02.08.2019, 10:33

Val-de-Travers, précurseure des fusions neuchâteloises

chargement
Il paraît loin le temps où la campagne pour une commune unique battait son plein.

Jubilé La commune de Val-de-Travers fête en 2019 ses dix ans d’existence, avec une journée officielle le 24 août. Issue du mariage de neuf communes, elle a introduit un mouvement d’ampleur en matière de fusion dans le canton de Neuchâtel.

District industriel, berceau de l’absinthe, ayant subi une érosion démographique dans les années 1970 et 1980, le Val-de-Travers a longtemps compté onze communes. Le 24 février 2008, la population de neuf d’entre elles (Fleurier, Couvet, Môtiers, Travers, Buttes, St-Sulpice, Noiraigue, Boveresse et Les Bayards) décidait finalement de se réunir en une seule entité.

Les communes de La Côte-aux-Fées et des Verrières, sises à l’ouest du district, ont alors choisi de poursuivre seules leur parcours. Elles comptent aujourd’hui au rang des 31 communes du canton de Neuchâtel, contre 62 encore avant 2009. Le Val-de-Travers, pris globalement, est désormais aussi l’une des quatre régions du canton.

Bilan positif

La commune de Val-de-Travers dénombre aujourd’hui près de 11’000 habitants. A l’heure du bilan, l’immense majorité des voix salue la fusion, constate Pierre-Alain Rumley, membre, puis président, du premier Conseil communal, pendant un peu plus de deux ans, et ancien directeur de l’Office fédéral du développement territorial (ARE).

Au point que l’ancien élu socialiste ne s’imagine même plus revenir à la situation antérieure. A ses yeux, ce type de fusion est devenu incontournable, vu que pour les petites communes l’autonomie s’est réduite comme peau de chagrin, «sans parler de la faiblesse de leurs moyens financiers quand elles agissent de manière isolée».

Options politiques

«Tout n’est pas parfait», admet Pierre-Alain Rumley, en mentionnant le fait que des options politiques sont arrêtées au quotidien, «ce qui constitue l’essence de la démocratie». La fusion a constitué l’étape venant après l’essor des syndicats intercommunaux, en vogue un temps pour le traitement des eaux ou les infrastructures sportives.
Si les fusions essaiment dans le bas du canton et dans les vallées, il en va autrement pour l’heure dans le haut, où les initiatives sont timides (voir encadré). Le Locle (10’500 habitants) et Les Brenets (1000) ont quand même lancé un processus en vue d’une votation en 2020. Il y a aussi la piste de voir les trois communes de la vallée de La Brévine se réunir, ajoute Pierre-Alain Rumley.

Rôle précurseur

La fusion à neuf pour former la commune de Val-de-Travers a joué un rôle de déclencheur pour initier la rationalisation dans le canton de Neuchâtel, alors que la carte des communes n’avait pratiquement plus bougé depuis 1888. Entre 1900 et 2008, seule celle des Eplatures avait fusionné avec La Chaux-de-Fonds (1900) et celle de La Coudre avec Neuchâtel (1930).

Depuis dix ans, le mouvement paraît bien lancé, mouvement qui s’inscrit dans le cadre de la réforme des institutions voulue par le Conseil d’Etat. Le canton a ainsi vu, en 2009 aussi, la naissance de la commune de La Tène (Marin-Epagnier et Thielle-Wavre). Puis, en 2013, de celles de Milvignes (Colombier, Bôle et Auvernier) et de Val-de-Ruz (près de 17’000 habitants, avec 15 communes).

Journée officielle

Plus récemment, en 2016, Rochefort et Brot-Dessous ont uni leurs destinées. Début 2018, c’est la commune de La Grande-Béroche (9000 habitants, issus de Gorgier, St-Aubin-Sauges, Bevaix, Vaumarcus, Fresens et Montalchez) qui a entamé son existence, à l’ouest de la région Littoral, à la frontière avec le canton de Vaud.
Pour marquer son dixième anniversaire, la commune de Val-de-Travers organise une journée officielle le 24 août. Elle se déroulera dans le village historique de Môtiers, ancien chef-lieu du district, qui abrite notamment la Maison de l’Absinthe et le Musée Jean-Jacques Rousseau.

Une fusion entre La Chaux-de-Fonds et Le Locle pas pour demain

Une fusion entre La Chaux-de-Fonds et Le Locle, les deux villes du haut du canton de Neuchâtel, n’est pas pour demain, estime Pierre-Alain Rumley, spécialiste de l’aménagement du territoire. La prochaine étape cantonale devrait être la constitution de la commune du «Grand Neuchâtel».

Cette dernière comptera environ 45’000 habitants, avec la fusion des communes de Neuchâtel, de Valangin, de Corcelles-Cormondrèche et de Peseux. La concrétisation est suspendue pour l’heure à un recours déposé devant le Tribunal fédéral par des citoyens de Peseux, qui contestent le résultat d’une deuxième votation survenue en novembre 2018.

La nouvelle entité dépassera alors La Chaux-de-Fonds, commune la plus peuplée du canton de Neuchâtel avec ses plus de 38’000 habitants. L’occasion dans le haut d’envisager un jour une fusion entre la Métropole horlogère et sa voisine du Locle, déjà réunies pour leur urbanisme horloger au patrimoine mondial de l’UNESCO.
50’000 habitants

Les deux villes constitueraient alors une commune de quelque 50’000 habitants. «Pour voir une fusion entre La Chaux-de-Fonds et Le Locle, il faudra pas mal de temps», estime toutefois Pierre-Alain Rumley, membre du premier exécutif de la commune de Val-de-Travers et ancien directeur de l’Office fédéral du développement territorial.

«En tant que ville, et avec la perspective de fusionner déjà avec Les Brenets, Le Locle ne se trouve pas sous la même pression qu’un village». Selon Pierre-Alain Rumley, à terme, le canton de Neuchâtel pourrait ne compter plus qu’une dizaine de communes. Et qui sait, un jour, fusionner canton et communes.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

AnniversaireVal-de-Travers fête les dix ans de la votation sur la fusionVal-de-Travers fête les dix ans de la votation sur la fusion

Dix ans de fusion à Val-de-Travers

Il y a dix ans, les électeurs de neuf communes acceptaient de fusionner pour créer la commune unique de Val-de-Travers....

  24.02.2018 17:10

24 FéVRIERVal-de-Travers distingue  l’un des artisans de la fusionVal-de-Travers distingue  l’un des artisans de la fusion

PUBLICATIONUn livre retracera l'histoire   de la fusion de Val-de-TraversUn livre retracera l'histoire   de la fusion de Val-de-Travers

TélévisionLa fusion de Neuchâtel-Ouest: "le pire qui pourrait nous arriver sur Chaux-de-Fonds"La fusion de Neuchâtel-Ouest: "le pire qui pourrait nous arriver sur Chaux-de-Fonds"


BilanPour eux, la fusion a changé le Val-de-TraversPour eux, la fusion a changé le Val-de-Travers

Top