03.08.2015, 09:22

Petar Aleksic se lance un nouveau défi à Monthey

chargement
Par JÉRÉMIE MAYORAZ

Petar Aleksic se dit volontiers discret sur sa vie privée. Alors au moment de découvrir la personnalité du nouvel entraîneur du BBC Monthey, l'heure n'est pas à la précipitation. Il faut gratter un peu pour en apprendre davantage. Le Bosniaque, également suisse depuis quatre ans, préfère se révéler au compte-gouttes. Avec des mots réfléchis, des phrases courtes mais pleines de bon sens. Tout de suite on repère chez lui ce souci de bien faire, de donner les meilleures réponses possibles. «J'apprécie la discipline, que ce soit dans la vie de tous les jours ou dans le sport. J'aime que les choses se fassent dans un certain ordre, un certain cadre.»

N'allez pas croire que Petar Aleksic est du genre froid et sans relief. Au fil des minutes, l'homme se dévoile et livre une partie de ses secrets. Avec un plaisir non dissimulé, il parle de sa longue et belle carrière de joueur. 23 ans passés entre l'ex-Yougoslavie, la Hongrie et la Suisse. Avec plusieurs titres à la clé. «Remporter une coupe en Bosnie, c'est quelque chose qui reste à jamais gravé. Tout comme disputer une finale de championnat contre le grand Partizan, devant 17 000 spectateurs. De grands moments! Chez nous, le basket est une institution. C'est le sport numéro un, celui où l'on obtient le plus de résultats», souligne celui qui a commencé à tâter de la sphère orange un peu par hasard.

D'abord joueur de football, le jeune Aleksic découvre le basket à 12 ans. A quelques mètres de sa maison se dispute le championnat junior national. Le coup de foudre est quasi immédiat. «Avec mes copains, on a tous arrêté le foot pour faire du basket (rires).»

L'Euro League avec Alba Berlin

Le parcours sportif de Petar Aleksic ne se résume pas à ces années de sportif d'élite. Les succès sont également au rendez-vous en tant qu'entraîneur, une reconversion entamée en 2004 à la tête du club autrichien de Feldkirch, avec une promotion en première division. «J'avais dans l'idée de poursuivre dans le sport une fois ma carrière de joueur terminée. J'hésitais entre devenir professeur d'éducation physique ou entraîneur. Le deuxième choix s'est fait naturellement. Toute ma vie j'ai été en compétition, j'aime les batailles.»

Après une saison à la tête d'Union Neuchâtel, le voilà assistant à Alba Berlin où il remporte le championnat d'Allemagne en et dispute la prestigieuse Euro League. «Je me souviens parfaitement des rencontres contre le Maccabi, le Real Madrid ou Barcelone. Nous avions une moyenne de 15 000 spectateurs. Grandiose!» En 2010, on le retrouve à Neuchâtel, aux commandes d'Union, club qu'il avait déjà connu en tant que joueur et entraîneur. Un retour planifié intérieurement. Petar Aleksic voulait voir sa famille grandir en Suisse, lui qui a rencontré sa femme Sanja quand il évoluait à Nyon. «Une fois que je me suis marié, j'ai toujours mis la priorité sur ma famille, ensuite sur le basket. Dans ce sens, je me suis dit que venir vivre en Suisse serait la bonne solution. Il y a une qualité de vie unique ici.»

Un prolongement logique

Son arrivée au BCC Monthey cet été n'est finalement qu'un prolongement logique, une ascension programmée pour celui qui rêvait de diriger un club en LNA. «Monthey, c'est une nouvelle aventure que je me réjouis de vivre, un beau challenge dans une carrière.»

Seule ombre au tableau, l'éloignement de ses proches, restés dans le canton de Saint-Gall. Sa femme Sanja y travaille comme économiste d'entreprise HES et vit à Rorschach, avec Marko, 4 ans, et Nikola, 6 ans. La petite famille fait heureusement chaque semaine le voyage dans le Chablais. «Ils viennent le vendredi après-midi et repartent le dimanche soir. C'est capital pour moi de les voir.» Petar Aleksic retourne aussi chaque année en Bosnie où vivent encore ses parents et l'une de ses deux sœurs.

