26.02.2016, 00:01

Voir la femme dans tous ses états

Abonnés
chargement
Chacune dans sa case aimerait bien se mettre à la place d’une autre, persuadée que l’herbe doit y être plus verte.

 26.02.2016, 00:01 Voir la femme dans tous ses états

LE LANDERON Une trentaine de danseuses sur scène pour dénoncer l’oppression féminine.

Ish et Isha représentent, en hébreu, l’homme et la femme de feu. Ce seul «a» liant deux êtres «tellement opposés, mais totalement complémentaires», a inspiré Aurore Schneeberger. Aussi cette Neuvevilloise d’adoption a-t-elle choisi d’appeler le spectacle qui sera prochainement présenté au Centre des Deux Thielles (C2T), au Landeron, «Isch/A, la femme dans tous ses états.»

Un spectacle crée par celle...

Ish et Isha représentent, en hébreu, l’homme et la femme de feu. Ce seul «a» liant deux êtres «tellement opposés, mais totalement complémentaires», a inspiré Aurore Schneeberger. Aussi cette Neuvevilloise d’adoption a-t-elle choisi d’appeler le spectacle qui sera prochainement présenté au Centre des Deux Thielles (C2T), au Landeron, «Isch/A, la femme dans tous ses états.»

Un spectacle crée par celle qui est à l’origine de l’association Entre Racines et Envol (lire encadré), basée à La Neuveville. Après avoir abordé la thématique de l’eau potable en 2013, puis celle du trafic d’êtres humains, l’association sensibilisera, cette fois, le public à la femme persécutée à Travers le monde. Cela à l’occasion du 8 mars, consacrée Journée de la femme.

«Le point central du spectacle consiste à dire «stop» à la guerre des sexes», explique Aurore Schneeberger. A «dénoncer toutes les oppressions infligées à la femme». Elle poursuit. «Il y a, certes, les persécutions provenant de l’homme, dans tous les domaines, qu’elles soient sexuelles, psychologiques, professionnelles ou autres.» Et de nuancer. «Mais il y a aussi les persécutions que s’impose la femme quand libérée de sa prison, elle s’accroche à ses barreaux.»

Cette Camerounaise d’origine – qui a effectué ses études de professeure de français à Lille (F) où elle a rencontré Yves, son époux suisse – se base sur du vécu pour élaborer ses spectacles. Le sien, mais aussi celui de la trentaine de femmes qui monteront sur la scène du C2T. Au fil de dix tableaux, ces danseuses montreront «la pression qu’exerce la société sur la femme et la douleur intérieure pouvant en découler.»

Ish et Isha, c’est finalement comprendre «comment danser à deux en sachant garder la bonne distance, en repérant les temps pour ne pas danser à contretemps avec l’autre. Au-delà de cette métaphore de la vie de couple, s’inscrit la relation existant entre toutes les femmes et tous les hommes.»

Chanteurs et musiciens

Agées de 8 à 50 ans, les danseuses du spectacle «Ish/A» suivent les cours de moderne jazz dispensés par Aurore Schneeberger. Pour chacun des tableaux, des vidéos, œuvres d’Yves Schneeberger, seront simultanément projetées sur un écran. Un band amateur et un petit ensemble (trois violoncellistes dont une professionnelle et un piano) donneront le ton aux danses, tandis que deux chanteuses et un chanteur professionnel, accompagnés d’un petit chœur mixte, donneront de la voix. Aurore Schneeberger, elle, endossera le rôle d’une écrivaine relatant la destinée de la femme.

Tout public, «Ish/A la femme dans tous ses états» est un spectacle gratuit. Mais grâce au soutien des sponsors de l’association et au bénéfice des deux «after», des dons seront versés à deux associations œuvrant en faveur des femmes. Soit, à SOS futures mamans, une main tendue aux futures mamans qui se trouvent démunies moralement ou financièrement face à une grossesse ou à l’éducation de leurs enfants. Et à l’ONG Homes of Hope international, basée en Australie et travaillant aussi en Inde et en Indonésie. Son but, bâtir des communautés où règne l’espoir pour les femmes et les enfants menacés. A voir par tous les défenseurs de la gent féminine.

Un ancrage pour mieux s’envoler

Elle voulait l’appeler Des Racines et des ailes. Mais le nom était déjà emprunté par l’émission de télévision de reportage française. Alors Aurore Schneeberger, demeurant fidèle à l’idée qu’«il faut un ancrage pour mieux s’envoler» a nommé son association Entre Racines et envol. Cette association artistique à but non lucratif, qui fête ses cinq ans, tend à dénoncer l’innommable par le biais de l’art. Plus spécifiquement par la danse, la Musique, l’écriture et la vidéo. Elle est constituée d’un noyau dur auquel viennent se greffer de nombreuses ramifications. Soit des amateurs éclairés ou en herbe, de même que diverses professionnelles (maquilleuses, coiffeuses, costumières, etc...) œuvrant bénévolement en fonction des besoins des spectacles proposés. Chacun d’eux permet de collecter des dons (ou de l’argent gagné par un souper de bienfaisance, par exemple) reversés à des organisations non gouvernementales (ONG) ou à des associations en lien avec la thématique évoquée. Des représentants de celles-ci viennent systématiquement présenter leur travail au public. Divers sponsors soutiennent la démarche, de même que les communes de La Neuveville et du Landeron (pour le spectacle en question) Infos sur: www.entre-racines-et-envol.ch.

INFO +

Le Landeron, aula du C2T:

Ish/A, la femme dans tous ses états, samedi 5 mars à 19h30 et dimanche 6 mars à 15h. Entrée libre, collecte.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top