Fabian, chercheur d'or

chargement

Brillant lors du dernier Tour de Suisse et tout neuf champion national sur route, Fabian Cancellara veut s'emparer du maillot jaune, dès demain à Monaco. Pour répéter ses coups de Liège en 2004 et de Londres en 2007.

Par MONACO / FLORENT MAY
  03.07.2009, 11:11

Monaco, son rocher, son luxe affiché en vitrines et aux balcons. Drôle d'endroit pour un cycliste, mais lieu idéal pour des paris... Le Tour de France 2009 vit sa veillée d'armes en Principauté, où les résidents sont davantage habitués à voir débarquer la foule des sportifs pour de vrombissantes F1. Samedi, à l'occasion du contre-la-montre d'ouverture, on attend pourtant plus de 150 000 spectateurs sur les trottoirs monégasques, soit plus du double que pour le traditionnel Grand Prix.

Favori numéro un de cette course en ville, Fabian Cancellara assume le poids du pronostic. Le Bernois est en forme et il ne craint pas de l'affirmer. «Je me sens en bonne forme et en confiance. Depuis ma victoire au Tour de Suisse, ma confiance est encore montée de 20 ou 30%. Les sept premiers kilomètres de ce contre-la-montre sont difficiles. Le parcours dans son ensemble est exigeant», détaille le coureur de la Saxo Bank qui, aujourd'hui, repérera en détail les 15,5 km du «circuit» monégasque. Et «Spartacus» espère bien rééditer ses coups de Liège (2004) et de Londres (2007), où il avait à chaque fois revêtu le premier maillot jaune du Tour. Reste qu'il devra se méfier de l'adversité et de... lui-même. «Mes concurrents seront Contador, Evans et Millar. A part eux, je ne vois personne... Mais je peux me battre moi-même avec une chute ou une faute. Je suis fier, après Londres, de repartir dans une jolie ville comme Monte-Carlo», poursuit-il.

Pour le moment, le Bernois n'envisage pas le Tour 2009 au-delà de cette première échéance. Le chrono de samedi décidera de la suite des opérations. «Je pense d'abord à samedi. Après, on verra pour de nouveaux plans», a-t-il expliqué en conférence de presse. Hier, au forum Grimaldi, la prudence dans les propos du Bernois tranchait néanmoins avec un regard malicieux qui, reflétait les souvenirs de ses sept jours passés en jaune sur la Grande Boucle 2007, où il avait également enlevé une étape en ligne à Compiègne. «Ces sept jours en jaune, c'était merveilleux. Mais avant de le faire, on n'y pense pas, on en rêve seulement», poursuivait le champion olympique du contre-la-montre de Pékin. Titillé par de nombreuses questions, qui ont tenté de percer la carapace de l'ambitieux planqué, Fabian Cancellara n'est pas sorti d'un jaune en... rêve. «Le Tour, c'est un rêve. On ne sait jamais, une fois le rêve peut devenir un but. Peut-être dans quelques années, mais j'ai encore beaucoup d'autres objectifs à atteindre avec quelques classiques que je veux gagner. Après, on verra...»

Le Bernois se mettra ainsi au service des deux frères Schleck, Franck et Andy, les leaders désignés de la Saxo Bank. Le discours de Bjarne Riis, son manager, confirme la donne tactique. «Notre premier grand but sur ce Tour, c'est de prendre le maillot jaune samedi avec Fabian. Il sera difficile à battre, on l'a vu au Tour de Suisse. Il a une grande confiance en lui. Pour gagner le général, on compte sur Andy et Franck», dicte le Danois qui a rappelé les contours plutôt mous des étapes de montagne du dernier Tour de Suisse. «Sur le Tour de France, par contre, c'est autre chose...» /FMA

Un final exigeant

Les 3459,5 kilomètres de cette Grande Boucle 2009 proposent un tracé qui devrait équilibrer les chances entre grimpeurs et rouleurs. Avec moins de 60 km de contre-la-montre individuel et seulement trois arrivées en altitude (Arcalis, Verbier et Mont-Ventoux), une séparation des pouvoirs entre les deux castes de la petite reine semble assuré. Premier rendez-vous d'importance, le contre-la-montre de Monaco de demain propose un parcours de 15,5 km assez exigeant. «Si tu n'es pas dans un bon jour, tu peux perdre une minute», estime l'Espagnol Alberto Contador (Astana), vainqueur en 2007 et grandissime favori pour la victoire finale.

