29.01.2019, 14:00

L’ESN revisite les «Quatre Saisons» de Vivaldi à Cernier

chargement
Pour le violoniste Felix Froschhammer, les "Quatre saisons" de Vivaldi ont encore beaucoup à offrir.

Concert L’Ensemble symphonique Neuchâtel jouera les «Quatre Saisons» de Vivaldi ce dimanche à Cernier. Comment laisser une certaine fraîcheur à cette oeuvre si souvent interprétée? Réponse avec Felix Froschhammer, violon solo de l’ESN.

Les Quatre Saisons de Vivaldi. Sans doute l’oeuvre la plus connue du répertoire classique, jouée des milliers de fois, adaptée dans tous les styles possibles, du rock au jazz en passant par la musique électronique, entendue et réentendue. C’est cette pièce (ou plutôt ces pièces, puisqu’il s’agit de quatre concertos pour violon) que présentera dimanche à Cernier, l’Ensemble symphonique Neuchâtel (ESN).

Lorsqu’on fait prudemment remarquer à Felix Froschhammer le caractère extrêmement populaire de l’oeuvre, le violoniste soliste de l’ESN n’essaie pas de noyer le poisson: «Oui, on l’entend souvent dans les supermarchés…», fait-il avec un sourire.

Mais pour le virtuose, les «Quatre Saisons» ont encore beaucoup à offrir. «Il y a tellement d’imagination dans ces pièces… Il faut trouver sa propre version. Ça offre une liberté géniale, on ne peut pas se contenter de jouer simplement les notes qui sont écrites.»

Trouver la bonne couleur

Le musicien explique que, sur la partition, Vivaldi a laissé diverses indications quant au caractère de tel ou tel passage. «Il faut trouver la bonne couleur pour chaque partie.» Le compositeur italien a également écrit de courts poèmes en guise de textes introductifs, un pour chaque saison. Felix Froschhammer les lira au public.

Le violoniste ne cache pas son plaisir à interpréter cette oeuvre: «Les parties solistes sont très virtuoses. C’est une oeuvre éternelle, on peut toujours y retrouver quelque chose». Le musicien a déjà joué chacune des «saisons» de l’oeuvre, mais jamais à la suite. «Ce sera une première pour moi.»

Une pièce explosive

En plus des «Quatre saisons», l’ESN interprétera également un concerto pour clavecin de Johann Gottfried Müthel, un compositeur allemand qui fut l’élève de Jean-Sébastien Bach.

C’est le claveciniste bâlois Jermaine Sprosse qui officiera comme soliste dans cette oeuvre. «C’est très différent, très explosif», décrit Felix Froschhammer. «Ça date de la même époque que Vivaldi, c’est intéressant de voir comment écrivaient les autres.»

Infos pratiques

La Grange aux concerts, Cernier, dimanche 3 février dès 17h ainsi que le 10 février à 17h à la Salle Fleurisia de Fleurier.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top