26.10.2015, 12:56

Présidence de la FIFA: le bras droit de Platini Gianni Infantino y va!

chargement
Le Valaisan Gianni Infantino est candidat.

 26.10.2015, 12:56 Présidence de la FIFA: le bras droit de Platini Gianni Infantino y va!

Fifa Gianni Infantino y va aussi. Le bras droit de Michel Platini à l'UEFA a décidé de se présenter à la présidentielle en février 2016. Cette décision aurait été prise ce vendredi au terme de débats intenses menés en visioconférence.

Le secrétaire général de l'UEFA, le Valaisan Gianni Infantino se lance dans la course à la présidence de la Fifa, avec le soutien du comité exécutif de l'UEFA, a indiqué l'instance européenne lundi, semblant ainsi lâcher Michel Platini.

"Nous sommes ravis que Gianni se présente", précise l'UEFA dans un communiqué ajoutant: "il est en pleine procédure pour présenter les parrainages nécessaires et fera un communiqué plus tard". Le communiqué de l'UEFA ne dit pas un mot sur Michel Platini, président de l'UEFA actuellement suspendu et toujours candidat.

Infantino est né à Brigue il y a 45 ans. Il travaille depuis 15 ans pour l'UEFA. Il est marié et père de quatre enfants. Il parle allemand, italien, français, anglais, espagnol et arabe. Il possède également la nationalité italienne.

Les candidats ont jusqu'à ce lundi minuit pour déposer leur parrainages. Pour l'heure, avant l'annonce d'Infantino, ils sont six à clamer l'avoir fait.

Platini, l'ex-favori, est aujourd'hui dans une situation inconfortable. Bien que suspendu jusqu'au 5 janvier, l'ex-meneur des Bleus a maintenu sa candidature en attendant la décision finale de la justice sportive.

Cheikh Salman, membre de la famille royale du Bahrein, s'est déclaré récemment. Président de la Confédération asiatique de football (AFC) depuis 2013, il connaît bien la FIFA pour en occuper l'un des postes de vice-président.

Le Sud-Africain Tokyo Sexwale, ancien compagnon de prison de Nelson Mandela, et homme d'affaires sud-africain, qui n'est pas issu du sérail du football, s'est aussi jeté dans la bataille.

Les autres postulants ne pèsent pas assez politiquement pour espérer grand chose. Le prince jordanien Ali, demi-frère du roi Abdallah, avait poussé Joseph Blatter au second tour en mai dernier. Mais il était soutenu alors par l'UEFA, qui a désormais Infantino comme candidat.

Jérôme Champagne, ancien secrétaire général adjoint de la Fifa, doit combler un net déficit de notoriété, tout comme David Nakhid, ex-capitaine de la sélection nationale de Trinité-et-Tobago, passé par les Grasshoppers Zurich.

L'élection est prévue le 26 février à Zurich. Elle n'a jamais été aussi ouverte et indécise, alors que l'instance suprême du foot croule sous les affaires et les scandales.

ATS

Top