03.08.2015, 08:57

Celui que tout le royaume attend Mégane Bianco en Grand Chelem

chargement
Par LONDRES, JÉRÉMIE MAYORAZ

Andy Murray qui se déplace dans les allées fleuries de l'All England Club et c'est tout de suite l'émeute. En quelques secondes, une horde de supporters en délire se presse autour de l'Ecossais de 24 ans, à grand renfort d'appareils photo et de carnets d'autographes. Plus moyen d'avancer, il faut attendre que l'orage cesse, que la clameur s'estompe.

Difficile de passer inaperçu quand on est le «chouchou» de tout un royaume, celui que tout le peuple anglais espère voir triompher un jour à Wimbledon. Il faut remonter à 1936 pour voir le dernier sacre d'un Britannique à Church Road. Un certain Fred Perry que tout le monde a oublié ou presque.

«Fred qui? Non je ne connais pas. Il est anglais? Je croyais qu'il n'y avait que Murray.» Parole d'un jeune fan londonien qui, comme des milliers d'autres, ne jure que par un nom. Pourtant, dans le tableau féminin, il y avait trois jeunes Anglaises prometteuses. «Peut-être, mais on savait que leurs chances étaient limitées», coupe Trevor, la trentaine. «Au contraire d'Andy.»

Cette «Murraymania» fait les choux gras de la presse anglaise. Jour après jour, celle-ci scrute les moindres faits et gestes du numéro 4 mondial. Des pages et des pages d'analyses, de commentaires, de questions. Murray a-t-il bien digéré sa nuit? Qu'a-t-il avalé au petit-déjeuner? A quelle heure s'est-il entraîné? Qu'a-t-il regardé à la télévision? Le «Daily Mail» a même poussé le décryptage jusqu'à se demander si le fait de jouer sous toit ne ralentissait pas le service de l'Ecossais. Réponse éclaire du principal intéressé juste après sa victoire contre l'Espagnol Gimeno-Traver. «Oui, cela a peut-être une influence, mais l'important est d'avancer dans le tournoi.»

La «zen attitude»

Assailli de questions, Andy Murray reste zen. Faire partie des favoris, être considéré comme le plus grand espoir de la nation ne bouscule pas ses habitudes. «Je n'allume pas la télévision pour voir ce qu'on dit de moi, pas plus que je ne lis les articles qui me sont consacrés. J'essaie juste de faire des choses normales, comme je le fais tous les jours.»

Bien dans sa tête, bien dans son jeu, le droitier de Dunblane ne semble pas ressentir de pression particulière. Il apprécie simplement le fait de jouer à domicile, de pouvoir rentrer tous les soirs chez lui, de dormir dans son lit. «Je ne suis pas souvent à la maison (réd: il possède un appartement dans le centre de Londres), avec mes amis, ma famille. Alors j'en profite. La pression? On m'en parle chaque année. J'ai appris à la gérer et je n'en fais pas une montagne.»

De montagne, il y en a justement une qui fait le bonheur des supporters de Murray. Ou plutôt une petite colline, le Mont Aorangi devenu d'abord Henmann Hill et aujourd'hui rebaptisé Murray Mount. A chaque match de sa star, le coin prend des allures de gros bastringue. Ils sont des milliers à se regrouper devant l'écran géant adossé au court no 1. Tous ceux qui n'ont pas pu obtenir de précieux sésame pour voir leur idole en chair et en os. «Andy, Andy», encouragent les uns. «Come on», exhortent les autres, des drapeaux britanniques sur les épaules, des bières à la main. Ici, on vibre après chaque point gagné par l'Ecossais. On se crispe aussi à chaque occasion gâchée.

Hier, malgré la pluie, le Murray Mount a chaviré de bonheur, tout heureux de voir son «Scottish» écarter, non sans mal, la menace Ljubicic (6-4, 4-6, 6-1, 7-6). Rassurés, plus confiants que jamais, les fans anglais ont pu aller dormir tranquillement, en rêvant à d'autres succès de l'élu de leur cœur.

