19.07.2011, 09:49

«J'attaquerai dans les Alpes»

chargement
Par saint-paul-trois-châteaux, Christophe Spahr

Il y a des signes qui ne trompent pas. Une semaine plus tôt, Alberto Contador paraissait tendu, l'air grave. Dans une salle surchauffée, il n'était alors question que de son genou. Hier, c'est avec le sourire aux lèvres, n'hésitant pas à plaisanter et affichant une attitude bien plus détendue, qu'il s'est présenté devant la presse. L'atmosphère était joyeuse, presque irréelle compte tenu du retard que compte toujours l'Espagnol sur ses principaux rivaux. Il n'a pas dit son dernier mot, c'est certain.

Alberto Contador, comment vous sentez-vous?

Je me sens mieux qu'à l'approche des Pyrénées. Je suis en meilleure condition. Mais je maintiens que disputer le Giro n'était pas la préparation idéale pour le Tour de France. J'ai ressenti la fatigue du Tour d'Italie. En outre, j'ai souffert de mes chutes. Mon coup de pédale n'était pas naturel. Mais je progresse. La confiance revient en même temps.

Estimez-vous avoir encore vos chances dans ce Tour?

Les écarts sont importants, certes. C'est pourquoi il faut désormais profiter de toutes les opportunités qui restent d'ici Paris. Mais sans le temps perdu lors de la première journée, lorsque j'ai été retardé par une chute, je serais en position de gagner le Tour de France. Les trois étapes alpestres sont importantes, chacune pour un motif différent.

Pouvez-vous détailler ces trois rendez-vous?

A Pinerolo (réd: demain), je me méfie surtout du final et de la dernière descente. Elle est très dangereuse. Elle pourrait l'être d'autant plus que les prévisions de la Météo ne sont pas bonnes. Le lendemain, on arrive au sommet du Galibier (réd: 2645 m d'altitude). Mais avant ça, il y a le col Agnel (réd: 2744 m), une ascension incroyable avec 10 derniers km très difficiles. Dans le Galibier, les pourcentages les plus élevés sont au début. Enfin, tout le monde connaît l'Alpe d'Huez. Mais c'est une étape courte (réd: 109,5 km) avec simplement le Galibier et la montée finale. C'est probablement la journée la plus importante. J'ai reconnu les trois étapes dans les Alpes, ainsi que le contre-la-montre de Grenoble.

Vous avez un retard de quatre minutes sur Thomas Voeckler. Est-ce le plus grand défi de votre carrière?

Non. C'est un gros défi, mais pas le plus important. C'est simplement une situation nouvelle pour moi. Mon retard est important. D'ailleurs, s'il s'élevait toujours à quatre minutes avant le contre-la-montre, je n'aurais plus aucune chance. Quatre minutes, c'est impossible à refaire sur un seul chrono. Je veux profiter de ma meilleure condition pour attaquer. Je ne veux surtout pas arriver à Paris en ayant eu des regrets. Je vais donc passer à l'offensive si j'ai les jambes. Je ne suis pas un coureur attentiste. Si j'en avais été capable, je l'aurais déjà fait la semaine passée.

Dans les Pyrénées, vos adversaires ne vous ont pas attaqué. Qu'avez-vous pensé de cette attitude?

Le Tour est peut-être à ce point difficile qu'ils n'en sont pas capables. En tous les cas, je peux vous assurer que c'est le Tour le plus dur que j'ai couru jusque-là. Il y a beaucoup de pression aussi. Ça peut expliquer qu'il n'y ait pas encore eu d'attaques franches.

Quel est votre favori?

A ce jour, Thomas Voeckler et Cadel Evans sont les mieux placés. Mais je ne les mets pas au même niveau pour autant. Un coureur comme Evans n'est pas facile à lâcher dans la montagne. Voeckler est capable de s'accrocher encore à Pinerolo. Mais il pourrait perdre du temps ensuite.

Que vous inspire sa performance dans les Pyrénées?

C'est incroyable ce qu'il a fait! Mais les Alpes, ce ne sont pas les Pyrénées. Les ascensions sont plus difficiles, les altitudes plus élevées. La course pourrait être différente. Tous les grimpeurs ne seront pas forcément à l'aise.

«L'un des deux sera en jaune..»

Andy ou Fränck? Fränk ou Andy? A Luz-Ardiden, c'est l'aîné qui paraissait avoir les meilleures jambes. Au Plateau de Beille, le cadet s'est probablement relevé pour ne pas enfoncer son frère, un peu moins bien. Au final, l'un et l'autre n'ont quasiment rien gagné sur leurs adversaires. Or, le contre-la-montre ne parle pas en leur faveur. De tous les prétendants, ce sont les moins à l'aise dans cet exercice. «Trente secondes d'avance peuvent suffire», estime Andy Schleck. «Mais avec une minute et plus, nous serions plus relax.»

