21.11.2020, 10:30

A la Gourmandise, les douceurs font fureur

chargement
A La Gourmandise, les tresses, le pain paysan, le pain féérique, le pain neuchâtelois ou encore les petits pains de la vallée sont certifiés Neuchâtel Vins et Terroir.

Produits locaux Voilà déjà 16 ans que la boulangerie-confiserie a vu le jour à Boudevilliers. Elle est connue pour sa grande variété de pains, de viennoiseries et de pâtisseries. Si Nathalie Suter a commencé l’aventure seule, une quinzaine de personnes complètent aujourd’hui l’équipe.

«Nous essayons de proposer les produits les plus locaux possible, explique Nathalie Suter. Je voulais dès le début travailler avec les gens proches de chez nous. Dès que cela a été possible, je l’ai fait.»

Depuis une année et demie environ, certains des produits sont ainsi certifiés Neuchâtel Vins et Terroir (NVT). C’est le cas des tresses, du pain paysan – l’un des favoris de la clientèle, avec son mélange de farine de seigle et de mi-blanche. Il y a également le pain féérique (épeautre et mi-blanche, fait avec la farine bio d’Engollon), le pain neuchâtelois (issu de farine bise, longue fermentation) ou encore les petits pains de la vallée. 

Spécialités de saison 

Douze fois par an, un pain du mois complète l’assortiment. Pour novembre, c’est un pain aux marrons. Il est également utilisé pour le sandwich du mois: au roast-beef de cerf, accompagné d’une sauce à la moutarde à l’ancienne.

Récemment, Nathalie Suter s’est fixé comme mission de réduire les emballages: «Depuis le mois de mars, nous essayions de diminuer les plastiques et emballages à usage unique. Nous favorisons le papier, les bocaux en verre consignés ou encore des plastiques lavables.» Force est de constater que les clients jouent bien le jeu. «Il y a de la demande dans le Val-de-Ruz. Nous ne sommes pas déçus d’avoir investi là-dedans. Les retours sont très bons.»

Pour Nathalie Suter, apposer le label NVT est un plus, même s’il ne constitue pas forcément l’argument principal de vente pour ses clients déjà fidèles à ses produits. «Les gens connaissent nos produits et comment on travaille.» Les habitués savent que la farine vient du Val-de-Ruz, le lait de chez l’agriculteur, le beurre de la fromagerie des Ponts-de-Martel. Malgré tout, elle le met en avant et apprécie de pouvoir participer aux manifestations organisées par Neuchâtel Vins et Terroir, comme le traditionnel marché des produits du terroir au Mycorama.

Recherche de douceurs

Malheureusement, le manque de manifestations cette année se fait sentir. «C’est compliqué…», avoue Nathalie Suter. Une Fête des vendanges représente quelque 10 000 pains vignerons par exemple. C’est donc surtout du côté de la boulangerie que les ventes ont diminué. «Côté sucreries, ça va mieux. Nous vendons énormément de pâtisseries et pièces sèches, même le chocolat part bien», note Nathalie Suter, qui affirme qu’elle manque encore de recul par rapport aux autres années pour le certifier, mais l’impression est là. «Les gens ont besoin de douceurs, je crois.»

Sandra Hildebrandt


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

VinicultureMorgan Meier au sommet de son artMorgan Meier au sommet de son art

SpécialitésAuthenticité et terroir à la TourneAuthenticité et terroir à la Tourne

Top