07.03.2019, 10:40

Val-de-Ruz: 1200 signatures pour dire non à la scolarisation hors du village de domicile

chargement
Dès la rentrée d’août 2019, plus de 250 élèves des cycles 1 et 2 du Cercle scolaire de Val-de-Ruz ne fréquenteront plus le collège de leur village de domicile.

Education Mécontents de la réorganisation de l’école à Val-de-Ruz, des parents ont réagi via une motion populaire communale, en vue de la séance du Conseil général du 25 mars. Plus de 1200 signatures seront déposées ce jeudi à 17h, à Cernier.

En moins de deux semaines, des parents d’élèves du Cercle scolaire de Val-de-Ruz (CSVR) ont collecté plus de 1200 signatures – alors que 41 suffisent – pour la motion populaire communale contre la réorganisation de l’école. Ils espèrent ainsi convaincre le Conseil général, qui se réunira le 25 mars, d’entrer en matière et d’ouvrir le débat sur les changements à venir.

Les paraphes seront déposés ce jeudi à 17h à l’administration communale, à Cernier. «Nous voulons montrer qu’une large partie de la population nous soutient», souligne Eric Amez-Droz, au nom du comité de parents d’élèves, formé après avoir appris la réorganisation.

Annoncée jeudi 21 février, l’information a mis le feu aux poudres: dès la rentrée d’août, plus de 250 élèves des cycles 1 et 2 ne fréquenteront plus le collège de leur village de domicile. Ni une ni deux, les mamans et les papas se sont mobilisés.

Vif débat au café vaudruzien

Par ailleurs, une centaine de parents ont manifesté leurs inquiétudes lundi 4 mars lors d’un café vaudruzien, à la Charrue, à Vilars. Le débat a principalement tourné autour de la question de l’école, indique Eric Amez-Droz.

«Durant la soirée, nous avons appris qu’un papa verra ses quatre enfants scolarisés dans quatre collèges différents», relève une maman. Ou encore qu’«une petite fille marchera 15-20 minutes jusqu’à l’arrêt de bus, puis encore 15 minutes de trajet jusqu’à son collège».

Des questions liées aux coûts de la réorganisation scolaire ont également été posées. Mais selon les parents, les réponses sont restées évasives.


À lire aussi...

EducationVal-de-Ruz: «Mon enfant a le droit de fréquenter l’école de son village»Val-de-Ruz: «Mon enfant a le droit de fréquenter l’école de son village»

Top