21.11.2017, 17:37

Revitalisation du Seyon aux Prés-Maréchaux: des espèces recolonisent le site

Abonnés
chargement
La revitalisation du Seyon, aux Prés Maréchaux, a permis de restituer le tracé historique du cours d’eau sur 850 mètres.

 21.11.2017, 17:37 Revitalisation du Seyon aux Prés-Maréchaux: des espèces recolonisent le site

Biodiversité A l'issue des travaux de revitalisation du Seyon aux Prés-Maréchaux, des espèces en danger de disparition recolonisent peu à peu le site. Le canton a octroyé un mandat pour un suivi du projet sur quatre ans. Présentation des résultats après une année de suivi.

Une année après la fin des travaux de revitalisation du Seyon aux Prés-Maréchaux, la faune et la flore reprennent gentiment leurs quartiers. Ce projet phare du canton de Neuchâtel, situé à la hauteur de la Côtière, a permis à la rivière de retrouver son tracé d’antan sur 850 mètres et de favoriser la recolonisation par des espèces en...

Une année après la fin des travaux de revitalisation du Seyon aux Prés-Maréchaux, la faune et la flore reprennent gentiment leurs quartiers. Ce projet phare du canton de Neuchâtel, situé à la hauteur de la Côtière, a permis à la rivière de retrouver son tracé d’antan sur 850 mètres et de favoriser la recolonisation par des espèces en danger de disparition.

Le canton a octroyé un mandat pour le suivi du projet sur quatre ans afin de mesurer l’atteinte des objectifs (écologiques, hydrauliques, morphologiques et socio-économiques). Sur demande de la Fario, société des pêcheurs en rivière de Neuchâtel, Val-de-Ruz et environs, une présentation du site a été organisée vendredi matin.

L’occasion pour les principaux acteurs et contributeurs de découvrir les résultats de la première année du suivi. L’Association pour la sauvegarde du Seyon et de ses affluents (Apssa), le WWF ou encore le Service des ponts et chaussées (SPCH) ont ainsi pu observer les premiers effets.

Lit rallongé de 200 mètres

Dans les années 1930, Le Seyon – dans le Val-de-Ruz – a été canalisé et déconnecté de la plaine alluviale. Cela a provoqué un assèchement des prairies humides adjacentes. Le cours d’eau s’était ainsi réduit et sa morphologie dégradée, entraînant une disparition de la biodiversité.

D’une part, les travaux de revitalisation ont restitué le tracé naturel du cours d’eau, rallongeant le lit d’environ 200 mètres. D’autre part, ils permettent de développer les habitats d’espèces aquatiques et terrestres typiques du Val-de-Ruz (voir photos-légendes).

Ce projet vise à développer les habitats d'espèces aquatiques et terrestres typiques du Val-de-Ruz. SP

Coût: 800'000 francs

La Fario est à l'origine du projet, lancé en 2008. Par la suite, le SPCH a pris le relais. Le coût des travaux s’élève à 800'000 francs, dont 80% financés par la Confédération et 20% par le canton. Un bureau d’ingénieurs en gestion de la nature à Yverdon a été mandaté pour assurer le suivi.

«La Confédération sollicite la réalisation d’un contrôle des résultats, afin de déterminer les améliorations et les déficits de la revitalisation», relève Johanna Ramos, cheffe de projets pour le secteur lacs et cours d’eau au Département du développement territorial et de l’environnement.

Les travaux de revitalisation ont restitué le tracé naturel du cours d’eau, rallongeant le lit d’environ 200 mètres. Photo Lucas Vuitel

Objectifs atteints

Et l’ingénieure de souligner que pour le moment, le projet semble répondre aux objectifs. «Des espèces cibles ont été repérées sur le site, et même certaines qui n’étaient pas prévues au départ, comme la grenouille rousse et la libellule cordulegaster.» Pour les initiateurs du projet, voir d’autres espèces coloniser les Prés-Maréchaux est une excellente nouvelle. «Cela signifie que la situation écologique est bonne.»

Johanna Ramos signale toutefois que «depuis la fin des travaux, il n’y a pas eu de grande crue. Nous ne savons donc pas encore comment le cours d’eau va se comporter».

Des espèces concernées par le projet de revitalisation:

Truite Fario

Un suivi permanent des frayères est réalisé par le garde pêche. Grâce à l’action de l’eau, des lieux favorables à la truite Fario se développent. SP

Crapaud accoucheur

Pour confirmer la présence du crapaud accoucheur, il faudra patienter quelques années. En revanche, la grenouille rousse, espèce non ciblée par le projet, a colonisé le site. SP

Fritillaire pintade

Avant les travaux, 50 bulbes de fritillaire pintade ont été déposés au Jardin botanique de Neuchâtel. Ils n’ont pas encore été replantés aux Prés-Maréchaux. Il faudra attendre une grande crue pour voir quelles sont les zones appropriées pour les replanter. SP

Pulmonaire molle

Depuis la fin des travaux, la pulmonaire molle, une plante aquatique, a été repérée sur le site, ainsi que le jonc fleuri, une espèce non ciblée par le projet. SP

Calopteryx vierge

Le calopteryx vierge a été repéré quarante fois sur le site après la revitalisation. De même pour une autre espèce de libellule, qui a aussi colonisé le site. SP

 


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

VAL-DE-RUZLe Seyon a retrouvé son lit d’antanLe Seyon a retrouvé son lit d’antan

Top