05.01.2021, 05:30
Lecture: 5min

L'arrivée du breaking aux Jeux olympiques réjouit le Neuchâtelois Artur Libanio

Premium
chargement
Artur Libanio (à gauche) n'a pas besoin de médailles olympiques. Les sourires sur le visage de ses élèves Maxime (à droite) et Mateo, tous deux âgés de 14 ans, lui suffisent amplement.

Danse Le breaking effectuera son entrée lors des joutes olympiques à Paris en 2024. Cette décision du CIO réjouit en globalité ses artistes, le Neuchâtelois Artur Libanio en tête. Mais il prévient: la danse veut rester fidèle à ses racines et sa culture.

C’était devenu un secret de polichinelle. Début décembre, le Comité international olympique (CIO) a mis fin au «suspense» en officialisant l’intégration du breaking, couramment connu sous le nom de breakdance, aux sports olympiques. Contrairement aux trois autres nouvelles disciplines – le surf, l’escalade et le skateboard – qui seront déjà présentes à Tokyo en 2021, la danse devra patienter jusqu’à l’édition olympique...

À lire aussi...

PortraitNeuchâtel: Artur Libanio, l’homme qui danse sur les mainsNeuchâtel: Artur Libanio, l’homme qui danse sur les mains

DanseNeuchâtel: l’esprit du hip-hop a habité la Groove SessionNeuchâtel: l’esprit du hip-hop a habité la Groove Session

DanseCoronavirus: les breakdancers du monde entier réunis à Neuchâtel… Par webcamsCoronavirus: les breakdancers du monde entier réunis à Neuchâtel… Par webcams

Top