14.12.2018, 00:01

Biathlètes russes dans la tourmente

chargement
L’équipe russe est sous le coup d’une enquête judiciaire en Autriche.
Par ats

BIATHLON L’équipe russe est sous le coup d’une enquête judiciaire en Autriche. Des soupçons de dopage concernent dix membres, en marge de la Coupe du monde.

L’équipe russe de biathlon est sous le coup d’une enquête judiciaire en Autriche pour des soupçons de dopage lors des Mondiaux de février 2017 qui s’étaient déroulés à Hochfilzen (Tyrol), a indiqué le parquet autrichien.

Dix membres de l’équipe, cinq athlètes et cinq personnes de l’encadrement, sont visés par cette enquête ouverte sur des soupçons de «fraude grave liée au dopage» et «d’usage de substances et méthodes interdites liées au dopage», selon un communiqué du parquet anticorruption.

L’équipe russe de biathlon se trouve actuellement à Hochfilzen où se déroule à partir d’aujourd’hui une étape de la Coupe du monde. Elle a reçu hier la visite des enquêteurs autrichiens, a précisé, dans un communiqué distinct, la Fédération russe de biathlon.

«Les policiers ont interrogé un certain nombre d’athlètes et de spécialistes russes. Les questions portaient sur d’éventuelles violations des règles antidopage lors des Mondiaux 2017 à Hochfilzen (...)», selon le communiqué.

Aucune perquisition

Aucune perquisition n’a été menée hier, a indiqué le parquet autrichien, qui n’a pas précisé à quand remontait l’ouverture de l’enquête.

L’équipe russe de biathlon participera comme prévu aux épreuves de Hochfilzen qui se déroulent jusqu’à dimanche, a indiqué la fédération russe, dont le président, Vladimir Dratchev, se rendra sur place.

«Mardi, on m’a accusé, et pas seulement moi, d’une espèce de machination à la transfusion sanguine et d’autre chose encore. Et tout ça remonte à février 2017», a regretté le biathlète russe Alexander Loginov sur son compte Instagram.

Allégations de dopage institutionnalisé

Le sport russe est dans la tourmente depuis plusieurs années en raison d’allégations de dopage institutionnalisé visant ses athlètes et ses cadres nationaux.

La Fédération internationale de biathlon (IBU), basée à Salzbourg, est de son côté accusée d’avoir touché plusieurs centaines de milliers d’euros de pots-de-vin pour protéger les intérêts russes et cacher des cas de dopage de sportifs russes. Mis en cause par l’Agence mondiale antidopage (AMA), son président, le Norvégien Anders Besseberg, a démissionné cette année. Le parquet financier de Vienne avait annoncé en avril avoir ouvert une enquête sur ces soupçons.

ATS

Top