07.03.2018, 12:00

Point de vue de Robin Erard: "Construire une pompe à fric?"

chargement
En 2016, les Neuchâtelois ont manifesté contre la hausse des primes de l'assurance maladie.

 07.03.2018, 12:00 Point de vue de Robin Erard: "Construire une pompe à fric?"

Forum Les coûts de la santé ne cessent d'augmenter et, avec eux, ceux de l'assurance maladie, dénonce le cinéaste Robin Erard. Découvrez son point de vue: comme d’autres personnalités locales, nous l’invitons à s’exprimer régulièrement sur des sujets d’actualité.

Pour construire une bonne pompe à fric, il vous faut trois éléments: des citoyens soucieux de leur état de santé, un État soucieux de l’état de santé de ses citoyens et surtout des entreprises soucieuses de la santé financière de leurs actionnaires. Il est possible d’optimiser la fabrication de la pompe à fric en laissant les entreprises soucieuses de la santé de leurs actionnaires se soucier des affaires de l’Etat.

Une fois installée, la pompe à fric pompe sans relâche. Les citoyens soucieux de leur santé sont pompés mensuellement par les entreprises soucieuses de l’état de santé de leurs actionnaires. Lorsque l’état financier des citoyens pompés ne leur permet pas d’être complètement pompés et bien l’Etat soucieux de l’état de santé de ses citoyens surpompés verse de bons gros subsides aux entreprises pour qu’elles prennent soin de la santé de leurs actionnaires. 

On comprend donc que la pompe à fric parvient à la fois à pomper les citoyens en direct et en indirect en pompant les subsides de l’État que les citoyens pompés financent de leur poche. Peu importe le modèle de pompe à fric choisi (Assura, Groupe Mutuel…) il vous pompera vous et l’Etat jusqu’au bout. Avec une telle efficacité que ni vous ni l’État (donc vous) ne reverrez la couleur du gros pactole pompé mensuellement. 

Ailleurs, dans le monde, d’autres citoyens soucieux de leur état de santé étaient en souci de se voir pompés par des entreprises soucieuses de la santé financière de leurs actionnaires et se sont finalement souciés de confier leur santé directement à l’Etat, à une caisse publique. La pompe à fric qui n’avait donc plus rien à pomper a purement et simplement disparu. 


Top