25.11.2017, 00:01

Français et Belges vont jouer à quitte ou double en finale

Abonnés
chargement
1/6  

 25.11.2017, 00:01 Français et Belges vont jouer à quitte ou double en finale

Par ats

TENNIS Indécise, la finale de la Coupe Davis risque de se jouer aujourd’hui.

Jo-Wilfried Tsonga et David Goffin, No 1 de leur équipe respective, ont honoré leur statut pour mettre la France et la Belgique à égalité (1-1), à l’issue de la première journée de la finale de la Coupe Davis à Villeneuve d’Ascq, près de Lille.

David Goffin (7e mondial) a surclassé Lucas Pouille (18e) 7-5 6-3 6-1 lors du match d’ouverture....

Jo-Wilfried Tsonga et David Goffin, No 1 de leur équipe respective, ont honoré leur statut pour mettre la France et la Belgique à égalité (1-1), à l’issue de la première journée de la finale de la Coupe Davis à Villeneuve d’Ascq, près de Lille.

David Goffin (7e mondial) a surclassé Lucas Pouille (18e) 7-5 6-3 6-1 lors du match d’ouverture. Jo-Wilfried Tsonga, No 15 mondial, a répliqué dans la foulée devant Steve Darcis (76e), balayé en trois petits sets (6-3 6-2 6-1).

Les leaders ayant fait respecter la hiérarchie, le double d’aujourd’hui (14h) s’annonce capital. Il doit opposer Richard Gasquet et Pierre-Hugues Herbert au tandem belge composé de Ruben Bemelmans et Joris de Loore. Mais il est possible que le capitaine français Yannick Noah et son homologue belge Johan Van Herck procèdent à des changements.

«L’option» Goffin

L’égalité d’hier soir conduit aussi les deux équipes vers un dimanche décisif. Le quatrième simple entre Tsonga et Goffin aura, quoi qu’il arrive, un enjeu lourd avant un éventuel cinquième et dernier match entre les deux No 2, Darcis et Pouille.

David Goffin a passé à peine deux heures sur le court en dur du stade de football Pierre-Mauroy et se sent prêt à en découdre aussi cet après-midi, même s’il joue peu en double dans la saison. «Cela aurait pu être plus compliqué si j’avais joué quatre heures», souligne le récent finaliste du Masters, conscient de représenter «une option de plus» pour son capitaine.

«Nous nous sommes toujours préparés à jouer contre lui en double», affirme Yannick Noah, qui effectuera d’éventuelles modifications au «dernier moment», au plus tard une heure avant la rencontre comme le veut le règlement.

Le guide des campagnes victorieuses de 1991 et 1996 a vécu des matches «pas trop stressants» pour cette première journée, marquée lors des hymnes par les larmes de Julien Benneteau et Nicolas Mahut, écartés de la sélection française au dernier moment.

«Dans la continuité»

«Je les ai vus et j’ai essayé de les oublier très rapidement», commente Yannick Noah qui a assisté impuissant à la défaite de Pouille. «Avec ce niveau-là, il a failli gagner le Masters. Il n’y a pas grand-chose à dire. Il joue le tennis de sa vie en ce moment», a estimé le jeune Nordiste (23 ans et 18e mondial), au sujet de son ami David Goffin.

Le succès du talent wallon, obtenu avec maestria, a idéalement lancé la partie pour le camp belge en quête de son premier trophée dans la compétition. Les encouragements de ses supporters, moins nombreux mais plus bruyants que les spectateurs français, ont résonné dans l’enceinte nordiste (27 500 places).

«De là à dire (que nous étions) à domicile... Il y avait une super ambiance de notre côté. Ils ont fait beaucoup de bruit mais Lucas n’a jamais pu enflammer le public», affirme David Goffin, en totale maîtrise au service, avec 12 aces et aucune balle de break à défendre.

«C’est dans la continuité du Masters. Je suis arrivé en confiance, avec de bonnes sensations. J’ai senti tout de suite que j’allais pouvoir m’exprimer comme je le voulais», poursuit le finaliste du «tournoi des maîtres», satisfait d’avoir «rapproché le Saladier de la frontière».

Tsonga sans trembler

Mais Jo-Wilfried Tsonga ne l’a pas laissé s’échapper plus loin, lui qui rêve de s’approprier ce trophée qui fuit son pays depuis 2001. Le Français de 32 ans a déjà vécu deux désillusions, il y a sept ans à Belgrade, sans jouer (forfait) puis en 2014 contre la Suisse dans ce même stade Pierre-Mauroy où il n’avait pu s’exprimer pleinement en raison d’une nouvelle blessure.

Sérieux et appliqué, il n’a pas tremblé pour se défaire en seulement 1h46’ du No 2 belge Darcis, qu’il connaît depuis l’adolescence.

Pas émoussé par son entame, le No 1 français peut prétendre lui aussi au double. «Je jouerai le premier, le deuxième et le troisième jour» si nécessaire, avait-il prévenu jeudi. ats

Lille. Groupe mondial. Finale (indoor): France - Belgique 1-1. David Goffin bat Lucas Pouille 7-5 6-3 6-1. Jo-Wilfried Tsonga bat Steve Darcis 6-3 6-2 6-1.

Aujourd’hui, 14h: Richard Gasquet/Pierre-Hugues Herbert - Ruben Bemelmans/Joris de Loore. Demain, 13h30: Tsonga - Goffin, suivi de Pouille - Darcis


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top