Reste donc aux frères Schleck à attaquer. En sont-ils capables? Dans les Pyrénées, ils n'ont pas exploité les soucis physiques de Contador pour l'écarter définitivement du podium. Ils pourraient s'en mordre les doigts. «Nous sommes dans une position idéale avant d'aborder les Alpes», estiment-ils. «L'équipe n'a pas subi de dommages, nous sommes bien placés. Nous attendions les Alpes pour entamer la bagarre.»

Acceptons-en l'augure. Après tout, les deux Luxembourgeois n'ont pas d'autres choix s'ils veulent remporter le Tour. «Il n'y aura pas de place pour nous deux sur le podium», assure Andy Schleck. «L'un de nous deux y sera, mais en jaune… Quitte à ce que l'un des deux se sacrifie pour l'autre. Contador? Pour le moment, il n'est pas le plus dangereux de nos adversaires. De toute façon, je répète depuis le départ que ça n'a rien d'un duel. D'autres coureurs ont aussi intérêt à attaquer.» / csp

Tour de France

Classement général: 1. Thomas Voeckler (Fr, Europcar) 65h24'34''. 2. Fränk Schleck (Lux) à 1'49''. 3. Cadel Evans (Aus) à 2'06''. 4. Andy Schleck (Lux) à 2'15''. 5. Ivan Basso (It) à 3'16''. 6. Samuel Sanchez (Esp) à 3'44''. 7. Alberto Contador (Esp) à 4'00''. 8. Damiano Cunego (It) à 4'01''. 9. Tom Danielson (EU) à 5'46''. 10. Kevin De Weert (Bel) à 6'18''. 11. Rigoberto Uran (Col) à 7'55''. 12. Jean-Christophe Péraud (Fr) à 8'20''. 13. Rein Taaramäe (Est) à 9'02''. 14. Pierre Rolland (Fr) à 9'20''. 15. Haimar Zubeldia (Esp) à 9'50''. 16. Peter Velits (Slk) à 10'01''. 17. Arnold Jeannesson (Fr) à 10'05''. 18. Nicolas Roche (Irlande) à 10'56''. 19. Sandy Casar (Fr) à 11'54''. 20. Jelle Vanendert (Bel) à 12'06''. Puis: 25. Levi Leipheimer (EU) à 16'48''. 36. Tony Martin (All) à 28'34''. 41. Robert Gesink (Hol) à 35'21''. 49. Steve Morabito (S) à 42'44''. 59. Thor Hushovd (Nor) à 55'48''. 71. David Loosli (S) à 1h10'23''. 100. Michael Schär (S) à 1h35'22''. 130. Fabian Cancellara (S) à 1h56'33''. 134. Mark Cavendish (GB) à 1h58'34''.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Sport Hebdo

Ne ratez plus rien de l'actu sportive!

Recevez chaque dimanche un résumé de l'actu sportive régionale, nationale et internationale !

Recevez chaque dimanche un résumé de l'actu sportive régionale, nationale et internationale !

À lire aussi...

RepriseAlexandre Balmer vise le podium pour la rentréeAlexandre Balmer vise le podium pour la rentrée

SéparationChris Froome changera d’équipe en fin de saisonChris Froome changera d’équipe en fin de saison

Chris Froome changera d’équipe

C’est désormais officiel, Chris Froome ne fera plus partie du Team Ineos (ex-Sky) la saison prochaine. Le Britannique...

  09.07.2020 12:54

Trophée du DoubsVictoire de Robin Donzé au NoirmontVictoire de Robin Donzé au Noirmont

Victoire de Robin Donzé au Noirmont

La deuxième étape du Trophée du Doubs est revenue à Robin Donzé. Le Franc-Montagnard a précédé Justin Paroz au terme de...

  09.07.2020 10:28

NeuchallengeNouveaux records féminins par Carole Perrot et Crystel Matthey à La BrévineNouveaux records féminins par Carole Perrot et Crystel Matthey à La Brévine

AscensionJustin Paroz vainqueur aux BoisJustin Paroz vainqueur aux Bois

Victoire de Justin Paroz aux Bois

Le Neuchâtelois Justin Paroz a remporté la première étape du Trophée du Doubs entre Biaufond et Les Bois, mercredi...

  02.07.2020 15:30

Top