Plus conquérant, imperméable à la pression, le «voisin» de Roger Federer à Dubaï a pris les devants dès le début du match, se détachant rapidement 3-0. Il n’a ensuite jamais faibli pour infliger une sévère défaite à Steve Darcis totalement désarmé.

«Une vraie équipe»

Conquise devant les 25 000 spectateurs du stade Pierre-Mauroy, la victoire française est celle d’un collectif. Car l’homme fort du week-end était bien David Goffin, intouchable vendredi contre Lucas Pouille puis encore hier face à Jo-Wilfried Tsonga, mais qui s’est retrouvé trop seul dans l’équipe belge.

Le collectif tricolore comprend évidemment Yannick Noah. Non content de transmettre son énergie à ses joueurs, l’emblématique capitaine a gagné ses paris durant cette finale. Tout d’abord en alignant une paire inédite samedi en double avec Richard Gasquet et Pierre-Hugues Herbert, puis en maintenant sa confiance hier à Lucas Pouille (à qui il aurait pu préférer Gasquet).

«Nous avons quatre joueurs différents pour gagner trois points, c’est génial», souligne Yannick Noah. «Nous sommes une vraie équipe, tout le monde avait envie de ça. Nous avons privilégié l’esprit du groupe avant les individualités, les gars qui étaient dans le coin, en Europe, sont venus et ils étaient les bienvenus, leurs conseils et leur présence ont été précieux. Je suis content (sanglots)».

Grâce à cette victoire d’équipe, la France s’est adjugé la dixième Coupe Davis de son histoire, sa première depuis celle remportée en 2001 face à l’Australie. Elle avait ensuite enchaîné les désillusions, avec notamment trois défaites mortifiantes en finale contre la Russie en 2002, la Serbie en 2010 et, bien sûr, la Suisse en 2014 dans ce même stade Pierre-Mauroy.

Un seul top-40 affronté

Ce Saladier d’argent récompense donc l’abnégation du tennis français. Mais il ne fera pas oublier que la vénérable Coupe Davis est en déliquescence, délaissée par les meilleurs joueurs du monde. Sur la route de leur sacre, les Français n’ont dû affronter qu’un seul joueur du top... 40 à l’ATP. C’était David Goffin, contre lequel ils n’ont rien pu faire.

Cela n’enlève toutefois rien au mérite des Français, qui étaient presque condamnés à remporter cette campagne 2017, sous peine d’essuyer une nouvelle volée de critiques. ats

Noah dans le quatuor des plus titrés

Yannick Noah fait désormais partie du quatuor des capitaines les plus titrés en Coupe Davis après avoir guidé pour la troisième fois son pays vers le trophée dimanche à Lille (1991, 1996 et 2017). Il rejoint l’ancien capitaine de la Suède Hans Olsson, triple lauréat du Saladier d’argent dans les années 1980, et n’est plus qu’à une longueur de l’Australien Neale Fraser et du Croate Nikola Pilic.

Le podium des capitaines les plus titrés: 1. Neale Fraser (AUS): 4 (1973, 1977, 1983 et 1986 avec l’Australie) et Nikola Pilic (CRO): 4 (1988, 1989 et 1993 avec l’Allemagne, 2005 avec la Croatie). 3. Hans Olsson (SWE): 3 (1984, 1985 et 1987 avec la Suède) et Yannick Noah (FRA): 3 (1991, 1996 et 2017 avec la France). ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top