29.01.2020, 16:18

Les Verrières se souviennent de l’internement des Bourbakis

chargement
L'Association Bourbaki Les Verrières est en train d'élaborer le programme de la commémoration du 150e, en 2021. Des troupes historiques pourraient en faire partie, comme ici en 2011, pour les 140 ans.

Commémoration Comme chaque année à pareille époque, on se souvient aux Verrières de l’internement des soldats français de l’armée de l’Est, les fameux Bourbakis. Et on prépare déjà une commémoration de plus grande ampleur en 2021, pour les 150 ans de l’événement.

On les appelle les Bourbakis, du nom du général qui les commandait. Enrôlés dans l’armée de l’Est, au cœur de l’hiver et de la guerre franco-allemande, ils auraient dû tenter de libérer la place forte de Belfort, assiégée par les troupes ennemies depuis la débâcle française de septembre 1870. Mais face à la poussée des troupes allemandes, Bourbaki n’a d’autre choix que le repli sur Lyon. C’est l’échec: ses troupes, qui ne sont plus en état de combattre, sont rejetées le long de la chaîne jurassienne.

A trois heures du matin

Face au danger, la Suisse mobilise. Des contingents sont portés aux frontières. Le 28 janvier 1871, le général Clinchant, qui a remplacé Bourbaki à la tête de l’unité française, demande l’internement aux autorités helvétiques. Le 1er février, vers 3h du matin, le général Herzog signe la convention autorisant l’entrée en Suisse de la troupe en déroute.

Dès 5 heures, les hommes – désarmés et privés de leur matériel de guerre –, et les chevaux commencent à pénétrer sur le sol helvétique. Jusqu’au 3 février, ils seront près de 87 000, dont 39 000 aux Verrières, à être accueillis, aux Verrières, donc, à Vallorbe, à Sainte-Croix et à la vallée de Joux.

La France a payé les frais

Près de 150 ans après les faits – immortalisés notamment par le peintre Edouard Castres – l’Association Bourbaki Les Verrières tient, comme chaque année, à commémorer ce qui est à la fois un désastre militaire et un formidable élan de solidarité de la part de la population suisse. Car si les soldats internés ont pu être rapatriés dès la mi-mars et que la France a intégralement payé les frais, c’est toute la Suisse qui s’est mobilisée pour leur venir en aide. Ces infortunés ont en effet été répartis dans tous les cantons – sauf le Tessin, peu accessible en hiver!

Plus de relief en 2021

Ce samedi, au temple des Verrières, l’événement aura un aspect classique: discours, dépôt d’une couronne, minute de silence et salve d’honneur. Mais dans un an, pour marquer les 150 ans de cet internement, l’association lui donnera davantage de relief. Elle est en contact avec des groupes de reconstitution historique, mais aussi avec les communes franc-comtoises voisines, Pontarlier, La Cluse-et-Mijoux et Les Verrières-de-Joux, qui élaboreront également leur propre programme de commémoration.

Enfin, la parution d’un livre de photographies, recensant tous les monuments Bourbaki érigés dans les cimetières de Suisse (quelque 1700 soldats meurent durant leur séjour helvétique), est prévue pour cet été.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

HistoireL’association Bourbaki dans les starting-blocksL’association Bourbaki dans les starting-blocks

LES VERRIÈRESUn souvenir des BourbakiUn souvenir des Bourbaki

France voisineImbroglio autour d'une fresque Bourbaki à La Cluse-et-MijouxImbroglio autour d'une fresque Bourbaki à La Cluse-et-Mijoux

Top