Hausse d’impôts à Val-de-Ruz: les élus répondent aux référendaires

chargement

Finances Ce mardi soir, des élus du Conseil général de Val-de-Ruz ont fait savoir que l’augmentation du coefficient fiscal de 2 points, votée il y a une semaine, est «un choix responsable». Sans cette hausse, les prestations minimales ne seront plus garanties.

 23.12.2020, 08:00
Le 14 décembre dernier, le législatif vaudruzien a statué en faveur d'une adaptation de l'imposition.

Entre le Covid-19 et l’insécurité de l’emploi, «ce n’est pas de gaieté de cœur» que le Conseil général de Val-de-Ruz a approuvé, à une large majorité, la hausse du coefficient fiscal de 2 points pour le budget 2021. «Mais y a-t-il un bon moment pour augmenter les impôts?» questionnent les présidents des groupes libéral-radical/démocrate-chrétien, Verts-vert’libéraux et socialiste, ce mardi soir, dans un communiqué.

Avant même de voter cet objet le 14 décembre dernier, le législatif savait qu’un comité citoyen référendaire avait été créé. Suite au lancement d’un référendum, le PLR Francis Krähenbühl, le Vert Alain Lugon et le socialiste Pierre-Ivan Guyot ont donc tenu à rappeler qu’il y a 8 ans, la fusion avait entraîné une baisse d’impôts pour 80% des contribuables.

«Pas de solution miracle»

Or, la récente réforme fiscale cantonale a eu le même effet, se traduisant par une perte de revenus de 2,7 millions pour la commune, soit l’équivalent de 5 points d’impôts. Selon les élus, il s’agit d’«un choix responsable», qui permettra de réaliser uniquement les investissements indispensables. Par ailleurs, même avec cette augmentation, Val-de-Ruz, actuellement à la 4e place, passerait à la 8e place des communes fiscalement les plus intéressantes du canton.

Voulons-nous des prestations adéquates ou laisser se dégrader le patrimoine communal?
Les présidents des groupes PLR-PDC, Verts-vert’libéraux et socialiste

Autre aspect relevé: la septantaine de mesures d’économie lancées, dont certaines fort impopulaires. Depuis plus de quatre ans, les autorités vaudruziennes travaillent d’arrache-pied, mais «il n’y a pas de solution miracle!», s’exclament-ils. Sans une adaptation de l’imposition, les domaines de l’éducation, transports publics, culture, sport et autre réseau routier pourraient être affectés.

«Voulons-nous une commune où il fait bon vivre, avec des infrastructures et des prestations adéquates pour moins de 10 francs par mois par contribuable, ou voulons-nous laisser se dégrader le patrimoine communal?», demandent encore les présidents des groupes PLR-PDC, Verts-vert’libéraux et socialiste.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

PolitiqueVal-de-Ruz: le législatif donne son feu vert à une hausse d’impôtsVal-de-Ruz: le législatif donne son feu vert à une hausse d’impôts

PolitiqueVal-de-Ruz: un comité citoyen référendaire opposé à une hausse fiscale voit le jourVal-de-Ruz: un comité citoyen référendaire opposé à une hausse fiscale voit le jour

ImpôtsVal-de-Ruz: le contribuable passera à la caisseVal-de-Ruz: le contribuable passera à la caisse

Elections communalesCommunales à Val-de-Ruz: équilibrer les finances, un sacré défiCommunales à Val-de-Ruz: équilibrer les finances, un sacré défi

Elections communalesCommunales à Val-de-Ruz: «Il n’y a pas assez de grandes entreprises»Communales à Val-de-Ruz: «Il n’y a pas assez de grandes entreprises»

Top