02.08.2015, 19:49

Tiédeur à la Côtière face à la fusion

chargement

Une certaine confusion, mais aussi de la tiédeur, règne à Fenin-Vilars-Saules à propos du processus de fusion des communes du Val-de-Ruz. Le représentant de l'exécutif de la Côtière au comité de fusion intercommunal, mercredi soir, n'a pas voulu donner son accord à la version finale du projet de fusion à quinze.

«Notre intention n'est pas de faire capoter le projet de fusion, c'est plus un problème de forme que de fond», explique le président du Conseil communal, Daniel Vuillomenet. «Le comité de fusion nous demande de signer le 21 mars déjà sa convention finale et nous craignons de nous engager ainsi de manière définitive.»

Tel ne devrait cependant pas être le cas. Certes, le 21 mars devrait être un moment symboliquement fort. Mais selon la procédure fixée par la législation, en adoptant et en signant ce jour-là la convention, les conseils communaux des 15 villages concernés ne s'engageront formellement qu'à soumettre ce texte à leurs conseils généraux respectifs.

«Même si les trois conseillers communaux que nous sommes à La Côtière avons chacun notre idée, nous nous sommes engagés moralement à saisir notre Conseil général sur cette question», insiste Daniel Vuillomenet. «Nous rencontrerons lundi soir trois représentants du comité de pilotage de Fusion 2013 pour avoir des précisions sur la procédure et trouver une solution.»

Si Fenin-Vilars-Saules, ou un autre village, ne signe pas le 21, les communes restantes devront reprendre le processus et les prévisions budgétaires.

En admettant que les exécutifs des 15 localités paraphent la convention, leurs législatifs siégeront le 21 juin. Mais tout n'est pas gagné d'avance non plus.

A Fenin en tout cas, dans une lettre adressée fin février à l'exécutif, «un groupe de citoyens et libéraux», dont des élus, veulent des garanties sur le maintien au village de son patrimoine, de services administratifs et de liaisons de bus, que ce soit au sein d'une commune unique de Val-de-Ruz ou du Grand Neuchâtel, variante qui est aussi à l'étude.

Dans l'hypothèse où la fusion vaudruzienne passe la rampe cet été dans les 15 conseils généraux, il faudra encore que la population y donne son accord en novembre pour qu'elle entre en vigueur.

A ce stade encore, le refus populaire d'un seul village remettrait les compteurs à zéro, ou presque. Et d'ici là, des mouvements d'opposition peuvent encore se former.

«Nous sommes un groupe de citoyens du Val-de-Ruz qui observons attentivement la situation», ne cache pas Jean-Denis Mathez, ancien élu de La Côtière, partisan de fusions par petites grappes de villages uniquement. «Il faudra d'ici là que le comité de fusion nous explique ses tours de passe-passe en matière de finances et de coefficient fiscal». /axb

Tiédeur à la Côtière face à la fusion


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Trois idées entre quatre mursCoronavirus et confinement: les bonnes idées du comédien Robert SandozCoronavirus et confinement: les bonnes idées du comédien Robert Sandoz

ACCIDENTUn accident de la circulation a fait trois blessés, dont un enfant, au Pâquier.Un accident de la circulation a fait trois blessés, dont un enfant, au Pâquier.

FermetureVal-de-Ruz: fermeture de l’office postal de Savagnier contestée par la communeVal-de-Ruz: fermeture de l’office postal de Savagnier contestée par la commune

EpidémieCoronavirus: Val-de-Travers suspend le dépôt des cendres des défuntsCoronavirus: Val-de-Travers suspend le dépôt des cendres des défunts

PhotographiePhoto sportive amateur: les lauréats de notre concoursPhoto sportive amateur: les lauréats de notre concours

Top