Deux étapes méditerranéennes suivront cette ouverture monégasque avant le contre-la-montre par équipes de Montpellier de mardi prochain. Un exercice de style collectif qui devrait convenir à des équipes comme Astana (Contador, Armstrong, Leipheimer) et la Saxo Bank (Frank et Andy Schleck, Cancellara). Elles voudront prendre leurs responsabilités avant l'entrée dans les Pyrénées et la difficile étape de montagne Barcelone-Arcalis (la plus longue de ce Tour 2009, avec 224 kilomètres). La deuxième semaine paraît moins exigeante et pourrait ouvrir la porte aux baroudeurs. Attention tout de même à l'étape vosgienne Vittel-Colmar, qui a le profil d'une journée piège. C'est aussi durant cette deuxième semaine que deux étapes tests sans oreillette sont prévues. Le final s'annonce très exigeant avec les étapes alpines de Verbier et du Grand-Bornand, le contre-la-montre d'Annecy et le mythique Mont Ventoux, placé un jour avant l'arrivée sur les Champs-Elysées. De quoi maintenir le suspense jusqu'au bout... /fma

Omniprésent dopage

2006: Landis, le vainqueur déchu
Lors de la 17e étape, Floyd Landis signe une spectaculaire échappée de 130 km qui lui permet de s'imposer en solitaire à Morzine, et d'arriver en vainqueur sur les Champs-Elysées trois jours plus tard. Mais le contrôle antidopage qu'il subit au soir de son exploit dans les Alpes décèle un taux anormalement élevé de testostérone dans ses urines. L'Américain, qui nie s'être dopé, se lance alors dans une bataille juridique qui durera deux années et lui coûtera près de deux millions de dollars. En vain. Déjà déchu de sa victoire en septembre 2007 par l'UCI, il voit son appel rejeté par le Tribunal arbitral du sport (TAS) le 30 juin 2008. Les deux ans de suspension dont il écope prennent fin le 29 janvier 2009 et Landis, qui a trouvé une place dans une modeste équipe américaine, fait son retour à la compétition en février lors du Tour de Californie.

2007: double coup de tonnerre
Le 24 juillet, les coureurs bénéficient d'une journée de repos à Pau. Alors que le Danois Michael Rasmussen, le porteur du maillot jaune, tente de dissiper les soupçons de dopage le concernant, un premier coup de théâtre survient avec l'annonce du contrôle positif d'Alexandre Vinokourov. Le Kazakh, testé après sa victoire dans le contre-la-montre d'Albi trois jours plus tôt, tombe pour dopage par transfusion sanguine et Astana, son équipe, quitte le Tour. Le lendemain, c'est Rasmussen qui se voit montrer la porte par son équipe Rabobank, au soir de sa victoire au col d'Aubisque. Le Danois est accusé d'avoir menti sur son emploi du temps du mois précédent, ce qui alimente les soupçons. Les coureurs ne sont-ils pas tenus de fournir un programme détaillé pour pouvoir être soumis à des contrôles antidopage hors compétition? Ce même jour, l'équipe française Cofidis annonce son retrait à la suite du contrôle antidopage positif de son coureur Cristian Moreni.

2008: Ricco et les autres
L'Italien Riccardo Ricco a déjà remporté deux étapes du Tour lorsque, le 17 juillet, il est embarqué par les gendarmes. Des traces de Cera, la dernière EPO mise sur le marché, avaient été décelées dans ses urines lors d'un contrôle antidopage au terme de la 4e étape. Cette EPO, réputée jusqu'alors indétectable, a un autre avantage: ses effets se font sentir pendant près d'un mois à partir d'une seule injection. Mais si la Cera est effectivement difficile à déceler dans les urines avec le test de détection classique de l'EPO, elle l'est plus facilement dans le sang. La finalisation d'un test sanguin en septembre par le laboratoire de Châtenay-Malabry, incitera l'Agence française de lutte contre le dopage à lancer de nouvelles analyses sur une quarantaine d'échantillons. Trois autres coureurs sont ainsi rattrapés: l'Italien Leonardo Piepoli, l'Allemand Stefan Schumacher et l'Autrichien Bernard Kohl, qui avait terminé 3e du Tour et portait le maillot de meilleur grimpeur. /si


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Sport Hebdo

Ne ratez plus rien de l'actu sportive!

Recevez chaque dimanche un résumé de l'actu sportive régionale, nationale et internationale !

Recevez chaque dimanche un résumé de l'actu sportive régionale, nationale et internationale !

À lire aussi...

VTTVainqueurs «maison» au ROC du LittoralVainqueurs «maison» au ROC du Littoral

SACRECyclisme – Mondiaux: Alaphilippe garde son titreCyclisme – Mondiaux: Alaphilippe garde son titre

Mondiaux: Alaphilippe garde son titre

Julian Alaphilippe a conservé son titre de champion du monde, à Louvain (BEL). Le Français de 29 ans s’est imposé en...

  26.09.2021 18:29

VTTROC du Littoral: Nicolas Lüthi et Pauline Roy s’imposentROC du Littoral: Nicolas Lüthi et Pauline Roy s’imposent

PerformanceCyclisme: Elisa Balsamo championne du monde, Elise Chabbey et Sina Frei dans le groupe de têteCyclisme: Elisa Balsamo championne du monde, Elise Chabbey et Sina Frei dans le groupe de tête

la consécrationVTT: Florence Darbellay championne du monde de marathon chez les mastersVTT: Florence Darbellay championne du monde de marathon chez les masters

Top