30.11.2017, 00:01

L’écurie Sauber lie son avenir à Alfa Romeo

Abonnés
chargement
Dès 2018, l’écurie zurichoise s’appellera Alfa Romeo Sauber.

 30.11.2017, 00:01 L’écurie Sauber lie son avenir à Alfa Romeo

Par ats

FORMULE 1 L’équipe basée à Hinwil intégrera le nom de la marque italienne dès la saison prochaine.

Sauber a signé un partenariat de plusieurs années avec Alfa Romeo. Dès la prochaine saison de Formule 1, l’écurie sera renommée Alfa Romeo Sauber, dans le cadre d’un «accord technique, stratégique et commercial».

Les bolides d’Hinwil seront toujours propulsés par des moteurs Ferrari, mais ils porteront officiellement le nom Alfa Romeo. Une démarche similaire existe chez Red Bull, dont les...

Sauber a signé un partenariat de plusieurs années avec Alfa Romeo. Dès la prochaine saison de Formule 1, l’écurie sera renommée Alfa Romeo Sauber, dans le cadre d’un «accord technique, stratégique et commercial».

Les bolides d’Hinwil seront toujours propulsés par des moteurs Ferrari, mais ils porteront officiellement le nom Alfa Romeo. Une démarche similaire existe chez Red Bull, dont les moteurs Renault utilisés sont rebadgés TAG Heuer.

Alfa Romeo, qui n’est plus actif en F1 depuis 1988, est détenu par le groupe Fiat, dont le patron n’est autre que Sergio Marchionne, le président de Ferrari. Le partenariat va permettre «l’échange de savoir-faire d’ingénierie et de technologie, et offrir de nouvelles opportunités pour les deux organisations en Formule 1 et au-delà», souligne le communiqué.

Patron de Sauber depuis juillet, le Français Frédéric Vasseur a réussi à obtenir de Ferrari la fourniture d’un moteur de dernière génération en 2018, au lieu d’une version vieille d’un an comme en 2017, après avoir également annulé une collaboration prévue avec Honda.

«Cet accord avec Sauber est une étape significative dans la réorganisation de la marque Alfa Romeo, qui reviendra en Formule 1 après une absence de plus de 30 ans», a indiqué le président de Ferrari, Sergio Marchionne.

Premier champion

Alfa Romeo avait quitté la F1 à l’issue de la saison 1987 lors de laquelle la marque fournissait des V8 Turbo à l’écurie italienne Osella. Le constructeur avait remporté le premier championnat du monde de Formule 1 de l’histoire, en 1950, avec l’Italien Giuseppe Farina au volant. L’écurie italienne avait récidivé la saison suivante, avec cette fois le légendaire pilote argentin Juan Manuel Fangio.

Le nom des deux pilotes pour 2018 n’a toujours pas été officialisé. Cela devrait être fait prochainement. L’arrivée du Monégasque Charles Leclerc, champion de GP2, semble acquise. Il remplacera l’Allemand Pascal Wehrlein.

Par contre, l’identité du deuxième pilote reste encore inconnue: Marcus Ericsson, soutenu par Longbow (propriétaire de Sauber), semble tenir la corde pour conserver son volant même s’il reste sur deux saisons blanches. Ferrari souhaiterait placer chez Sauber son pilote de réserve, l’Italien Andrea Giovinazzi. Mais Frédéric Vasseur serait loin d’être enthousiaste: «Nous ne voulons pas être l’équipe B de Ferrari», a-t-il dit. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top