A Santiago du Chili, les jeunes karatékas suisses pris au piège des émeutes

chargement

Frayeur Le Neuchâtelois Franco Pisino, coach des équipes nationales de jeunes de karaté, s’exprime sur les trois jours de peur intense qu’a vécu la délégation helvétique – qui comptait, notamment, trois athlètes neuchâtelois et un jurassien – à Santiago du Chili, au milieu des émeutes. Avant de décider de renoncer aux compétitions du championnat du monde cadets, juniors et M21 et de rentrer en Suisse.

 25.10.2019, 10:35
Lecture: 4min
Premium
Manifestants antigouvernementaux à Santiago du Chili, le 23 octobre 2019.

«Nous avions vraiment peur pour notre sécurité. Nous ne pouvions pas amener des enfants à la guerre.» C’est en ces termes que s’exprime Franco Pisino, un des entraîneurs des équipes nationales de karaté jeudi soir, tout juste revenu en territoire helvétique.

Le Neuchâtelois, ainsi que l’ensemble de la délégation helvétique composée de quatre techniciens, trois arbitres, un staff...

À lire aussi...

KaratéPauline Bonjour, Franco Pisino et l’équipe de Suisse renoncent aux Mondiaux juniorsPauline Bonjour, Franco Pisino et l’équipe de Suisse renoncent aux Mondiaux juniors

AMÉRIQUE LATINEAu Chili, le pouvoir  désemparé face aux émeutesAu Chili, le pouvoir  désemparé face aux émeutes

Top