10.05.2017, 17:27

Un discret canon antichar veille sur le tunnel de la Clusette

chargement
Derrière le camouflage, les ouvertures pour le canon et la mitrailleuse qui défendaient le tunnel de la Clusette.

Val-de-Travers Le secret a été assez bien gardé. Le tunnel de la Clusette, qui lie le Val-de-Travers au Littoral, est protégé par un fort de l'armée suisse. Démilitarisé il y a une quinzaine d'année, l'ouvrage et son canon antichar viennent d'être acquis par l'association Pro Fortins.

Impossible de l'éviter. Pour monter au Val-de-Travers, tout automobiliste doit immanquablement passer dans la ligne de tir d'un canon antichar et d'une mitrailleuse. Ces armes sont dissimulées dans un fortin de l'Armée suisse, caché derrière le mur de soutènement du tunnel de La Clusette, à un jet de pierre de Brot-Dessous.

Construit en 1974-1975, comme le tunnel, le fortin a été démilitarisé il y a une quinzaine d'années. Il venait en renfort des défenses héritées de la Mobilisation, au début de la Seconde Guerre mondiale. 

Après deux ans de tractations, l'association Pro Fortins vient de récupérer l'ouvrage, en même temps que deux autres bunkers situés au Haut de la Tour, sur l'ancienne route entre Saint-Sulpice et Les Verrières. Elle nous a ouvert les portes de ces discrètes installations.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

PATRIMOINEInfiltrer les mystérieux fortinsInfiltrer les mystérieux fortins

VAL-DE-TRAVERSQuand le Vallon était une forteresseQuand le Vallon était une forteresse

NOIRAIGUEUn coup de pinceau sur le patrimoineUn coup de pinceau sur le patrimoine

Top