05.12.2017, 18:44

Le Musée régional du Val-de-Travers veut choyer les enfants

Abonnés
chargement
Leonor Hernández, conceptrice de la brochure, et Louison Bühlmann, conservatrice du musée, devant l’une des vitrines de l’exposition.

 05.12.2017, 18:44 Le Musée régional du Val-de-Travers veut choyer les enfants

Val-de-Travers Le Musée régional du Val-de-Travers lance un parcours jeune public. Une brochure doit permettre aux plus jeunes de ressortir de la maison des Mascarons heureux et cultivés.

"Les visites au musée, quand j’étais petite, c’était l’enfer. Mon père lisait tous les textes. Ca durait des heures..."

Désormais conservatrice du Musée régional du Val-de-Travers (MRVT), Louison Bühlmann ne veut pas que les enfants gardent pareils souvenirs de son institution. D’où la volonté d’y offrir un parcours jeune public, qui sera inauguré ce samedi, à la maison...

"Les visites au musée, quand j’étais petite, c’était l’enfer. Mon père lisait tous les textes. Ca durait des heures..."

Désormais conservatrice du Musée régional du Val-de-Travers (MRVT), Louison Bühlmann ne veut pas que les enfants gardent pareils souvenirs de son institution. D’où la volonté d’y offrir un parcours jeune public, qui sera inauguré ce samedi, à la maison des Mascarons, à Môtiers.

Le but du parcours? Rendre accessible aux enfants, des plus jeunes à ceux en âge scolaire, la totalité de l’exposition permanente du musée, qui traite de l’histoire horlogère du Val-de-Travers. "Il faut qu’ils participent à la visite, qu’ils puissent en parler avec leurs parents quand ils reviennent à la maison. Pas juste qu’ils s’occupent en attendant que les parents fassent le tour."

Une brochure

Ce défi, elle l’a relevé avec Leonor Hernández, qui a profité de son stage au MRVT pour concevoir le parcours. Vite limitées par les moyens du musée – il a pu tout de même libérer 15'000 francs pour le projet –, les deux jeunes femmes ont opté pour une brochure pour happer l’intérêt des jeunes visiteurs. Dans chaque salle, des questions leur sont posées, mettant notamment à l’épreuve leur sens de l’observation ou leur compréhension.

"Nous visons les familles de la région et les élèves du Val-de-Travers", continue Leonor Hernández. Des contacts ont été pris avec le cercle scolaire pour y faire venir les classes du Vallon. "Un dossier est à la disposition des professeurs ou des parents qui veulent préparer la visite", indique Louison Bühlmann. Qui a fait de la sensibilisation des jeunes à l’histoire locale l’une de ses priorités.

"J’ai fait toutes mes écoles au Vallon, lycée compris. On va vite loin en histoire. Je trouve qu’on se focalise pas assez sur celle de la région, alors qu’elle est tellement riche", remarque-t-elle. D’autant que les jeunes ne connaissent le monde des montres qu’en surface, "si leurs parents travaillent chez Vaucher ou Parmigiani". D’où la présence, notamment, d’un glossaire horloger dans la brochure, histoire de ne pas perdre tout le monde.

Le parcours jeune public vise encore un dernier but, celui de "former les enfants à la visite d’un musée", indique Leonor Hernández. En leur demandant de scruter les vitrines, la brochure éduque aussi les jeunes, et construit leur regard. Vérification dès ce samedi, avec les premières visites guidées

Dessiner, lire, réfléchir

"Observe bien les cadrans des pendules exposées, leurs chiffres. Peux-tu écrire ou dessiner ce qui ne te semble pas juste?" "Dans cette salle sont exposés plusieurs objets exotiques chinois. Pourquoi sont-ils ici?"

Telles sont deux des questions auxquelles doivent répondre les usagers de la nouvelle brochure du parcours jeune public. En 44 pages, celle-ci demande aux jeunes de dessiner, de lire, de réfléchir ou encore de scruter les vitrines du musée.

"Nous pouvons diviser la visite en deux, avec d’abord une visite guidée, puis un moment libre, où les enfants travaillent avec la brochure", indique Leonor Hernández. Deux classes de Fleurier, dont les élèves étaient âgés de 9 à 10 ans, ont récemment servi de cobayes. Avec un certain succès: "Un garçon est venu vers moi et m’a dit: ‘Madame, c’était beaucoup trop cool!’", apprécie Louison Bühlmann.

Le passage des jeunes à la maison des Mascarons a aussi permis aux dirigeants du Musée régional d’améliorer encore l’accueil des plus petits: des escabeaux ont été placés sous certaines vitrines pour éviter que les jeunes doivent systématiquement se tenir sur la pointe des pieds.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top