03.07.2020, 15:46

Un tour de manège irrésistible au Nifff

chargement
Jeanne (Noémie Merlant) s’éprend corps et âme d’un manège forain...

Cinéma L’édition spéciale Covid du Festival international du film fantastique de Neuchâtel (Nifff) démarre ce vendredi 3 juillet. Zoom sur le fleuron de la sélection à découvrir en ligne: «Jumbo».

Gardienne de nuit dans un parc d’attraction sis dans les Ardennes, Jeanne (Noémie Merlant) s’éprend corps et âme d’un manège forain qu’elle rebaptise Jumbo… Tel est l’argument du premier long-métrage de Zoé Wittock, dont l’étrangeté surréelle s’inscrit à merveille dans la ligne pétrie d’audace du Nifff, qui ne s’en est jamais départi tout au long de ses vingt ans d’existence.

Mais où donc cette jeune cinéaste belge est-elle allée pêcher pareille idée? Jointe via Skype, Zoé, qui a découvert sa vocation grâce à «Orange mécanique», n’en fait pas mystère: «Dans un article de journal sur une femme qui avait épousé la Tour Eiffel. C’est ainsi que j’ai appris l’existence des objectophiles, des personnes qui tombent amoureux d’objets et vivent une sexualité assez particulière. En la rencontrant, j’ai été très surprise: Erika Eiffel était quelqu’un de posé, consciente de sa différence. Son histoire m’a touchée, mais je n’avais pas envie de filmer un monument que tout le monde connaît et qui est un objet plutôt statique (rires).»

King Kong d’acier

Zoé a alors l’idée de substituer à la célèbre tour une attraction foraine. «Trouver le bon manège n’a pas été sans peine, se souvient-elle, nous avons dû faire un «casting» international. Je me suis décidée pour Jumbo parce qu’il avait deux positions intéressantes sur le plan visuel. Tournée vers le bas, la machine apparaissait comme une main impressionnante, qui pouvait attraper, arracher. Orientée dans le sens contraire, elle devenait caressante et protectrice, comme la paume de King Kong. Bien sûr, nous l’avons customisée en regard des exigences artistiques du tournage, notamment en la dotant d’un langage de signes lumineux, comme dans «Rencontres du troisième type» de Spielberg, mais pour un tout autre dialogue!»

Actrice impavide

Dans un premier temps, la jeune réalisatrice a hésité à confier le rôle très exposé de Jeanne à Noémie Merlant, pourtant formidable dans le récent «Portrait de la jeune fille en feu» de Céline Sciamma. «Je la trouvais trop puissante pour le rôle, explique Zoé, j’avais peur qu’elle n’exprime pas assez le côté fragile de Jeanne qui n’a pas complètement conscience de son corps, comme si une partie d’elle-même était restée enfant. Après quelques essais, j’ai vu que Noémie réussissait à restituer ce rapport au corps assez particulier. En plus, c’est une actrice qui n’a peur de rien, qui tente énormément sur le plateau.»

Soit je m’enfonçais dans une sorte d’exploration psychologique rassurante de la folie, soit je ramenais Jeanne dans une forme de normalité…
Zoé Wittock, réalisatrice

L’histoire d’amour qui lie Jeanne et Jumbo est classique dans son déroulement: pourquoi un tel choix, eu égard à une situation pour le moins fantastique? «J’avais deux options, précise Zoé, soit je m’enfonçais dans une sorte d’exploration psychologique rassurante de la folie, soit je ramenais Jeanne dans une forme de normalité, dans la banalité d’une histoire d’amour qu’on a toutes et tous vécue. C’est la rencontre avec Erika Eiffel qui m’a fait prendre cette direction plus déstabilisante pour le spectateur, parce qu’elle me parlait de son histoire, comme de n’importe quelle autre histoire d’amour.»

Plaidoyer poétique

Dans le même esprit, la cinéaste aurait aimé présenter «Jumbo» dans un contexte normal, à un public réel, celui à nul autre pareil du NIFFF qui, selon elle, «est un festival essentiel pour le genre fantastique. Mais on rebondit comme on peut, conclut-elle.» Par exemple en allant découvrir en ligne son film qui constitue un véritable plaidoyer en faveur de la différence, emplie d’une poésie singulière. A l’instar des vers de Lamartine qu’elle fait dire à sa magnifique antihéroïne: «Objets inanimés, avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer?» 

«Jumbo» est à découvrir en ligne sur www.nifff.ch


 

Nifff TV: première prise

Diffusée en direct ce vendredi 3 juillet au soir, la cérémonie d’ouverture du Festival international du film fantastique de Neuchâtel, animée par Audrey Cavelius, a réuni de nombreuses personnalités, sur un plateau illuminé par les lettres du festival. La directrice artistique Anaïs Emery a rappelé que ce «hors-série» 2020, monté en deux mois à peine, allie une vingtaine de films en streaming représentatifs de l’ADN du festival et les émissions Nifff TV avec des talents de toute la planète cinéma, sans oublier l’app qui permet d’interagir avec eux.

Au cours de la partie officielle, le conseiller communal Thomas Facchinetti a relevé la qualité d’un festival qui permet de se repenser soi-même. Le conseiller d’Etat Laurent Kurth et la présidente du National Isabelle Moret ont salué la pertinence d’un tel événement culturel en pleine crise socio-économique.

Cofondateur du Nifff il y a vingt ans, Olivier Müller a ensuite mesuré le chemin parcouru depuis son rêve d’enfant de rencontrer Ray Harryhausen. Et Martin Vetterli, président de l’EPFL, a conclu en exposant sa vision de l’imaginaire comme vecteur d’innovation.

Raphaël Chevalley


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

CinémaLe Nifff se réinvente en ligne à l’occasion d’un événement «hors série», mais reste fidèle à son âme fantastiqueLe Nifff se réinvente en ligne à l’occasion d’un événement «hors série», mais reste fidèle à son âme fantastique

Le Nifff s’est métamorphosé

Le coronavirus n’en aura pas fait son zombie: le Neuchâtel International Fantastic Film Festival (Nifff) a redoublé...

  18.06.2020 17:59
Premium

FestivalNeuchâtel: le Nifff présente son application mobileNeuchâtel: le Nifff présente son application mobile

FestivalLe Nifff dévoile les huit premiers films de son événement hors-sérieLe Nifff dévoile les huit premiers films de son événement hors-série

Top