28.06.2019, 14:55

Cernier: Abd Al Malik en ouverture du festival Poésie en arrosoir

chargement
"Frida Jambe de bois", par la compagnie Ovale.

Spectacles Poésie en arrosoir, ça dépote. Ouverture du festival le 5 juillet avec Abd Al Malik, le plus baudelairien des rappeurs.

Le rappeur Abd Al Malik dans un spectacle total, la slameuse Queen Ka en cascadeuse du verbe, un concert en langue des signes et «Les Fables» de La Fontaine pour mettre tout le monde d’accord, c’est tout cela Poésie en arrosoir et bien d’autres rendez-vous encore... Théâtre, musique, performances fleuriront sur le site d’Evologia du 5 au 14 juillet.

Pour renforcer son côté festif et élargir encore le public, le festival se concentrera sur dix jours au lieu de quinze, avec plusieurs spectacles proposés le même soir. Survol.

La poésie au carrefour des mondes 

100%Abd Al Malik. Photo: SP

On le verrait plutôt à Paléo, mais c’est à Cernier que sera le rappeur Abd Al Malik (photo), auteur, compositeur (quatre «Victoires de la musique»), écrivain, réalisateur («Qu’Allah bénisse la France»). Spectacle total à voir en première suisse, «Le jeune noir à l’épée» a été créé au Musée d’Orsay en résonance avec l’exposition «Le modèle noir, de Géricault à Matisse». Le chant universel des déracinés, rappé, slamé, déclamé avec quatre danseurs et un dispositif multimédia (vendredi 5 juillet à 20h30). 

D’autres histoires d’«Exils» seront contées par le chanteur Jérémie Kisling et l’écrivaine Mélanie Chappuis: perte de ses racines ou conquête amoureuse, ne sommes-nous pas tous en partance pour quelque terra incognita? (samedi 6 juillet à 19h45, dimanche 7 juillet à 19h15).

A Cernier, tous les chemins mènent à la poésie.

La raison du plus fort est toujours la raison du poète

Les serres horticoles d’Evologia transformées en théâtre. Photo: Guillaume Perret

«Vous chantiez, j’en suis fort aise. Eh bien! Dansez maintenant».

Les sept comédiens de la compagnie Poésie en arrosoir vont danser, chanter et nous enchanter avec l’insouciante cigale, le rusé renard, la prétentieuse grenouille des «Fables» de La Fontaine, ces compagnons de route de l’enfance à la sagesse malicieuse.

«’’Les Fables’’ restent un grand classique qu’on apprend à l’école mais qu’on relit peu ensuite», relève le comédien et directeur du festival, Vincent Held. La création, mise en scène par Dominique Bourquin, joue sur l’écriture joyeuse et musicale de La Fontaine, sur ses expressions joliment désuètes entrées dans le langage courant («Haro sur le baudet», «Montrer pattes blanches»), le tout sur fond de réminiscences scolaires (du samedi 6 au dimanche 14 juillet à 21h30, relâche lundi 8 juillet). 

La poésie sans frontières et le chant du signe

Queen Ka. Photo: Thibault Caron

A Cernier, tous les arts se font poésie. «Il faut penser en termes de spectacles, de concerts», insiste Vincent Held, fondateur et âme de ce festival unique en Suisse.

Les artistes viennent de toute la francophonie. Queen Ka (photo), comédienne et slameuse québécoise d’origine tunisienne, raconte ses identités multiples en un mélange de show musical et de performance théâtrale (jeudi 11 juillet à 21h, vendredi 12 juillet à 19h).

L’électron libre belge Nicolas Jules, auteur, chanteur, comédien, festoie avec le quatuor à cordes Le Banquet dans un délire de mots et de notes (samedi 13 juillet et dimanche 14 juilet à 19h15).

Les langages différents aussi bruissent d’un souffle puissant. Dans «Si je suis de ce monde», inspiré du poète Albane Gellé, le collectif les Trois-Huit use de la langue des signes pour dire le cœur brisé, la bouche cousue, le poing serré. Suivra, dans le plus grand silence, un chant-signe par l’artiste atteinte de surdité, Isabelle Voizeux (mardi 9 juillet à 19h, mercredi 10 à 19h15). Bonne nouvelle, les Encyclopédistes de la parole, dont «Le bla bla bla» avait captivé le jeune public l’été dernier, reviennent avec un spectacle pour adultes, «Parlement». Une exploration de l’oralité sans frontière et sous toutes ses formes (jeudi 11 juillet à 19h, vendredi 12 juillet à 19h15).

