02.08.2015, 19:52

La fin d'une ère

chargement
Par SOFIA / STÉPHANE FOURNIER

L'équipe de Suisse ne tient pas les promesses annoncées durant toute la semaine. La qualification pour l'Euro 2012 s'éloigne.

«Et maintenant, que vais-je faire?», chantait Gilbert Bécaud. Les joueurs et l'encadrement de l'équipe de Suisse peuvent à leur tour entonner ce refrain interrogatif. Le match nul concédé contre les Bulgares à Sofia se lit comme la fin d'une ère pour une génération invitée permanente des grandes compétitions depuis 2004.

Zéro à zéro, quatre points au compteur et six unités de retard sur la paire Angleterre-Monténégro. Croire encore en la qualification pour le futur Euro ukraino-polonais exige une foi sans faille. Ou la rhétorique d'un sélectionneur interdit de défaitisme. «Tant qu'une possibilité existe, nous devons nous investir pour la concrétiser après avoir analysé et assimilé cet échec», confiait Ottmar Hitzfeld hier à l'heure d'embarquer à destination de Zurich.

Le ton et la conviction reçoivent un double bémol après le «Pourquoi ne battrions-nous pas les Anglais à Londres comme nous avons battu les Espagnols en Coupe du monde?», asséné en conférence de presse après le match. Le technicien allemand plaide pour le sursis qu'accordent les chiffres à son équipe. «La Bulgarie est parfaitement capable de gagner au Monténégro dont nous sommes dépendants des résultats», ajoute-t-il.

Hitzfeld s'accroche à l'espoir mathématique. La performance réalisée au stade Vasil Levski le prive d'arguments quant aux qualités et aux forces de son groupe. Une nouvelle équipe naîtrait du défi bulgare. Promis, juré, craché l'avaient martelé les joueurs durant toute la semaine. Le printemps attendra ce renouveau. L'effet d'annonce accouche d'une horrible demi-heure initiale contre des Bulgares très engagés. Les visiteurs s'inclinent dans tous les duels, ils n'alignent pas trois passes consécutives et perdent Valon Behrami, dont le genou subit une torsion fatale après une intervention qui lui vaut un carton jaune (lire ci-dessus).

Ivelin Popov (1re) et Dimitri Makriev (9e) manquent le cadre. Marco Wölfli capte un essai de Delev (9e). «Nous n'étions pas dans le rythme imposé par notre adversaire. Le déchet technique a été très important, dès la relance. Il est naturel que l'équipe qui évolue à domicile commence fort», analyse Hitzfeld. Les difficultés des Suisses en ligne médiane, incapables de freiner l'élan bulgare et d'esquisser un seul mouvement offensif, se résument dans une question. Où est Gökhan Inler? Absent et sans emprise sur le jeu durant 90 minutes. Un tir à ras le montant (82e) ne sauve pas une prestation indigne des louanges qui saluent ses matches avec Udinese. Même un choc à la tête en première période qui lui vaut des points de suture ne peut expliquer le contraste entre le joueur de club et celui qui porte le maillot national. Blerim Dzemaili, son compère retrouvé dans l'axe, a le mérite de monter en puissance durant le match.

L'équilibrage des forces en cours de rencontre ne se traduit pas par une multitude d'occasions de but pour les Suisses. Nikolai Mihailov repousse une reprise de la tête d'Alexander Frei, seul à cinq mètres (30e). Il se détend pour détourner du bout des doigts un geste similaire du même Frei (63e), puis il se déploie bien pour contrer une tentative de Mario Gavranovic à l'ultime seconde (94e).

Pas de but comme lors du tristounet Malte - Suisse de sinistre mémoire. «Le déficit à la concrétisation nous pénalise actuellement. Vous ne pouvez pas manquer de telles occasions au niveau international. Frei les réussit avec Bâle, pas en sélection. Si vous marquez, l'adversaire se découvre, vous bénéficiez d'espaces.» L'impuissance offensive du visiteur aurait nécessité de véritables boulevards. Croire qu'ils s'ouvriront devant les Helvètes à Wembley le 4 juin relève de la foi. Croire qu'ils seront capables de les construire d'eux-mêmes exige un degré de croyance supplémentaire. Ou d'exercer la rhétorique positive d'un sélectionneur. /SFO

Bulgarie - Suisse 0-0

stade vasil levski, sofia: 17 000 spectateurs.

arbitre: Collum (Eco).

BULGARIE: Michailov; Bandalovski, Stojanov, Ivanov, Zanev; Stilian Petrov; Manolev, Georgiev, Delev (81. Lasarov); Popov (85. Angelov), Makriev (52. Genkov).

SUISSE: Wölfli; Lichtsteiner, von Bergen, Grichting, Ziegler; Behrami (17. Gelson), Dzemaili, Inler, Stocker (67. Derdiyok); Frei, Streller (77. Gavranovic).

Notes: La Bulgarie sans Martin Petrov (suspendu). La Suisse sans Vailati, Schwegler (surnuméraires), Benaglio, Djourou, Shaqiri (blessés), Barnetta ni Senderos (convalescents). 17e Behrami sort sur blessure. Avertissements: 15e Behrami, 17e Stoyanov, 69e Georgiev, 77e Derdiyok, 87e Manolev.