Federer se méfie de Nalbandian

Kukushkin et Mannarino, de simples amuse-bouches. Roger Federer a croqué ses deux premiers adversaires à pleines dents. «Je me suis très vite adapté au jeu sur gazon. J'ai aussi eu la chance d'avoir deux premiers matchs pas trop compliqués. Mais je sais que tout va se corser dès aujourd'hui», souligne le Bâlois. En effet. Celui-ci s'attaque cet après-midi à un plat autrement plus relevé face à David Nalbandian (ATP 23), finaliste en 2002 à Wimbledon. Une vieille connaissance pour le numéro 3 mondial qui a déjà affronté l'Argentin 18 fois dans sa carrière (10 victoires, 8 défaites). «Notre première confrontation doit remonter à 1998, à la finale de l'US Open junior. Ensuite, nous nous sommes souvent retrouvés sur le circuit principal, avec des matches très disputés. Mais qui ont souvent basculé en sa faveur. A l'époque je ne savais pas comment le jouer. Je paniquais et montais trop rapidement au filet.»

Les années ont passé et la donne a changé. Roger Federer a ainsi nettement inversé la tendance, remportant 10 de ses 13 derniers duels contre le joueur de Cordoba. «J'ai sans doute progressé plus vite que lui et appris à lire son jeu, mais Nalbandian reste un adversaire talentueux et toujours difficile à manœuvrer. Son revers est d'ailleurs l'un des plus purs du circuit et il retourne très bien», se méfie le Bâlois.

L'Argentin revient gentiment à son meilleur niveau après de nombreux pépins de Santé qui ont émaillé ses deux dernières saisons. Celui-ci avait notamment fait l'impasse sur Roland-Garros en raison d'une hernie inguinale (à l'aine). «Je ne sais pas s'il est plus ou moins fort qu'il y a trois ou même huit ans. Tout ce que je sais, c'est que rien ne sera facile, ni pour l'un ni pour l'autre», conclut le Rhénan. Les deux hommes ne se sont encore jamais défiés sur gazon. jma

À la volée

Roddick à la trappe
Le top 10 perd son premier joueur. Andy Roddick (no 10) subit le service surpuissant du gaucher Feliciano Lopez (ATP 44). Défaite 7-6, 7-6, 6-4. «Certains jours, tu joues comme une m… et tu gagnes, d'autres tu joues bien et tu perds. Aujourd'hui (réd: hier), je n'ai pas grand-chose à me reprocher», a lâché l'Américain. Pas faux. Lopez a réussi 57 coups gagnants pour seulement 7 erreurs directes.

2
Comme le nombre de balles de set écartées par Rafael Nadal dans le premier set. Le numéro un mondial est tombé sur un surprenant et tenace Gilles Müller (ATP 92). Il a remporté la première manche au tie-break (8-6) avant que la pluie n'interrompe définitivement la partie.

7 h du matin
C'est l'heure à laquelle Andy Murray a subi un contrôle antidopage mercredi. Pourquoi si tôt? «Nous devons donner une période de disponibilité pour chaque jour. J'ai choisi 7 heures, car au moins je suis sûr d'être dans mon lit et je ne risque pas de manquer le contrôle. En plus, pas de problème pour remplir le gobelet à ce moment-là», a précisé l'Ecossais, un petit sourire au coin des lèvres.

Aujourd'hui
Roger Federer affronte David Nalbandian sur le central vers 15h30. Juste après place au duel Djokovic-Baghdatis. Rafael Nadal devra lui finir sa partie contre le Luxembourgeois Gilles Müller. / JMA

La fraise au Pimm's vaut son prix et le détour

BILLET
JÉRÉMIE MAYORAZ


A Wimbledon, on se fait plaisir. Sur les courts bien sûr, en admirant les coups des champions, mais aussi dans les allées, où les stands de nourriture se comptent par dizaines. Stars incontestées des lieux, les fraises à la crème, fraîchement cueillies le matin-même. Un must paraît-il. L'an passé, il s'en est écoulé 28 000 kilos.