Avec Frida Kahlo et Agota Kristof, la poésie ne meurt jamais

Hommage à Agota Kristof par Manon Pierrehumbert. Photo: Martin Argyroglo

«Je n’ai pas peur d’avouer que le théâtre ne m’intéresse pas et que je lui préfère les films de Tarzan» (Frida Kahlo, 1907-1954). La Cie de l’Ovale revient à Cernier avec un spectacle drôle, macabre, poignant, autour de la peintre mexicaine au destin tragique Frida Kahlo. Pascal Rinaldi signe les textes et la musique de ce «Frida Jambe de bois» interprété par Denis Alber, Edmée Fleury, Maria de La Paz et Thierry Romanens, sans oublier Jean Lambert-Wild dans une impro d’anthologie de «La mort joyeuse» (mardi 9 juillet à 21h, mercredi 10 juillet à 19h).

La vie d’Agota Kristof (1935-2011) aussi fut un jeu de cache-cache avec la mort. La harpiste et comédienne Manon Pierrehumbert (photo)  présentera pour la première fois l’ensemble de sa trilogie inspirée des textes de la Neuchâteloise née en Hongrie en 1935, dont «L’analphabète». Elle aussi ne voulait «pas mourir, pas encore trop tôt le couteau le poison, trop tôt. Je m’aime encore. J’aime mes mains qui fument qui écrivent...» (samedi 13 juillet et dimanche 14 juillet à 17h30).

Graines de poètes, envolez-vous!

«L’Envol». Photo: Dandy Manchot

La poésie se cultive à tout âge. Pour le jeune public, le festival propose un bijou de spectacle, «L’envol» (photo) ou une leçon d’un père et de son fils   pour apprendre à voler. Dans un bric-à-brac féerique rappelant le cinéma à grand-papa, truffé de flip books, zootropes et d’autres joujoux optiques, Léon et Bertrand Lenclos se réapproprient le mythe d’Icare à travers les siècles (samedi 6 juillet à 17h30 et dimanche 7 juillet à 19h). 

Très joli également, «Graines de poèmes», un jeu de pistes pour les 6-12 ans. Munis d’une carte d’orientation, les enfants devront compléter des haïkus (brefs poèmes) dont les mots manquants sont cachés dans le jardin d’Evologia. Une manière créative de s’amuser de la malice des mots. Tous les jours, accès libre, carte disponible à la Terrassiette.

Le festival, c’est aussi
Douze spectacles du 5 au 14 juillet sur le site d’Evologia à Cernier.
Quatre lieux: Grange aux concerts, Serres horticoles, salle de l’Esplanade, Jardins extraordinaires.
Tarifs: 25 fr. par spectacle (40 fr. pour Abd Al Malik). 15 fr. pour un deuxième spectacle le même jour. Carte de libre accès à tous les spectacles: 150 fr.
Réservations/billetterie: au guichet d’Evologia du lundi au samedi de 9h à 12h, par téléphone 032 889 36 05 du lundi au samedi de 9h à 12h, par internet: www.poesieenarrosoir.ch
A déguster: des menus inspirés des spectacles du jour au restaurant de la Terrassiette.
Hors festival: expositions et animations tout public dans le parc d’Evologia.

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

électionsCommunales 2020: on vous tend le micro au Val-de-RuzCommunales 2020: on vous tend le micro au Val-de-Ruz

VotationsLes chasseurs neuchâtelois déposent plainte pour arrachage d’affichesLes chasseurs neuchâtelois déposent plainte pour arrachage d’affiches

PoésiePoésie en arrosoir n’a pas lâché son rêve de retrouver son public à EvologiaPoésie en arrosoir n’a pas lâché son rêve de retrouver son public à Evologia

EnergiesCrêt-Meuron: trois des sept éoliennes seront arrêtées en hiverCrêt-Meuron: trois des sept éoliennes seront arrêtées en hiver

JusticeL’ex-conseiller communal de Val-de-Ruz Claude-Henri Schaller condamné en appel pour abus d'autoritéL’ex-conseiller communal de Val-de-Ruz Claude-Henri Schaller condamné en appel pour abus d'autorité

Top