03.08.2015, 08:57

Union Neuchâtel à la recherche d'un sponsor principal

chargement
Par PATRICK TURUVANI

Jump online n'est plus le sponsor principal d'Union, dont le nom ne sera peut-être plus Jump Union Neuchâtel la saison prochaine. «Nous cherchons un nouveau partenaire et nous verrons avec lui comment gérer ça», glisse Andrea Siviero. La piste locale est privilégiée et des contacts avancés sont en cours.

Apporté l'an dernier par Bernard Morel (président d'Union dans les années 1990), le concept Jump n'a pas porté l'intégralité de ses fruits. L'idée était innovante, peut-être un peu trop: après la création de deux clubs pour les fans (Slam Dunk) et les entreprises (Smash), il s'agissait de mettre en relation les membres et les partenaires pour offrir à ces derniers une meilleure visibilité sur la «place de marché» en ligne www.jumpunion.ch. Une boutique - le Jump Shop, à la rue du Seyon - complétait l'offre. Ce nouvel outil devait, à terme, fournir une partie du budget, en plus des revenus traditionnels.

«Le but était de gérer la totalité des membres et des sponsors à Travers ce concept», rappelle Andrea Siviero. «Mais le volume d'affaires s'est révélé inférieur aux attentes, en regard notamment de l'important investissement de départ. Si le Smash (environ 40 entreprises à 2000 francs par année) a relativement bien fonctionné, le Slam Dunk (une quarantaine de membres à 200 francs) a moins bien marché. Pour la saison prochaine, nous avons donc décidé de reprendre la gestion des membres et des supporters. Jump online poursuivra son effort au niveau des entreprises, dans un rôle de soutien.»

Mais Bernard Morel ne fait plus partie du comité d'Union. Et Alain Robyr, directeur opérationnel de Jump online, n'était pas joignable hier pour évoquer cette nouvelle collaboration.

En octore dernier, Bernard Morel ne le cachait pas: «ça marche ailleurs, mais je ne sais pas si cela marchera ici. C'est la première fois que l'on applique ce concept au basket et dans un Environnement aussi local. Est-ce que la région est prête pour cela? Je n'aurais aucune crainte au FC Bâle, un peu plus à Xamax, et ici je ne sais pas!»

Bernard Morel estimait alors qu'il faudrait «1000 membres au Slam Dunk et 100 au Smash la saison prochaine pour assurer les 50% du budget». Soit 400 000 francs de cotisations. Il ajoutait: «C'est un vrai pari.» Hélas raté.

Entraîneurs auditionnés

Par ailleurs, Union n'a pas encore déniché son nouvel entraîneur. «Nous en avons déjà rencontré deux, nous en voyons un ce soir (réd: hier) et un quatrième probablement samedi», précise Andrea Siviero, qui espère pouvoir officialiser le nom du successeur de Petar Aleksic à la fin du mois ou début juillet. «Trois sur quatre viennent de l'étranger», lâche simplement le président.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

SB LeagueUnion Neuchâtel résiste au coronavirusUnion Neuchâtel résiste au coronavirus

BASKETBALLDes larmes pour les adieux à Kobe BryantDes larmes pour les adieux à Kobe Bryant

BASKETBALLCourte et amère défaite des SuissesCourte et amère défaite des Suisses

Courte et amère défaite des Suisses

La Suisse a perdu en prolongation en Géorgie. Le match de ce dimanche à Fribourg contre la Finlande sera très important.

  21.02.2020 00:01
Premium

SB LeagueUnion Neuchâtel gagne à Boncourt et prolonge son coach Daniel GoethalsUnion Neuchâtel gagne à Boncourt et prolonge son coach Daniel Goethals

SB LeagueAvant Boncourt – Union: le coach Daniel Goethals se méfie du «chaudron»Avant Boncourt – Union: le coach Daniel Goethals se méfie du «chaudron»

Top