Allez, on tente. Une petite queue de 15 minutes - tout se mérite à Wimbledon - pour une barquette de 250 grammes alléchante. Verdict: plutôt agréable en bouche, même si les fraises suisses n'ont rien à envier à leurs cousines anglaises.

«Essayez avec du Pimm's, c'est meilleur», lance un passant. Du quoi? On apprend finalement qu'il s'agit de la boisson quasi officielle du tournoi. Un savant mélange de glace, limonade, menthe, fraises et de tranches de concombre, arrosé de Pimm's, une liqueur de Gin. Délicieusement rafraîchissant et enivrant quand le soleil veut bien se montrer. Seul… hic, son prix. Comptez près de dix francs pour un verre.

Wimbledon

Wimbledon. Troisième levée du Grand Chelem (20,4 millions de francs, gazon). Simple messieurs, deuxième tour: David Ferrer (Esp, 7) bat Ryan Harrison (EU) 6-7 (6-8) 6-1 4-6 6-3 6-2. Jürgen Melzer (Aut, 11) bat Dmitry Tursunov (Rus) 6-3 2-6 7-6 (7-5) 7-6 (7-1). Bernard Tomic (Aus) bat Igor Andreev (Rus) 4-6 5-7 6-3 6-4 6-1. Troisième tour: Feliciano Lopez (Esp) bat Andy Roddick (EU, 8) 7-6 (7-2) 7-6 (7-2) 6-4. Richard Gasquet (Fr, 17) bat Simone Bolelli (It) 6-3 6-2 6-4. Andy Murray (GB, 4) bat Ivan Ljubici 6-4 4-6 6-1 7-6 (7-3).

Simple dames. Deuxième tour: Caroline Wozniacki (Dan, 1) bat Virginie Razzano (Fr) 6-1 6-3. Maria Sharapova (Rus, 5) bat Laura Robson (GB) 7-6 (7-4) 6-3. Marion Bartoli (Fr, 9) bat Lourdes Dominguez Lino (Esp) 4-6 7-5 6-2. Peng Shuai (Chine, 20) bat Elena Baltacha (GB) 4-6 6-2 7-5. Troisième tour: Tsvetana Pironkova (Bul, 2) bat Vera Zvonareva (Rus, 2) 6-2 6-3. Victoria Azarenka (Bié, 4) bat Daniela Hantuchova (Slq, 25) 6-3 3-6 6-2. Petra Kvitova (Tch, 8) bat Roberta Vinci (It, 29) 6-3 6-3. Ksenia Pervak (Rus) bat Andrea Petkovic (All, 11) 6-4 7-6 (7-2). Yanina Wickmayer (Be, 19) bat Svetlana Kuznetsova (Rus, 12) 4-6 6-3 6-4. Venus Williams (EU, 23) bat Maria José Martinez Sanchez (Esp) 6-0 6-2. Nadia Petrova (Rus) bat Kateryna Bondarenko (Ukr) 6-3 6-2.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

outTennis: Belinda Bencic sortie d’entrée à DubaïTennis: Belinda Bencic sortie d’entrée à Dubaï

classementTennis: Belinda Bencic n°4 pour la première fois, bond de géant pour Leonie KüngTennis: Belinda Bencic n°4 pour la première fois, bond de géant pour Leonie Küng

DommageTennis: fin du rêve pour la jeune Leonie Küng qui s’incline en finale du tournoi de Hua HinTennis: fin du rêve pour la jeune Leonie Küng qui s’incline en finale du tournoi de Hua Hin

ExploitTennis: la jeune Leonie Küng se qualifie pour sa première finale au tournoi de Hua HinTennis: la jeune Leonie Küng se qualifie pour sa première finale au tournoi de Hua Hin

surpriseTennis – Tournois WTA: Leonie Küng file en 1/2 finale de l’Open de Thaïlande, Belinda Bencic éliminée à Saint-PétersbourgTennis – Tournois WTA: Leonie Küng file en 1/2 finale de l’Open de Thaïlande, Belinda Bencic éliminée à Saint-Pétersbourg

Top