«Je sais pourquoi je ne marque pas comme à Bâle»

La concentration était plus forte que d'habitude, le plaisir aussi. La semaine de préparation à Feusisberg avait posé les bases d'une nouvelle équipe de Suisse. La réalité du Vasil Levski Stadion de Sofia a démenti toutes les déclarations d'intention. Pas la moindre esquisse de renaissance, de nouveau départ ou d'élan revigoré. «Si je connaissais les raisons de ce décalage... Nous étions conscients que nous devions faire plus», déplore Steve von Bergen, dépité au sortir d'un vestiaire où les Suisses ont prolongé durant plus d'une demi-heure leur séjour sous la douche. Pour échanger quelques vérités? «La question de l'avenir se pose, le mien, celui de l'équipe», confie Alex Frei, capitaine lucide et exemplaire face aux sollicitations médiatiques. «Beaucoup de points d'interrogation sont à répondre. Laissons le temps aux personnes concernées d'analyser et de digérer ce qui s'est passé ici. Je parlerai de mon avenir (réd: Frei a annoncé sa retraite internationale pour le lendemain du match contre l'Angleterre le 4 juin) et de celui de l'équipe avec le sélectionneur.» L'occasion manquée à la demi-heure pèse sur son moral. «Je n'ai ni la même lucidité, ni la même confiance en équipe nationale qu'avec Bâle. Je ne suis pas le même «tueur». J'en connais les raisons, mais je les garde pour moi.» La déchirure semble profonde entre les deux hommes. «Si vous voulez connaître les causes de la différence de rendement de Frei, posez-lui la question», dégage promptement Hitzfeld, sollicité sur le sujet.

Stéphane Grichting apparaît aussi dépité. «On essayera d'y croire, mais nous n'imaginions pas nous retrouver avec quatre points après les matches aller quand nous avions découvert le calendrier. On compose avec les moyens du bord, nous n'étions pas forcément meilleurs que les Bulgares. On a tenu le 0-0, mais nous n'avons pas saisi une chance offensive. Nous avons déjà réussi à nous redresser quand tout semblait compromis.» Marco Streller demeure évasif sur les pensées de retraite internationale qui l'envahissent de plus en plus. «Nous avons le temps pour penser à l'Angleterre. Je parlerai auparavant avec l'entraîneur.» Frei, Grichting ou Streller voient la dernière grande compétition s'éloigner. Leur moral s'en ressent. /sfo

Valon Behrami est soulagé, son ligament externe n'est pas touché

Sorti sur blessure à la 17e minute, Valon Behrami peut pousser un gros «ouf» de soulagement. Le ligament externe de son genou droit n'a pas été touché. Les examens effectués hier ont confirmé que la blessure du milieu de la Fiorentina est moins grave que prévu. Le Tessinois s'était blessé tout seul en tentant de tacler. /si

Pays de Galles - Angleterre 0-2 (0-2)

Millenium Stadium, Cardiff: 68 959 spectateurs.

Arbitre: Benquerenca (Por).

Buts: 7e Lampard (penalty) 0-1. 15e Bent 0-2.

Pays de Galles: Hennessey; Gunter, James Collins, Williams, Danny Collins; Bellamy, Crofts, Ramsey, King (65e Vaughan); Ledley, Morison (65e Evans).

Angleterre: Hart; Johnson, Dawson, Terry, Cole; Parker (89e Jagielka), Lampard, Wilshere (82e Downing), Young; Bent, Rooney (70e Milner).

Notes: le Pays de Galles sans Bale (blessé), l'Angleterre sans Ferdinand et Gerrard (blessés). Avertissements: 37e Rooney, 56e Crofts, 70e Ledley, 82e Vaughan, 82e Bellamy, 84e Johnson, 86e James Collins.

Qualifications Euro 2012

Groupe G

Pays de Galles - Angleterre 0-2
Bulgarie - Suisse 0-0

CLASSEMENT
1. Angleterre 4 3 1 0 9-1 10
-------------------------------------------
2. Monténégro 4 3 1 0 3-0 10
-------------------------------------------
3. Suisse 4 1 1 2 5-5 4
4. Bulgarie 4 1 1 2 1-5 4
5. Pays de Galles 4 0 0 4 1-8 0


à jouer:

Samedi 4 juin:
Angleterre - Suisse et Monténégro - Bulgarie.

Vendredi 2 septembre:
Pays de Galles - Monténégro et Bulgarie - Angleterre.

Mardi 6 septembre:
Suisse - Bulgarie et Pays de Galles - Angleterre.

Vendredi 7 octobre:
Pays de Galles - Suisse et Monténégro - Angleterre.

Mardi 11 octobre:
Suisse - Monténégro et Bulgarie - Pays de Galles.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

FOOTBALLBâle face à Francfort en huitième de finaleBâle face à Francfort en huitième de finale

SantéCoronavirus: des conséquences économiques potentiellement graves pour Xamax et le HCCCoronavirus: des conséquences économiques potentiellement graves pour Xamax et le HCC

CompétitionFootball - Europa League: en 8e de finale, le FC Bâle affrontera Francfort ou SalzbourgFootball - Europa League: en 8e de finale, le FC Bâle affrontera Francfort ou Salzbourg

Promotion LeaguePietro Di Nardo a quitté Xamax pour de nouveaux défis à YverdonPietro Di Nardo a quitté Xamax pour de nouveaux défis à Yverdon

RésultatsFootball - Europa League: Bâle se qualifie sans tremblerFootball - Europa League: Bâle se qualifie sans trembler

Top