Petar Aleksic et...

l'aspect multiculturel
«On peut réaliser l'interview en anglais et en français.» Malgré plusieurs saisons passées à Neuchâtel, Petar Aleksic ne manie pas encore parfaitement notre langue. Mais il apprend au fil des jours. Avec ses joueurs, le nouveau coach du BBC Monthey jongle entre anglais, allemand, serbo-croate, bosniaque et même russe, cinq langues qu'il maîtrise presque parfaitement. «Quand j'étais jeune, le Russe était obligatoire à l'école. C'était l'époque du communisme.»

le basket suisse
«On ne peut pas comparer le niveau suisse au niveau des pays de l'ex-Yougoslavie. Ici, le basket vient après l'école et reste un sport mineur par rapport au foot ou au hockey. Mais il y a quand même de jeunes talents qui percent.» La philosophie du sport balkanique se veut donc diamétralement opposée. «Chez moi, le sport est un des rares moyens d'avoir une belle vie.»

l'exigence
Le terrain, voilà le meilleur lieu d'expression de Petar Aleksic. Discret et posé dans son quotidien, l'homme se lâche une fois la partie lancée. «On me dit souvent que j'en fait trop, que je mets trop de pression sur mes joueurs. Je veux simplement obtenir le meilleur de mon groupe.»

le poids de la guerre
Au sommet de sa carrière, Petar Aleksic est rattrapé par la guerre en 1991. Il se voit contraint de quitter la Croatie et son club de Zagreb. «Ce fut un des moments les plus durs de ma vie. Mes parents venaient du Monténégro et je ne pouvais donc pas rester en Croatie. Les gens se haïssaient. J'ai vu les avions de combat, j'ai entendu les bombes à Zagreb.» A cette époque, Petar perd aussi son petit frère, décédé dans un accident militaire. / jma

Portrait express

Né le: 2 novembre 1968 à Trebinje (Bosnie-Herzégovine).

Situation familiale: marié à Sanja, deux enfants (Nikola 6 ans et Marko 4 ans).

Carrière de joueur: Leotar Trebinje de 1981 à 1989, Dubrovbnik (1e division croate) de 1989 à 1990, Zagreb (1e div. croate) de 1990 à 1991, Novi Sad (1e div. serbe) de 1991 à 1994, FMP Belgrade (1e div. serbe) de 1994 à 1998, ZTE (1e div. hongroise) de 1998 à 1999, Neuchâtel de 1999 à 2001, Nyon en 2001-2002, Leotar Trebinje (1e div bosniaque) de 2002 à 2004.

Carrière d'entraîneur: Feldkirch (promotion de 2e en 1e div. autrichienne) de 2004 à 2006, Union Neuchâtel (LNB) en 2006-2007, assistant à Alba Berlin (1e div. allemande) de 2007 à 2009, Union Neuchâtel (LNB) en 2010-2011, à Monthey depuis cet été.

Titres: vainqueur de la coupe de Yougoslavie en 1996 avec Belgrade, vice-champion de Yougoslavie avec Belgrade en 1996 et 1997, champion de Bosnie-Herzégovine et vainqueur de la coupe en 2003 avec Leotar.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

BASKETBALLCourte et amère défaite des SuissesCourte et amère défaite des Suisses

Courte et amère défaite des Suisses

La Suisse a perdu en prolongation en Géorgie. Le match de ce dimanche à Fribourg contre la Finlande sera très important.

  21.02.2020 00:01
Premium

SB LeagueUnion Neuchâtel gagne à Boncourt et prolonge son coach Daniel GoethalsUnion Neuchâtel gagne à Boncourt et prolonge son coach Daniel Goethals

SB LeagueAvant Boncourt – Union: le coach Daniel Goethals se méfie du «chaudron»Avant Boncourt – Union: le coach Daniel Goethals se méfie du «chaudron»

CalendrierMatch au sommet contre Fribourg Olympic refixé pour Union NeuchâtelMatch au sommet contre Fribourg Olympic refixé pour Union Neuchâtel

Basketball fémininEagles, dernier repaire des basketteuses neuchâteloisesEagles, dernier repaire des basketteuses neuchâteloises

Eagles, dernier repaire des Neuchâteloises

Les fastes d’Université semblent bien loin. Aujourd’hui, dans le canton, un seul club offre la possibilité aux femmes...

  11.02.2020 12:07
Premium

Top